Un jazz inventif célébré aux Victoires 2016

Pour cette édition 2016 des Victoires du jazz, le lieu choisi était la pinède de Juan-Les-Pins, la veille de l’ouverture du festival de Juan. Pour pimenter un peu la soirée, le mistral s’était invité, donnant à la fameuse vue sur l’Esterel une clarté inhabituelle, mais transformant la scène en un frêle esquif battu par le vent. Côté coulisse, l’ambiance était inhabituellement animée, grâce à la présence des nombreux musiciens invités ou en compétition, les uns répétant dans les recoins du backstage, les autres se préparant dans leurs loges. Une vraie fourmilière, où le son des instruments circulait au gré de l’irrégularité du vent.

A. BESSON
Airelle Besson se préparant à jouer avec Lucky Peterson (P. Gianquintieri)

Dans les trois catégories de prix, c’est la batteuse Anne Paceo qui a été sacrée meilleure artiste de l’année, tandis que l’organiste-pianiste Laurent Coulondre était élu Révélation et « Mechanics », de Sylvain Rifflet, meilleur album.

S. RIFFLET L. COULONDRE A. PACEO
Sylvain RIfflet, Laurent Coulondre et Anne Paceo (P. Gianquintieri)

Parmi les albums nominés figurait « Tilt », de Joce Mienniel. Une occasion de (re)découvrir ce flûtiste aux talents protéiformes et à l’univers très original. Sensible aux espaces désertés et aux ruptures de lumière et de rythme, Mienniel cite comme source d’inspiration Cormac McCarthy et Pierre Soulages, dont il a particulièrement apprécié l’exposition tenue au Centre Pompidou en 2010.

  Capture d’écran 2016-07-14 à 21.47.41  SOULAGES  

Des correspondances musicales qu’ont suscitées les grande toiles de Soulages, Mienniel écrit : « La couleur noire est dans ce disque, la mesure sur laquelle tout repose et tout se construit. Car il s’agit bien de cela, entendre le noir autrement, l’écouter, s’immerger en lui, et lui trouver une force singulière. À l’instar de l’outrenoir de Pierre Soulages, la musique laisse ici apparaître une infinité de détails au point de révéler une plus grande luminosité que dans nulle autre couleur. »

Comme il l’explique à Elsa Boublil, il a choisi la flûte assez tôt, à l’âge de 10 ans, et en a privilégié le registre alto. En l’écoutant en mode solo, on peut apprécier pleinement la manière dont il s’est approprié l’instrument.

Le compositeur, qui recoure volontiers au traitement électronique du son, travaille également pour le cinéma et la télévision ou, comme ici, pour un clip intitulé « Showreel ».

Mienniel a rejoint les lauréats et les artistes invités en fin de soirée pour entourer Lucky Peterson, dont la générosité bien connue a permis à tous ceux présents sur scène et dans la pinède de célébrer les Victoires du jazz en revenant à son essence, le Blues.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *