JAZZ AU CINÉMA

Chet Baker dans Let’s Get Lost (Bruce Weber)

Ce week-end, à Paris, se tient un festival inédit de films inspirés par, ou consacrés au jazz, dans les cinémas MK2.

Les noms des compositeurs sont ainsi, pour un soir, placés devant ceux des réalisateurs : Quincy Jones (Dans la Chaleur de la nuit, Norman Jewison), Krysztof Komeda (Le Couteau dans l’eau, Roman Polanski), Bruno Regnier (L’Inconnu, Tod Browning).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=fpSP_a5XdNQ[/youtube]

Dans certains cas, comme pour Jean-Pierre Melville, c’est la passion pour le jazz qui est mise en avant, autour de sa ville-phare, New York (Deux hommes dans Manhattan).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=EFuhPdII32c[/youtube]

Le Festival, parrainé par Quincy Jones, Ibrahim Maalouf et Bertrand Tavernier, offre également, grâce à Serge Bromberg, une soirée spéciale de « Retour de flamme » et, à travers John Zorn, une programmation rare de films indépendants dont le saxophoniste a signé la bande originale (The Nobel Prize Winner, de Timo Weltkamp, 2010, ou The Rain Horse, de Dimitri Geller, 2007).

Il y aura également des concerts filmés, dont certains, uniques, sortent des collections de l’INA, d’où Pascal Rozat les a exhumés.

Après être sorti de l’École normale supérieure, et avoir réussi le concours de l’agrégation d’histoire, ce dernier a réussi à allier sa passion du jazz au goût de l’archive, comme il nous le raconte dans l’entretien qu’il nous a accordé :

Comment êtes-vous passé de l’enseignement de l’histoire à l’INA ?
J’avais soutenu en 2005 un mémoire de Master qui portait sur l’histoire du jazz en RDA et en RFA. En 2008, j’ai été repéré et recruté en tant que conseiller par Emmanuel Hoog, qui dirigeait alors l’INA, et qui connaissait par ailleurs mon intérêt pour le jazz. Outre les tâches que j’effectuais auprès de lui, j’ai été chargé de valoriser les fonds image et son que l’INA possédait sur le jazz. Explorer les archives télévisées fut assez faciles, car les 600 heures disponibles étaient déjà numérisées et décrites dans leur quasi totalité. Pour la radio, c’était un peu plus compliqué, car la numérisation est moins avancée, et la documentation nous fait souvent défaut. Heureusement, nous disposons pour nous orienter d’une base de données très précise réalisée à partir des notes manuscrites laissées par le producteur André Francis.

Quelles sont les pépites que vous avez trouvées ?
Les joyaux du fonds télé sont sans aucun doute la prestation de Coltrane à Antibes en 1965 et l’émission solo de Thelonious Monk en 1969, toutes deux éditées dans le coffret Jazz Icons Series 5. Dans le premier cas, seuls les extraits effectivement diffusés ont été archivés, soit quarante minutes, les rushes n’ayant généralement pas été conservés. Pour Monk, à l’inverse, tout a heureusement été gardé, ce qui nous a permis d’ajouter près d’une demi-heure de musique et d’images entièrement inédites sur le DVD. Quant aux premiers concerts de Ray Charles à Antibes en 1961, projetés ce week-end et également parus en DVD, ils ont été reconstitués à partir d’extraits issus d’une quinzaine d’émissions différentes, remontés dans leur séquence d’origine en s’appuyant sur les bandes radio, qui, elles, ont été conservées dans leur intégralité.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=hI9JwClThYw[/youtube]

Avez-vous valorisé ces fonds uniques ?
Oui, dans la mesure où nous avons pu régler la question souvent épineuse des droits des interprètes. Tout d’abord, nous avons mis en ligne environ 200 heures de documents vidéo et audio sur Ina.fr, en streaming gratuit ou téléchargement. Ina Éditions a également publié plusieurs CD : « Jazz sur la Croisette », dédié à l’unique Festival de jazz de Cannes, « Jazz aux Champs-Élysées », à partir des émissions de Jack Diéval, et aussi un récital de Sarah Vaughan au Châtelet. Aujourd’hui, nous travaillons beaucoup en lien avec des partenaires étrangers, notamment américains : outre les DVD que j’ai mentionnés, produits par la société californienne Reelin’ In The Years, nous avons contribué aux récents coffrets Miles Davis chez Sony, et des discussions sont en cours avec d’autres acteurs.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Z9frEN19Wr4[/youtube]

Dans le cadre du festival MK2, vous présentez quelques exemples de concerts filmés par Jean-Christophe Averty. Peut-on dire qu’il fut le seul à bien savoir filmer les musiciens?

Certainement pas le seul : rien qu’à la télévision française, il y a eu à partir de la fin des années 60 d’autres réalisateurs de jazz importants, comme Bernard Lion ou Marc Pavaux, l’ancien monteur d’Averty. Mais il est certain que ce dernier a su développer un style très particulier, qui s’exprime le mieux selon moi dans ses émissions en studio, comme celle de 1958 avec le Modern Jazz Quartet qui constitue l’un des sommets de la programmation de ce week-end. Il était donc naturel de lui rendre hommage pour cette première édition du Festival du jazz au cinéma. 

Stéphane Belmondo se souvient de Donny Hathaway

Stéphane Belmondo (photo Laurent Seroussi)

Le dernier CD de Stéphane Belmondo, en concert ce lundi 8 avril au Trianon, à Paris, frappe d’abord par la qualité et l’élégance de la mise en pages de la pochette, réalisée par Laurent Seroussi, qui avait déjà travaillé sur son précédent disque. Diplômé des Arts Décoratifs, Séroussi est à la fois photographe, réalisateur de clips et graphiste.

Ever After trouve sa source d’inspiration dans les quelques vinyles de la discothèque parentale de Belmondo produits par un artiste qui avait croisé le chemin du grand Yusef Lateef, avant que Stéphane et son frère Lionel n’en fassent de même : Donny Hathaway (1945-1979).

Une carrière courte, mais intense, marquée par la rencontre avec Roberta Flack, qui contribuera à inscrire dans la durée l’oeuvre d’un artiste disparu prématurément.

Élevé par sa grand-mère, qui lui apprend le gospel, Donny Hathaway est d’abord pianiste avant de se lancer dans une carrière de chanteur soul à Chicago, avec des titres comme « The Ghetto » ou « Everything is Everything ». La reprise, avec Roberta Flack, d’un titre de Carole King, « You’ve got a friend », le propulse au sommet des charts. Il renouvelle le succès avec « Where is Love ? », qui lui vaut un Grammy. Après une période de dépression, il compose « Someday We’ll All Be Free », puis « The Closer I Get To You », mais la maladie, plus forte que la reconnaissance acquise, finit par l’emporter. Beaucoup d’artistes se reconnaîtront en lui, comme Amy Winehouse, qui cite son nom dans « Rehab’ », mais aussi Marvin Gaye, reprenant « What’s Going On« .

Belmondo s’est également entouré de la chanteuse franco-camerounaise Sandra Nkaké, révélation de l’année aux Victoires du jazz 2012 qui, avec « Ever After », loin de son style habituel, semble parfaitement à l’aise dans un registre tout en intimité. Côté musiciens, on retrouve Jacky Terrasson, qui avait invité Belmondo sur son dernier CD, Gouache, l’ami d’enfance Thomas Bramerie, et les Américains Jonathan Blake (batterie) et Kirk Lightsey.

Kirk Lightsey, c’est à la fois la fondation de la Motown et l’école de la côte Ouest ? Vous étiez trop jeune pour avoir pu rencontrer Donny Hathaway, mais Chet Baker, vous l’avez connu à Paris ?

Oui, un soir, au Privilège, le club que Fabrice Emaer avait créé en dessous du Palace au début des années 1980. Le lendemain, Chet m’a invité au New Morning puis, après m’avoir présenté au public, a disparu pour me laisser seul sur scène. Une manière de me dire, ce qu’il a d’ailleurs fait : « tu fais partie du monde du jazz ». Quand il est revenu, je l’ai accompagné tandis qu’il chantait. Quelqu’un de très généreux, comme Yusef Lateef ou Éric Le Lann.

Ensuite, assez vite, vous êtes parti aux États-Unis puis vous y avez séjourné pendant quelques années.

Oui, j’ai eu la chance d’y aller à une bonne époque, j’y ai fait de nombreuses rencontres. Mais New York, c’est quand même une jungle, avec beaucoup d’artistes qui s’y installent tous les jours. Quand Brad [Meldhau] a démarré, il dormait sur son piano, au Smalls. Les choses ont vraiment changé après le 11 septembre.

Du Sud-Ouest, vous êtes monté à Paris, puis vous vous êtes retrouvé sur la scène de Carnegie Hall. Mais vous avez joué aussi dans les clubs de Manhattan, à une époque où les formations africaines-américaines étaient soucieuses de défendre leur identité.

Le jazz que j’ai d’abord aimé, c’est celui de la côte Ouest. Je savais par ailleurs, car Chet me l’avait dit, que beaucoup de musiciens américains se sont acclimatés aux cultures européennes. C’est le cas de Ben Webster, Dexter Gordon ou Bud Powell, et de leur aventure en Scandinavie, au Café Montmartre de Copenhague, où Chet a également enregistré. Je ne vois pas ainsi le jazz comme n’appartenant qu’à l’histoire américaine, et c’est encore plus vrai aujourd’hui.

Pourquoi avoir attendu jusqu’à maintenant pour rendre cet hommage à Hathaway ?

Je crois vraiment que les choses se font à un certain moment, pas par hasard, mais parce que c’est mûr.

Stéphane Belmondo (photo Laurent Seroussi)

Avez-vous donné des indications précises à Sandra Nkaké pour son timbre et son jeu ?

C’est vrai que ce qu’elle fait est différent de son travail habituel, qui est toujours inventif, et très personnel. Là, il faut tenir compte de la présence de Gregory, de celle des cordes, de l’équilibre entre chanteurs et instrumentistes. Je ne dirais pas que je dirige l’interprétation, mais je cherche à faire venir chacun vers l’autre.

Vous faites beaucoup de prises ?
En l’occurrence, nous avons presque toujours choisi les premières.

Avec un travail en studio après-coup ?
Mon complice Christophe Larrieu joue un rôle essentiel dans ce domaine. Le quatuor à cordes qui joue avec nous vient de Toulouse, où Christophe travaille au Capitole. Lors de l’enregistrement, nous avons travaillé la nuit, en particulier avec Sandra. Avec une règle commune : ne jamais forcer les choses, laisser venir, faire confiance au moment présent. Mon rapport à Donny Hathaway, c’est aussi un rapport à l’enfance, celle que j’ai vécue en écoutant les disques de mon père, que ce soit Ravel, les Bee Gees ou l’opérette.