Pour Jason Moran, le jazz est aussi affaire d' »entertainment »

Quand Jason Moran entre sur la scène du théâtre de verdure du Nice Jazz Festival, avec ses musiciens et la chanteuse Lisa E. Harris, le public se scinde immédiatement en deux groupes : ceux qui vont rester assis, alors qu’ils appartiennent à une génération qui, sans avoir connu Fats Waller de son vivant (1904-1943), a certainement en mémoire certaines de ses compositions les plus célèbres, et ceux qui, âgés d’une vingtaine d’années, à peine le concert commencé, sont pris d’une envie irrésistible de venir danser devant la scène. La musique de Waller est à l’honneur, et si sa réactivation, comme toujours chez Moran, est prise au sérieux, elle prend ici un tour volontiers ludique, à l’image du masque que le pianiste porte quasiment pendant tout le concert.

MoranWaller2
Jason Moran et le masque de Fats Waller (©Jean-Philippe Marty)

Car l’entertainment, ce n’est pas seulement le fait de procurer du plaisir à un spectateur, mais aussi une manière de porter attention, intérêt à un artiste dont la bonhommie masquait sans doute la vraie musicalité. Si réhabilitation il y a, celle-ci se fera donc dans la joie, d’où le titre du CD d’où est issu  ce concert : « All Rise: A Joyful Elegy for Fats Waller ».

Jason Moran3
Jason Moran et Lisa E. Harris (©Jean-Philippe Marty)

Par chance, il est possible aujourd’hui de voir Fats Waller interpréter « Ain’t Misbehavin' » dans la comédie musicale, avec casting africain-américain, Stormy Weather, réalisé par Andrew L. Stone en 1943, et patrimonialisé en 2001 par la Bibliothèque du Congrès.

Comme le souligne très justement Arnaud Robert, « rien n’est littéral, rien n’est formaliste dans cet hommage. Jason Moran n’a jamais donné dans la taxidermie. Il montre, avec son trio augmenté, avec des voix, avec une trompette, ce qui pourrait s’appliquer à notre époque dans cette musique vieille de presque un siècle. Il y a des ragtimes qui ont le goût du rap. Il y a des champs sur lesquels se mène toujours la même bataille. Jason Moran est un artiste fondamentalement politique au sens où il creuse dans l’histoire africaine-américaine la persistance d’une stratégie du marronnage ».

J’avais déjà évoqué la recréation, par Moran, du fameux concert de Monk à Town Hall, puis son CD « Ten ». Si l’on devait suivre tous les concerts que la pianiste de Harlem donne cet été dans le monde, outre l’hommage à fats Waller, on le trouverait en duo avec Robert Glasper, avec la soprano de formation classique Alicia Hall Moran (sa femme) et le grand guitariste Bill Frisell,  avec Mary Halvorson et Ron Miles, et encore avec son groupe, le Bandwagon, accompagnant la compagnie Ronald Brown, ou avec la vidéo-artiste et performer Joan Jonas et, enfin, last but not least, avec des skaters!

Avec Moran, nul doute que le jazz est capable en même temps de préserver son identité et de s’ouvrir à la scène contemporaine, une occasion de (re)dire que cette musique s’adresse à tous et s’inscrit pleinement dans le temps présent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *