Cecil McLorin Salvant, une anti-star, ouvre le festival de Nice 2014

Prendre au sérieux le jazz, sans se prendre soi-même au sérieux. C’est ainsi que Cecil McLorin Salvant définit son rapport à la musique à laquelle elle se consacre. En tout cas pour l’instant, car il n’est pas impossible, un jour, qu’elle concrétise un autre de ses rêves, chanter de l’opéra. C’est en venant en France, la patrie de sa mère, originaire de Guadeloupe (son père, médecin, est né à Haïti), qu’elle a étudié le jazz et le chant lyrique. « Si j’étais restée aux États-Unis », m’explique-t-elle lors d’un entretien à Paris, « j’aurais fait des études littéraires, ou de l’histoire ».

Source : http://www.cecilemclorinsalvant.com/photogallery/

À Aix-en-Provence, dans la classe de Jean-François Bonnel, elle apprend l’histoire du jazz non pas sous la forme d’un cours (ce sera pour plus tard, à New York, lors d’un semestre à la New School), mais par des conseils sur un choix de musiques à écouter. Elle découvre, en particulier, des chanteuses des années 1920, comme Bessie Smith ou Ethel Waters. Des chanteurs, comme Bert Williams. Mais elle apprécie aussi le répertoire folklorique américain et s’intéresse à toutes sortes de musiques. Si cela vient de son milieu familial, où elle entendait du jazz, des musiques du monde, du  blue grass, de la Motown, du disco, c’est grâce, aujourd’hui, à son téléphone portable, qu’elle fait des découvertes imprévues : « J’écoute énormément de musique tous les jours et j’essaie de varier, sur un mode aléatoire. Un artiste me mène vers un autre. Je note ce qui me paraît intéressant ».

Cecil McLorin Salvant par Jean-Louis Neveu (Paris, juin 2014)

En reprenant des standards, ou en cherchant des textes ou des musiques peu ou pas connus, elle fait un pas de côté, et prend quelque distance, « presque un second degré, en auditrice que je suis d’abord ». Cela se voit en concert et s’entend bien dans son dernier CD, « WomanChild » (le deuxième, produit par Mack Avenue et distribué par Universal, le premier ayant été autoproduit), avec, par exemple, « I Only Have Eyes For You » (bien différent de la fameuse version des Flamingos, oldies but goodies!), ou « I Did Not Know What Times It Was » (musique de Richard Rodgers et paroles de Lorenz Hart, pour la comédie musicale Too Many Girls, 1939).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=G99FfalLFWQ[/youtube]

Cecil McLorin Salvant est également pianiste et compositrice. Elle a écrit la musique qui accompagne un texte écrit par la poétesse haïtienne Ida Faubert, qu’elle chante avec beaucoup de clarté dans la diction et la voix, de la retenue, de l’humour et du swing, des qualités que Ben Ratliff semble, comme nous, avoir beaucoup appréciées. Sur la scène du Théâtre de verdure de Nice, elle apprivoise petit à petit un public qui peut la trouver, de prime abord, comme un peu distante. Très vite, les gens sont séduits par sa voix, chaude, montant avec beaucoup de souplesse dans les aigus ou descendant dans les graves, et par les textes ou les auteurs qu’elle chante. On comprend très vite qu’elle a beaucoup navigué dans le répertoire, connu ou méconnu et qu’elle a des choix d’interprétation très justes, soucieux de rappeler, en passant, le ton originel, avant d’imprimer le sien. C’est particulièrement le cas avec le fameux « Trolley Song » de Judy Garland (Meet Me in St-Louis, Vincente Minnelli, 1944), ou le très beau « Mal de vivre » de Barbara. Ajoutons qu’à ses côtés, se tiennent des musiciens de grande classe, tel Aaron Diehl.

Ida Faubert (1959).

Cecil McLorin Salvant vit à Harlem, près du Marcus Garvey Park où se tient chaque année le Charlie Parker Festival (dont je rendrai compte de l’édition 2014 bientôt). « J’ai du mal à imaginer que je pourrais habiter ailleurs qu’ici », me dit-elle, alors qu’elle fréquente souvent le Jazz Museum. Mais, si le jazz est roi à New York, il ne l’est pas autant dans le reste de l’Amérique et elle regrette que « cette musique, qui vient des Africains-Américains, ne soit plus pour la jeune génération une source de fierté. Certains en parlent comme d’une musique morte, ennuyeuse… » D’où son souhait, comme le fait si bien Jon Batiste, de se tourner vers les jeunes âgés de 18 à 25 ans et leur enseigner une partie essentielle de l’histoire de leur communauté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *