À Nice, Manu Linarès favorise le lien social autour du jazz

À Nice, un peu en contre-bas de l’avenue Thiers, près de la gare centrale érigée en 1867 par la compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, se trouve un lieu unique, un bar ouvert à la fin du XIXème siècle, et toujours en activité.

Il porte encore le nom de son premier propriétaire, la Cave Romagnan. Quand le frère de son actuel tenancier en prend la gestion, en 1978, six fûts de 1100 litres chacun sont encore entreposés dans la cave. Les gens du coin y viennent tirer leur vin. La clientèle est alors plutôt masculine et possède une bonne descente. Aujourd’hui, grâce à Manu Linarès, c’est un lieu incroyable de mixité sociale, où toutes sortes de gens viennent pour se rencontrer et partager, tous les samedis, un moment de convivialité autour du jazz.

Depuis quand tenez-vous ce bar?

Après avoir fait des études d’architecture à Marseille, j’ai pas mal bougé, en France et à l’étranger, et je me suis retrouvé en Iran quelque temps avant la Révolution islamique. Je travaillais pour une compagnie américaine qui construisait des logements ouvriers sur le site des puits de pétrole. J’ai été le témoin du moment révolutionnaire, des manifestations de rue, des émeutes, puis du retour triomphal de Khomeiny, de l’enthousiasme de la population. Les choses se sont vite gâtées et quand j’ai entendu un communiqué radiophonique annonçant la suppression des émissions de musique, j’ai compris qu’il fallait partir.

Vous êtes revenu en France?

Non, je suis allé en Italie, à Carrare, pour apprendre à tailler le marbre. Cela a duré six ans. Je suis devenu sculpteur et, revenu à Nice, grâce à quelques amis architectes, j’ai reçu des commandes, dont celle d’un buste d’Audiberti sur le lycée qui porte son nom à Antibes.

Manu Linarès, Buste de Jacques Audiberti (photo Christian Delage)

Mais avec une commande en moyenne par an, je n’avais pas de quoi vivre et c’est alors que mon frère, qui n’était pas en très bonne santé, m’a demandé de venir lui donner un coup de main à la Cave Romagnan.

En quelle année?

C’était en 1998. J’ai donc dû reprendre la gestion d’un bar qui, à l’époque, était ouvert de 6h du matin jusqu’à 21h30. Avec une clientèle de gars qui étaient plutôt des gros buveurs. Au bout de quelque temps, j’ai décidé de mettre un frein à une activité que je ne concevais pas comme un business.

Manu Linarès derrière le bar de la Cave Romagnan, 11 avril 2014 (photo Jean-Louis Neveu)

C’est là qu’intervient le jazz?

Oui, sans être forcément très connaisseur, je voulais organiser des concerts dans le bar, même s’il est assez petit (une dizaine de places assises, une quarantaine debout). J’ai essaimé les clubs de la région, à Nice et à Cagnes (au Pied bleu, aujourd’hui disparu) et j’ai installé, tous les samedis, une soirée jazz.

La Cave Romagnan, soirée jazz du 12 avril 2014 (photo Jean-Louis Neveu)

Vous avez pu ainsi attirer une autre clientèle?

En fait, il faut distinguer d’abord ceux qui viennent plutôt dans la journée et, comme la rue d’Angleterre est en plein quartier maghrébin, ce sont des hommes qui boivent un verre, jouent aux cartes ou aux échecs. Je fais aussi l’écrivain public, je donne des coups de main à des gens qui ne savent pas bien écrire ou même parler le français (je suis moi-même d’origine espagnole, et j’ai acquis quelques notions d’italien, de perse aussi!). Je suis à l’écoute des problèmes de coeur, il m’arrive d’ailleurs d’être le témoin ou même de favoriser des rencontres.

Et les soirées?

Outre le jazz, le 1er mercredi du mois est consacré au slam et à la poésie, le 2ème à la philo et à l’histoire, le 3ème au théâtre et le 4ème à la musique. On accueille tout le monde, mais, en particulier pour le slam, on est assez pro et on participe chaque année au concours national. L’un de nos membres est arrivé 2ème l’année dernière.

Ce qui frappe, le samedi soir, c’est la mixité que vous suscitez : des femmes, des hommes, des jeunes, des vieux, des gens de toutes conditions sociales.

Oui, j’en suis très heureux, c’est ce que je recherchais. Il y a des manoeuvres en bâtiment, des architectes, des repris de justice, des avocats, des écrivains comme John Montague, des journalistes, des gens un peu cassés par la vie. Beaucoup d’étrangers, des Italiens, des Espagnols, mais aussi des Irlandais, des Suédois, des Allemands, des Américains. Rentrés chez eux, certains font connaître le nom du bar et le jazz qui s’y joue. Ainsi, à Harlem, la Cave Romagnan est connue!

Franck Taschini et ses musiciens, 12 avril 2014 (photo Jean-Louis Neveu)

Comment êtes-vous perçu par les autorités municipales?

Nous sommes connus du conseil municipal, dont plusieurs membres sont venus au bar. Je dois même dire que lors de mon troisième procès, j’ai reçu le soutien du maire de Nice.

De quels procès s’agit-il?

En fait, alors que j’ai maintenu le nom de Romagnan, son petit-fils n’a cessé de m’être hostile et a cherché à fermer l’établissement, sous le prétexte que la musique faisait du bruit. Nous avons installé un indicateur de décibels pour le contrôler, j’ai décidé de terminer le concert du samedi à 22h, mais rien n’y a fait. Lors du 3ème procès, une pétition en ma faveur a été signée par près de 3000 personnes et une déambulation festive a eu lieu dans la rue le 27 mars 2010.

Les samedis, quand le bar est bondé, on vous voit à peine et les allers et venues des clients sont si nombreux que tout semble basé sur la confiance que vous leur portez, la liberté que vous leur donnez.

Oui, mon bar est un lieu ouvert. Il y a bien eu quelques indélicatesses, mais très peu. J’ai aménagé une bibliothèque où j’ai mis mes livres à la disposition de tous. J’organise très régulièrement des expositions. Je le fais de manière professionnelle, en choisissant les artistes. C’est la même chose pour le jazz. L’agenda est rempli et il faut maintenant attendre un peu pour se produire, après m’avoir envoyé une démo. Le piano est un don d’un de mes clients.

Les artistes reçoivent-ils quelque chose pour leur prestation?

Oui, c’est César qui fait passer le chapeau après chaque set.

Il lui arrive aussi de danser…

Oui, ici on vient pour parler, écouter de la musique, danser, passer du temps ensemble. C’est ce que je voulais créer comme ambiance.

Malgré ses 80 ans, César apprécie le collé-serré (photo Jean-Louis Neveu)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *