Jean-Philippe Viret, « les pièces tendres et de sentiment ».

En 2001, alors âgé de 42 ans, le contrebassiste Jean-Philippe Viret donne un entretien à Citizen Jazz et revient sur son parcours. Il raconte : « Au départ, j’ai insisté auprès de mes parents pour faire de la musique. A la maison, il y avait un piano sur lequel j’essayais de trouver des couleurs. J’ai suivi un schéma assez classique : méthode rose, vieille demoiselle, et désintérêt pour la musique jusqu’au jour où j’ai rencontré Emmanuel Bex. C’est lui qui m’a suggéré de me mettre à la contrebasse. »

Le trio sera sa formation favorite, grâce à la rencontre, qui va s’avérer déterminante, avec le pianiste Edouard Ferlet et le batteur Fabrice Moreau.

Trio VIRET
Le trio Viret (Grégoire Alexandre)

C’est plutôt dans une certaine discrétion que le trio inscrit sa présence dans l’univers du jazz,  et c’est dans un esprit très chambriste qu’il développe ses compositions. En les écoutant jouer au Café de la danse en mars dernier, dans une salle à l’acoustique et aux proportions favorables au caractère intimiste de leur formation, le spectateur est constamment surpris par leur manière de se passer le relais dans la conduite de la mélodie, en toute fluidité. Il y a quelque chose de très abouti dans cette écriture, et qui tient sûrement aux faits que les musiciens sont tous trois compositeurs.

L’album qu’ils viennent de publier s’intitule « L’ineffable ». Cela pourrait paraître logique que ce qui se met singulièrement en notes ne puisse ou ne doive pas se dire en mots. Mais, par-delà cette définition littérale, il faut comprendre ce titre  comme ce qui peut s’exprimer, entre les musiciens, et, partant, avec les auditeurs, sans effet ostentatoire, dans une révélation progressive de l’unité de la pièce.

Dans « Tous constraints », par exemple, avant que la contrebasse n’occupe le devant de la scène, à la moitié du morceau, la matière musicale associe sans dominance les trois instruments (même si  la contrebasse pâtit ici du son de la vidéo), et déjoue les schémas classiques thème et variations, mélodie et improvisation, distribution successive des chorus.

Dans Jazz Magazine (n°699, février 2015) , Stéphane Ollivier évoque la « cohésion organique » de « Tous contraints », et les difficultés que le trio a rencontrés pour trouver le bon tempo : « trop lent et le groupe peine à faire tenir ensemble les éléments du mobile ; trop rapide et l’énergie prend définitivement le dessus, annihilant toute la subtilité mise en place ». Le résultat ne laisse pas deviner les repentirs qui ont marqué l’aboutissement.

Le Trio Viret est à l’affiche du Sunside les 8 et 9 mai, pour un hommage à Keith Jarret.