Master Class, le jeu et l'échange.


Mike Stern, Nice, nov. 2012 (photo J.-F. Ferrandez) et Juan-les-pins, été 2012 (photo P. Gianquintieri)

Qu’est-ce qui se passe dans l’intimité d’un musicien pendant qu’il joue ? En concert, il est à relative distance du public. C’est alors le photographe qui peut se rapporcher de lui, au moment où il ressent quelque chose qu’il veut enregistrer, puis donner à voir. Tout cela est très furtif, mais Patrizio Gianquintieri a su saisir ce repli sur soi du guitariste Mike Stern à Juan l’été dernier. Dans le cadre d’une Master Class, ce sont les élèves qui sont dans la proximité du maître, en toute décontraction, mais avec la rigueur du professionnel qui n’est plus seulement en position d’artiste-interprète, mais de pédagogue, de transmetteur.

André Ceccarelli, Nice, photo J.-F. Ferrandez.

Que ce soit, pour André Ceccarelli, dans l’attention des auditeurs à son jeu, ou, pour Richard Bona, dans ce qui transparaît dans les yeux, l’expression du visage, les mains, la proximité entre maître et élève n’est pas que physique.

Richard Bona, Nice, photo J.-F. Ferrandez.

Ce qui se passe dans l’échange n’est pas non plus une question de mimétisme. Si l’attitude des élèves, assise, peut paraître décontractée, c’est que leur enseignant leur a d’abord appris à se relâcher, à se faire discret s’ils accompagnent un chanteur. « Peu de notes, mais du groove! » leur a-t-il dit plusieurs fois. Même si la basse est « front line », une place récemment gagnée, elle a toujours besoin d’être accompagnée par une autre basse, qui donnera le rythme. « Tout ce que l’on joue, conclut Bona, il faut le chanter. C’est la conviction mise dans la musique qui la transforme en un océan ».

Avec le piano, l’espace du jeu et de l’échange se modifie. L’instrument occupe une place telle qu’il ne facilite pas, de prime abord, la même proximité. Les élèves peuvent voir de près leur pianiste préféré, Enrico Pieranunzi, mais quand celui-ci les invite à jouer devant lui, ils sont plus intimidés que les batteurs ou les bassistes. C’est le cas de Jérôme Mathevon (27 ans, kinésithérapeute dans le civil) et de Maxime Guesdon (20 ans, en quatrième année d’études de médecine).

J. Mathevon, E. Pieranunzi (à gauche) M. Guesdon (à droite), Nice, photo J.-F. Ferrandez.

Tous deux ont commencé par la musique classique et l’apprentissage du piano, à l’âge de 5 ans. Puis, l’un à Milan et Paris, l’autre à Marseille, ils ont découvert le jazz, et en particulier Bill Evans (sur lequel Pieranunzi a écrit un livre, Portrait de l’artiste au piano, Rouge profond, 2004). Sans doute ont-ils vu ce document extraordinaire où Evans, quoiqu’en formation trio et en osmose avec ses partenaires, est quasiment replié sur son piano, dans une concentration d’une intensité rare.

Enrico Pieranunzi, qui pratique le classique aussi bien que le jazz, leur explique l’importance de la main gauche, de l’improvisation, de l’épure. Il raconte son expérience avec Chet Baker, qui lui a appris la force de la mélodie, avec peu et non beaucoup de notes, le travail sur le blues avec une grande ouverture harmonique. « Jouer avec les autres, c’est d’abord être à l’aise avec sa propre perception ». En bon historien, il rappelle que l’évolution du jazz n’est pas mécanique, de la mélodie triomphante vers le free, et que, au même moment, en 1958, coexistaient des artistes aussi différents que Coltrane, Ornette et Ellington.

[Organisées par Gilbert Guetta, les Master Class se sont tenues à Nice les 3 et 4 novembre 2012]

Jacky Terrasson, l'art de la gouache


Jacky Terrasson, photographie Jean-Louis Neveu

« Nous, on s’est bien amusés, j’espère vous aussi », lance Jacky Terrasson à la fin de la première des quatre soirées où il a récemment tenu l’affiche au Duc des Lombards. Le public ne sait pas trop que répondre car le concert semble avoir filé si vite que l’on aimerait bien le voir se prolonger. Notre relatif attentisme tient également en partie à la manière particulière qu’a le pianiste d’enchaîner le plus souvent sans interruption les morceaux qu’il interprète, alors qu’à l’intérieur de chacun d’entre eux, il procède à de brusques sautes de tempo, redistribue les rôles entre ses musiciens, s’efface volontiers derrière leurs solos.

Pour comprendre l’état d’esprit du pianiste, il faut revenir à l’une des chansons qu’il a empruntées au répertoire de la pop music, « Oh, my Love ». John Lennon, qui l’a écrite, dit, à un moment donné : « For the first time in my life, my eyes are wide open ».

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=0LzNNgctnbs[/youtube]

Dans la reprise de Terrasson, c’est Cécile McLorin Salvant (née à Miami en 1989, lauréate du premier prix du concours international de jazz vocal Thelonious Monk 2010) qui chante. Sans doute à cause de sa voix, plus lyrique et plus timbrée que celle de Lennon, l’interprétation apparaît plus mélancolique.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=m22wrvOltQg[/youtube]

Les yeux ouverts. Au fond, c’est ce qui caractérise l’état d’esprit de Terrasson, qui semble, à 45 ans, vouloir choisir son répertoire sans exclusive, selon son inspiration du moment, les musiciens dont il veut s’entourer, l’actualité extra-jazzistique. À la manière d’une gouache (titre de son dernier CD, chez Universal), comprenons en mélangeant les univers musicaux (jazz, pop, hip hop, funk, mélodies françaises), mais surtout en diluant cette matière de manière parfois telle que le thème disparaît dans une combinaison de sons et de rythmes où l’aléatoire semble régner en maître, alors que le pianiste sait très bien où il veut aller. C’est particulièrement le cas dans l’un des standards repris, Caravan, déjà construit, à l’origine, sur l’idée de fusion et dont le rythme, quelque peu ensorcelant, ouvre des horizons d’interprétation multiples.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=yNZ6tNazmXs[/youtube]

Que ce soit avec « Beat it » qu’il reprit le soir où il apprit la mort de Michael Jackson, ou « Rehab », le fameux tube d’Amy Whinehouse, ou bien encore « Love for sale », nous sommes en terrain connu et pourtant nous sommes désorientés, pour notre plus grand plaisir. Terrasson va jusqu’à diminuer le volume sonore du piano jusqu’au quasi silence. Je partage l’avis de Ben Ratliff quand il écrit, à propos de la série de concerts donnés récemment au Jazz Standard : « For maybe a third of his late set on Thursday night at the Jazz Standard, Jacky Terrasson played piano at the volume of a windup music box, or left fat stripes of silence as the other members of his trio played on steadily. »

De Saint-Émilion à New York, en passant par la Villette, Terrasson était cette année le plus souvent en formation trio élargie à Stéphane Belmondo et Michel Portal. Au Duc, il était accompagné de Belmondo, ainsi que du contrebassiste Burniss Earl Travis, dont le style, plutôt intériorisé, dénotait par rapport au batteur, Justin Faulkner, qui partait parfois dans des solos extrêmement nerveux (tous deux, très jeunes, vivent à New York). Le percussionniste d’origine argentine Minino Garay apportait quant à lui une touche plus latine et colorée. Terrasson tire le meilleur parti de ces échanges transtlantiques et de ces croisements d’univers musicaux en proposant, souvent à partir d’œuvres populaires, une lecture inattendue, virtuose et sophistiquée.