Automne à New York (1)

Arriver à Manhattan depuis l’aéroport de JFK constitue toujours une expérience de désorientation. Du fait de son caractère insulaire et des enchevêtrements de routes et de ponts, vous n’avancez jamais dans l’axe de la Skyline. Seule l’arrivée par le bateau peut donner le sentiment d’entrer progressivement, de face, vers ce site à nul autre pareil.

Vue du sud de Manhattan depuis le Ferry de Staten Island (cliché C. Delage)

La rentrée des New-Yorkais se fait après le Labor Day. Pour l’amateur de jazz, la transition du temps de l’été à celui de l’automne a lieu quelque jours plus tôt, le week-end des 23/24 août, aux deux extrémités de Manhattan : le Marcus Garvey Park, à Harlem et le Tompkins Square, dans l’East Village, où se déroule le  Charlie Parker Jazz Festival.

La station de métro la plus proche est située au fameux carrefour de la 125ème Rue et de Lenox Avenue : l’occasion de voir, en descendant vers le parc, ce qu’il est advenu du fameux club, le Lenox Lounge. Et c’est un spectacle un peu triste qui s’offre à la vue : la salle a finalement fermé, comme nous en avions été prévenus, mais son état dit quelque chose sur le conflit qui a opposé le nouveau locataire à l’ancien. Ce dernier, après avoir refusé de payer le double de loyer suite à la fin du bail, a contesté le droit de son successeur d’utiliser à des fins mercantiles le nom du club, bientôt transformé en restaurant. Une nuit, il a déménagé le mobilier et une partie de ce qui faisait l’âme du lieu, avant d’être contraint de tout restituer. Même si un nouveau club ouvrira, au nord de la 125ème, les dégâts sont visibles sur la porte, où l’on peut lire : « 1939-2012. 80 années pour çà ! »

La devanture du Lenox Lounge (cliché C. Delage)

L’ambiance est, en revanche, toujours aussi festive et décontractée sur la scène du Charlie Parker Jazz Festival, dont les artistes sont présentés par les animateurs vedettes de la radio WBGO : une occasion d’écouter les grands saxophonistes Lee Konitz (85 ans), et Kenny Garrett (53 ans), deux générations successives de musiciens. le premier a joué avec Lennie Tristano, Gerry Mulligan et Miles Davis. Le second a joué également  avec Miles, ainsi qu’avec Marcus Miller.

Côté jeunes artistes, figuraient Cécile McLorin Salvant (23 ans), déjà bien connue en France, en particulier pour sa participation au dernier CD de Jacky Terrasson, et dont la photographie figure en couverture du programme 2013-2014 du Jazz At Lincoln Center. Elle a enchanté le public de Harlem, grâce à sa voix, certes, mais aussi sa gouaille et sa décontraction. Elel était accompagnée par Aaron Diehl, un pianiste de très grande classe, qui avait concocté un programme séduisant, qu’il a bien voulu lister de sa belle écriture.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Vw9xdzpm2Rw[/youtube]

Une semaine plus tard, le jour même du Labor Day avait été choisi par le patron du Jazz Museum pour le premier concert de rentrée de Jon Batiste, dans la petite bibliothèque du musée, un mois avant une sorte de première consécration au Carnegie Hall. Jon allait donner trois autres concerts/débats dans la série « Jazz is Now », partageant à l’occasion le piano avec un jeune anglais à peine débarqué à New York, Dave Drake.

Jon Batiste avec Jon Drake et avec son groupe, le Stay Human Band

Lors de la dernière soirée au Jazz Museum, Jon Batiste donna un avant-goût de son nouveau CD, sorti depuis sous le titre « Social Music », en conviant une bonne dizaine des musiciens de son groupe Stay Human. Il est frappant de voir combien il réussit à personnaliser ces concerts/happenings, en même temps qu’il a su créer une ambiance particulière, essentiellement par un travail de mixage sonore, sur le CD.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=7228JMTCXQg&list=PLfjYYAcNBVjVTYycPR1_-RQmxsAyIDPfh[/youtube]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *