Automne à New York (2)

Après le Charlie Parker Jazz Festival, qu’offrait de particulier Harlem en ce mois de septembre 2013? Il n’est pas bien difficile de sortir des quelques sentiers battus par les touristes pour satisfaire sa curiosité. Prenons, par exemple, la Lenox Avenue, côté nord, entre 135ème et 138ème. Très vite, sur la droite apparaît un double ensemble hospitalier à l’architecture moderne et contemporaine : le Harlem Hospital Center, réputé pour avoir compté parmi ses patients Martin Luther King, soigné en 1958 pour un problème cardiaque.

Martin Luther King, Jr., accompagné de sa femme Coretta Scott King, quittant le Harlem Hospital Center le 3 octobre 1958.

Le docteur John W.V. Cordice, qui avait opéré King, a été célébré l’année dernière au cours d’une cérémonie organisée lors de l’ouverture d’un nouveau bâtiment de l’hôpital, accueillant une galerie murale où a été disposée la célèbre fresque créée dans les années 1930 sous la forme d’une commande passée par la Works Progress Administration aux artistes africains-américains, Vertis Hayes, Alfred Crimi, et Charles Alston.

Reproduction de la fresque murale peinte par Vertis Hayes, Alfred Crimi, et Charles Alston sur la façade de l’extension de l’hôpital de Harlem ouverte en 2012.

Pour connaître un peu mieux l’histoire de la participation des artistes et des écrivains africains-américains au programme artistique du New Deal, il suffit de se rendre en face, au Schomburg Center for Black History and Culture, la section locale de la New York Public Library, et d’y voir une exposition sur ce sujet, intitulée : « Schomburg Collects WPA Artists, 1935-1943“ (jusqu’au 4 janvier 2014), qui présente, entre autres, des oeuvres de Beauford Delaney, James Van Der Zee, Paul Robeson, Billie Holiday, et Dorothy West.

Beauford Delaney, Jazz Quartet (1946).

Après la Deuxième Guerre mondiale, quelques artistes africains-américains avaient pu bénéficier, dans les derniers temps du New Deal, d’une aide fédérale connue sous le nom de G.I. Bill., qui leur permit de parfaire leur éducation et pour certains de se rendre à Paris afin de mieux connaître la situation de l’art moderne. Une manière, limitée, de lutter contre leur ségrégation.

En travsersant Lenox, et en remontant jusqu’à la 138ème, on peut rapidement trouver la fameuse Abyssinian Baptist Church, dont les Tour Operators ont fait une étape dominicale très matinale pour leurs clients de passage à New York. Mais si vous vous y rendez l’après-midi, et en particulier lors de la série de concerts mensuelle du Jazz Vesper Service, vous pourrez, au milieu d’une assemblée africaine-américaine élégante, chaleureuse et connaisseuse, écouter d’excellents musiciens. Ce fut le cas, le 8 septembre, avec le quintette d’Eric Reed, un pianiste très connu à New York, moins en France. Bon connaisseur du répertoire, il avait il y a quelques années contribué à la redécouverte de Billy Strayhorn (1915-1967), le compositeur de ‘Take the ‘A’ Train » et longtemps collaborateur de Duke Ellington, en lui consacrant avec son big band un bel hommage au Miller Theatre.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=WtYvGJaIRn0[/youtube]

Le Miller Theatre, l’une des très bonne salles new-yorkaises pour qui veut découvrir des créations contemporaines, marque l’entrée, sur Broadway, de l’université de Columbia. Quoique considéré comme la partie occidentale de Harlem, le campus se distingue par sa population, son habitat et son niveau de vie. Il y a bien une frontière, mouvante en fonction de l’extension immobilière de Columbia, entre l’espace compris entre l’Hudson et le parc de Morningside, et le territoire qui s’étend de l’Apollo à la station de train de la 125ème (Ouest/Est), et du Marcus Garvey Park à la 138ème (Sud/Nord).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=aOy0UinEM-Y[/youtube]


Automne à New York (1)

Arriver à Manhattan depuis l’aéroport de JFK constitue toujours une expérience de désorientation. Du fait de son caractère insulaire et des enchevêtrements de routes et de ponts, vous n’avancez jamais dans l’axe de la Skyline. Seule l’arrivée par le bateau peut donner le sentiment d’entrer progressivement, de face, vers ce site à nul autre pareil.

Vue du sud de Manhattan depuis le Ferry de Staten Island (cliché C. Delage)

La rentrée des New-Yorkais se fait après le Labor Day. Pour l’amateur de jazz, la transition du temps de l’été à celui de l’automne a lieu quelque jours plus tôt, le week-end des 23/24 août, aux deux extrémités de Manhattan : le Marcus Garvey Park, à Harlem et le Tompkins Square, dans l’East Village, où se déroule le  Charlie Parker Jazz Festival.

La station de métro la plus proche est située au fameux carrefour de la 125ème Rue et de Lenox Avenue : l’occasion de voir, en descendant vers le parc, ce qu’il est advenu du fameux club, le Lenox Lounge. Et c’est un spectacle un peu triste qui s’offre à la vue : la salle a finalement fermé, comme nous en avions été prévenus, mais son état dit quelque chose sur le conflit qui a opposé le nouveau locataire à l’ancien. Ce dernier, après avoir refusé de payer le double de loyer suite à la fin du bail, a contesté le droit de son successeur d’utiliser à des fins mercantiles le nom du club, bientôt transformé en restaurant. Une nuit, il a déménagé le mobilier et une partie de ce qui faisait l’âme du lieu, avant d’être contraint de tout restituer. Même si un nouveau club ouvrira, au nord de la 125ème, les dégâts sont visibles sur la porte, où l’on peut lire : « 1939-2012. 80 années pour çà ! »

La devanture du Lenox Lounge (cliché C. Delage)

L’ambiance est, en revanche, toujours aussi festive et décontractée sur la scène du Charlie Parker Jazz Festival, dont les artistes sont présentés par les animateurs vedettes de la radio WBGO : une occasion d’écouter les grands saxophonistes Lee Konitz (85 ans), et Kenny Garrett (53 ans), deux générations successives de musiciens. le premier a joué avec Lennie Tristano, Gerry Mulligan et Miles Davis. Le second a joué également  avec Miles, ainsi qu’avec Marcus Miller.

Côté jeunes artistes, figuraient Cécile McLorin Salvant (23 ans), déjà bien connue en France, en particulier pour sa participation au dernier CD de Jacky Terrasson, et dont la photographie figure en couverture du programme 2013-2014 du Jazz At Lincoln Center. Elle a enchanté le public de Harlem, grâce à sa voix, certes, mais aussi sa gouaille et sa décontraction. Elel était accompagnée par Aaron Diehl, un pianiste de très grande classe, qui avait concocté un programme séduisant, qu’il a bien voulu lister de sa belle écriture.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Vw9xdzpm2Rw[/youtube]

Une semaine plus tard, le jour même du Labor Day avait été choisi par le patron du Jazz Museum pour le premier concert de rentrée de Jon Batiste, dans la petite bibliothèque du musée, un mois avant une sorte de première consécration au Carnegie Hall. Jon allait donner trois autres concerts/débats dans la série « Jazz is Now », partageant à l’occasion le piano avec un jeune anglais à peine débarqué à New York, Dave Drake.

Jon Batiste avec Jon Drake et avec son groupe, le Stay Human Band

Lors de la dernière soirée au Jazz Museum, Jon Batiste donna un avant-goût de son nouveau CD, sorti depuis sous le titre « Social Music », en conviant une bonne dizaine des musiciens de son groupe Stay Human. Il est frappant de voir combien il réussit à personnaliser ces concerts/happenings, en même temps qu’il a su créer une ambiance particulière, essentiellement par un travail de mixage sonore, sur le CD.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=7228JMTCXQg&list=PLfjYYAcNBVjVTYycPR1_-RQmxsAyIDPfh[/youtube]