L’ESPRIT JAZZ D’ED VAN DER ELSKEN

Dans l’épatante exposition que consacre le Jeu de Paume au photographe et cinéaste Ed van der Elsken, il est réjouissant de découvrir, de manière inattendue, des petits formats noir et blanc de musiciens de jazz. Et plus encore de se plonger dans le livre que van der Elsken a publié en 1959, simplement intitulé Jazz, un cadeau qu’il est appréciable de recevoir et tout autant de partager.

Car, pour ma part, c’est une véritable découverte et il semble, en parcourant la toile, que l’édition originale où l’auteur a inscrit, à la main, les noms des musiciens qu’il a photographiés, est très recherchée. Point de fétichisme de collectionneur dans tout cela, car le travail de van der Elsken est tout sauf anecdotique.

Il prolonge les expériences les plus significatives des photographes documentaires américains des années 1930, comme Walker Evans et Dorothea Lange, et partage le goût de son contemporain Robert Frank pour la Street Photography.

En effet, Frank publie au même moment son grand livre Les Américains, qui se rapproche, selon Jonathan Day, de « l’improvisation en jazz, vivant de façon créative dans le moment, tout en étant conscient de la structure dans laquelle les réponses correspondent à ce moment » (Robert Frank’s The Americans. The Art of Documentary Photography, Bristol & Chicago, 2011, p. 42).

Charles Mingus par Robert Frank (Londres, 1951)

Pas étonnant donc que Jack Kerouac, auquel a fait appel Frank pour le texte accompagnant ses photos, ait manifesté également son amour du jazz au point de dire : «Je veux être considéré comme un poète de jazz soufflant un long blues au cours d’une jam-session un dimanche après-midi.» (Libération, 9 août 1995).

Al Cohn, Zoot Sims et Jack Kerouac en 1959 à Hanovre en session d’enregistrement.

Evans et van der Elsken pont en commun le choix du Leica 35mm, doté d’un téléobjectif. Van der Elsken y recoure sans flash pour saisir les musiciens en concert dans la plus grande expressivité physique et musicale, de près ou de loin, de face ou de dos, en contre-plongée ou en surplomb. La prise de vues, en noir et blanc, donne parfois un grain très visible au tirage, qui accentue la force brute du mouvement saisi.

Van der Elsken aime le jazz, les musiciens, mais aussi ceux qui les écoutent. C’est rare de voir un photographe délaisser un moment les artistes pour regarder le public.

Ed van der Elsken, Jazz

Jacques Becker l’avait également fait en 1949 dans Rendez-vous de juillet (merci à Adèle Bossard-Giannesini de me l’avoir fait redécouvrir lors d’un exposé dans mon séminaire sur le jazz et la modernité cinématographique). Il y montre combien, dans l’immédiat après-guerre, le jazz participe à sa manière à la naissance d’une sociabilité générationnelle, les liens amicaux et amoureux se structurant autour d’une musique qui continue à faire danser, tout en entrant bientôt dans une nouvelle ère, celle du Be-bop, où il s’agira davantage de l’écouter, comme l’explique lui-même Jacques Becker.

L’esprit de bande, van der Elsken l’avait si bien connu à Saint-Germain-des-Près que Patrick Modiano l’inclura dans la galerie de personnages d’un de ses romans, Dans le café de la jeunesse perdue, où il écrit : « Un photographe était entré un jour au Condé. Rien dans son allure ne le distinguait des clients. Le même âge, la même tenue vestimentaire négligée. Il portait une veste trop longue pour lui, un pantalon de toile et de grosses chaussures militaires. Il avait pris de nombreuses photos de ceux qui fréquentaient le Condé. Il en était devenu un habitué lui aussi et, pour les autres, c’était comme s’il prenait des photos de famille. » (Folio Gallimard, 2007).

Mais c’est à Amsterdam que van der Elsken a profité de la vitalité de la nouvelle scène jazzistique des années 1950, où se sont côtoyées plusieurs générations de musiciens, de Louis Armstrong au jeune Miles Davis, pour composer la matière de Jazz. Il dépeint avec un grande acuité visuelle l’enthousiasme du jeu, l’effort physique qui distord les corps, les bouches, les bras. Chet Baker y fait davantage percer une rage presque monstrueuse, bien éloignée de la joliesse des photos de William Claxton (que l’on peut néanmoins apprécier).

Ed van der Elsken, Jazz (Chet Baker)

Les instruments envahissent parfois le cadre photographique, au point de les rendre presque inquiétants par leur taille ou leur apparence matérielle. Des sortes de plans de coupe saisissent le regard en forme de clin d’œil  porté par Duke Ellington sur ses musiciens, la sueur qui envahit le visage de Coleman Hawkins, tandis que des vues d’ensemble montrent la communion avec la foule, dans une ambiance enfumée qui fait de la scène un ring de boxe. C’est très cinématographique, car van der Elsken a voulu, même dans un livre, rendre palpable le mouvement, l’énergie vibrante du jazz, son tempo.

Ed van der Elsken, Jazz (Jay Jay Johnson, Elvin Jones, Kai Winding, Red Garland, Lee Konitz et Oscar Pettiford)

D’où vient une mise en page dont l’intelligence graphique et le sens du découpage  sont d’une grande modernité, en particulier dans l’art du dépliement latéral des images ou dans la mise en relation de deux attitudes du même artiste.

Avant de refermer le livre, on pourrait en reprendre la lecture en le feuilletant à vitesse rapide, comme pour un flip book, une approche ludique qu’autorise sa puissance d’archive, celle de l’enfance de l’histoire.

 


Une réflexion au sujet de « L’ESPRIT JAZZ D’ED VAN DER ELSKEN »

  1. Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *