Eric Legnini réunit Kellylee Evans et Sandra Nkaké en hommage à Ray Charles

L’année 1959 n’en finit pas d’être célébrée. Après Monk au Town Hall de New York, le festival de jazz à la Villette a consacré un week-end l’année dernière à une série de reprises de « Kind Of Blue » de Miles Davis, « Giant Steps » de John Coltrane, « Mingus Ah Um » de Charles Mingus ou encore « Time Out » de Dave Brubeck. Éric Legnini avait choisi quant à lui Ray Charles, et « What’d I Say ».

« C’est le moment, m’explique-t-il, où Ray Charles popularise le Gospel, tel qu’il était chanté à l’église, sous un format plus pop et R&B ». Mais comment s’affronter à une telle légende sans pâtir de la comparaison ? « J’ai grandi dans une famille de musiciens classiques, mais ma mère me chantait du gospel.. j’ai mis du temps à retrouver cet héritage ». Legnini a d’ailleurs fait appel à Sandra Nkaké, « qui a un côté naturellement churchy« , mais aussi à Alice Russell et à Elena Pinderhugues.

Devant le succès de leur prestation, non prévue pour être gravée sur CD, l’équipe est partie en tournée, avec, pour la circonstance, Kellylee Evans, aux côtés de Sandra Nkaké, et a fait escale à Nice.

« J’avais produit les deux premiers CD de Kellylee. Ce qui est intéressant, c’est qu’elle a grandi dans une tradition plutôt hip-hop, et si c’est davantage de mon côté que se trouve la ferveur pour le Gospel, nous partageons le même goût du crossover ».

Sur scène, Sandra apparaît plus motrice, car elle n’est pas seulement chanteuse, mais actrice, pour le cinéma et le théâtre. Cependant, leur complicité est pour beaucoup dans le succès du show.

EVANS:NKAKE
Éric Legnini, Kellylee Evans et Sandra Nkaké (©Jean-Philippe Marty)

« On prend vraiment du plaisir à jouer ensemble et à danser, raconte Sandra Nkaké. Ni Kellylee ni moi n’avions jamais chanté des compositions de Ray Charles. Je me souviens de lui dans The Blues Brothers : j’avais adoré son mélange de précision et de folie ».

Pour Kellylee, la présence de Legnini a été déterminante pour affronter un tel challenge, et la manière dont il a conçu les arrangements l’a particulièrement satisfaite.

Toutes deux sont également concernées par ce que Sandra appelle « le sous-texte des paroles de Ray Charles » : comment elles renvoient à une époque qu’elles n’ont pas connue, mais où la question de l’identité noire était cruciale. « Ce qui nous paraît aussi très moderne, c’est la manière dont il évoque le sexe, une forme d’amour qui n’était pas chaste, de façon parfois très crue, alors qu’il appartenait à une communauté plutôt religieuse ».


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *