Michel Legrand, plutôt musique ou cinéma, jazz ou variétés ?

Michel Legrand est l’un des invités de la soirée d’ouverture du festival de jazz de Nice 2011. Compositeur, arrangeur, pianiste, chanteur, il fêtera l’année prochaine ses 80 ans et reste pour toujours celui qui a composé des musiques de film qui ont fait le tour du monde et lui ont permis, en particulier, de conquérir l’Amérique, avec, par exemple, Les Moulins de mon cœur (L’Affaire Thomas Crown, Norman Jewison, 1968).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=qbWRIJWpCSw[/youtube]

L’Amérique de Hollywood, mais aussi celle des grands clubs de jazz. Quand il s’est produit au Birdland en 2009, le critique du New York Times, Nate Chinen, avait noté sa résistance, insistante auprès du public, à ne pas jouer seulement ce que l’on attend en général de lui, ces chansons qui ont reçu plusieurs fois des oscars et auxquelles il préfère désormais substituer le plaisir du jeu avec Ron Carter et Lewis Nash.

Du jazz ou de la musique de film, quel a été l’accord majeur du parcours de Legrand ? En fait, il a commencé par le jazz, et pas n’importe lequel, puisque l’un des ses premiers albums de référence, Legrand Jazz, a été enregistré à New York en 1958, en compagnie de Miles Davis, John Coltrane, Bill Evans, Phil Woods, Ben Webster, Hank Jones et Art Farmer.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=VtyzWNBRNks[/youtube]

« Miles trônait alors au sommet du jazz new yorkais, se souvient Legrand. Tout le monde me disait : “Il va venir à la séance et se tenir près de la porte en gardant sa trompette dans son étui fermé. Il va écouter pendant cinq minutes, et s’il aime la musique, il va s’asseoir, ouvrir son étui, et jouer […]. S’il n’aime pas, il va repartir et il ne reprendra plus jamais contact avec toi”. Je n’avais alors que vingt-quatre ans, et j’avais tellement peur que j’en avais des poussées de sueurs ! J’ai commencé à répéter avec l’orchestre. La porte s’est ouverte, et Miles a écouté près de la porte pendant cinq minutes. Puis il s’est assis, a ouvert son étui et a commencé à jouer. Après la première prise, il m’a demandé : “Michel, est-ce que mon jeu convient ?”. C’est comme ça que tout a débuté ».

Cette carrière de jazz « pur » sera très vite rattrapée par le goût du musicien pour la chanson. Encore très jeune, il s’était d’ailleurs fait connaître en « jazzifiant » des mélodies françaises (« Les Feuilles mortes », « La Vie en rose ») ou en édulcorant quelque peu des standards comme « April in Paris » dans un album, I Love Paris, publié par Columbia en 1954.

On préfèrera la décontraction swinguante d’Anna Karina et de Jean-Paul Belmondo, dans Une femme est une femme,

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=PgX4xIK_ebY[/youtube]

où Godard et Legrand rendent hommage au genre de la comédie musicale, ici incarnée par le duo que forment Gene Kelly et Cyd Charisse dans Chantons sous la pluie (Stanley Donen et Gene Kelly, 1952)

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=7YWBOfsXsDA&NR=1[/youtube]

Mais c’est avec Jacques Demy que Legrand trouvera le meilleur équilibre entre cinéma et musique, comme entre jazz et chanson. Tous deux créeront un genre original de « Musical« , dont la réussite provient de leur collaboration étroite, et de ce mélange de parler-chanter très particulier.

Lors de la sortie récente du coffret intégral des films de Demy, le réalisateur Christophe Honoré, l’un de ses plus fervents admirateurs dans la deuxième génération d’après, expliquait sur ARTE ce qu’ont représenté pour lui Lola, Les Parapluies de Cherbourg et Les Demoiselles de Rochefort, alors qu’il était jeune cinéphile, avant de devenir le réalisateur des Chansons d’amour, créant à son tour un duo avec le compositeur et chanteur Alex Beaupain.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=8_aNYAKsOtE[/youtube]

Pour son concert niçois, Michel Legrand est accompagné du Nice Jazz Orchestra, un Big Band qui regroupe 18 musiciens sous sa direction.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *