Jazz en vue : Nice 2011

J’ai déjà eu l’occasion de dire combien l’écoute de la musique s’enrichit toujours de sensations visuelles, olfactives, temporelles, quand elle s’inscrit dans un espace  particulier.

Le souvenir du Sirius de Karlheinz Stockhausen est toujours vivace pour ceux qui l’ont écouté dans l’espace de projection de l’Ircam, tout comme celui du Répons dirigé par Pierre Boulez dans la carrière Callet à Boulbon.

Les concerts donnés en extérieur produisent un effet singulier quand ils prennent place dans des décors remarquables. C’est le cas des festivals de Nice et Juan-les-Pins. Cette année, le Nice jazz festival descend de la colline de Cimiez pour s’installer au bord de la mer, dans l’espace Masséna et le théâtre de Verdure, du 8 au 12 juillet. Sans préjuger de l’effet de ce nouveau site, il convient d’ores et déjà de saluer la programmation, établie par Harry Laap.

On retrouvera avec plaisir Roy Hargrove, et son nouveau pianiste, Jonathan Batiste, déjà remarqué l’année dernière à Juan-les-Pins et au New Morning, à Paris ; Avishai Cohen, Ahmad Jamal, ou encore Wynton Marsalis, plutôt habitué à honorer de sa présence la ville de Marciac.

Intitulée « Jazz made in France », la soirée du 10 juillet réunira Dominique Fillon, Martial Solal (en compagnie de Stefano Bollani) et Michel Portal, qui n’était pas venu à Nice depuis longtemps. Une belle occasion d’écouter – et de  voir – trois générations de grands musiciens français : Fillon (l’un des frères du Premier ministre) est né en 1968, Portal, en 1935, et Solal, en 1927 (ici avec Bollani improvisant sur Caravan).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=LYdJO-mB1lw[/youtube]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *