BLUE NOTE, UN FESTIVAL ENTRE EUROPE ET AMÉRIQUE

Cette semaine commence le festival Blue Note Xperia, après une première édition, voici deux ans, qui avait servi de rampe de lancement. Tandis que Norah Jones, dont le dernier album renoue avec le style et l’atmosphère de ses débuts, et Ben l’Oncle Soul, affichent déjà complet, d’autres artistes seront également présents, d’Al Jarreau, à Charles Lloyd, Paolo Fresu et Richard Galliano et Jan Lundgren, en passant par des représentants de la nouvelle génération, déjà réputés, comme Robert Glasper, Christian Scott et Trombone Shorty, ou à découvrir, comme Kandace Springs et Terrace Martin.

Ce qui rassemble ces musiciens, assez différents par leur style et leur âge ? L’appartenance au label Blue Note, en tant que producteur ou diffuseur, mais pas uniquement, car le projet Mare Nostrum, de Fresu, Galliano et Lundgren, par exemple, est édité par ACT. Le trio symbolise d’ailleurs la présence européenne au sein d’un groupe d’artistes surtout américains. Ce serait cependant oublier que Blue Note Records, le fameux label créé à New York en 1939, l’a été par Alfred Lion, Max Margulis et Francis Wolff, tous trois juifs allemands originaires de Berlin.

blue-note
Max Margulis, Pete Johnson, Abe Bolar, Alfred Lion, Ulysses Livingston. Photo prise par Francis Wolff en 1939 (DR)

Cette histoire pourrait donc être racontée autrement, dans le croisement des échanges entre Berlin, Paris et New York, que ce soit en positif (venue d’artistes africains-américains dans la capitale allemande des années 1920 et du début des années 1930 ; voyages aux Etats-Unis des quelques fans allemands de jazz) ou en négatif (tentatives des nazis non pas d’interdire le jazz comme expression musicale, mais de le rendre « blanc », en créant des groupes concurrents de l’underground berlinois et des artistes américains pendant la Deuxième Guerre mondiale). Par-delà la dimension musicale de la présence transatlantique du jazz, il existe une histoire politique et culturelle, celle qui verra des soldats américains (déjà présents en 1918), qu’ils soient blancs ou noirs, accompagner par leur engagement citoyen la libération des camps, la fin des combats et la capitulation nazie, à l’exemple du jeune chef de Band Dave Brubeck.

brubeck
Dave Brubeck et son premier Band (DR)

L’aventure artistique exceptionnelle de Blue Note, de Sidney Bechet, Thelonious Monk, Ornette Coleman, Sonny Rollins, John Coltrane, à Jason Moran aujourd’hui, a fait se croiser la dynamique de l’héritage culturel du New Deal au legs du Bauhaus et de l’art moderne européen (Wolff est photographe, et les graphistes du label donneront un style inimitable aux disques maison).

En un mouvement de balancier assez intéressant à souligner, ce sont aujourd’hui les Français, en l’occurrence le groupe Universal, qui ont sorti Blue Note d’une longue phase de déclin (tout comme Impulse!). Et c’est un Allemand né en Pologne, Siggi Loch, qui a créé en 1992 le label ACT, où les Français Peirani et Parisien ont trouvé des camarades de jeu pour leurs derniers CD (Michael Wollny et Joachim Kühn). On se souviendra également que le label ECM, fondé en 1969 par Manfred Eicher, a édité nombre de grands artistes américains, à commencer par Keith Jarrett, tout en développant une production européenne de haut niveau.


En 1989, ECM permet au saxophoniste Charles Lloyd de redémarrer sa carrière.
Il sera à Pleyel samedi 19 novembre.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *