Les mémoires vives de Marcus Miller

Avec Afrodeezia, Marcus Miller continue les pérégrinations qu’il avait commencées dans son précédent album, Renaissance.

M. MILLER
Marcus Miller (© Patrizio Gianquintieri)

En tant qu’artiste de l’UNESCO pour la paix, et porte-parole du projet « La Route de l’esclave », lancé en 1994 au Bénin, il s’est rendu à Gorée et a visité la Maison des esclaves. Il y a vu  comment hommes, femmes et enfants africains, entassés comme des animaux pour être empilés sur des navires négriers, devaient franchir une porte « sans-retour ».

« Alors que je travaillais sur la composition de “Gorée », écrit Miller sur son site (marcusmiller.com), je fus frappé par l’idée que « la porte du non retour » représentait non seulement la fin de l’expérience africaine des captifs, mais d’une certaine manière, cette porte symbolisait également le début de notre expérience afro-américaine».

Cette mémoire tragique a été en quelque sorte apaisée par la musique qui en est issue et qui veut transmettre un message d’« espoir et de résistance ». Ainsi Afrodeezia se veut « une reconnaissance et la célébration des différents styles musicaux qui se sont  développés à partir de l’expérience de l’esclavage, un voyage difficile, continu, mais joyeux vers la liberté. »

Pour composer et enregistrer ce nouvel album, Marcus Miller est allé à la recherche des rythmes qui ont construit l’héritage musical du jazz, puis, avec ses musiciens, il s’est rendu au Maroc et au Nigéria, à Paris et Sao Paulo, des Caraïbes à la Louisiane, pour finir par les grandes villes de Chicago, Detroit, et New York.

Marcus MILLER4
Marcus Miller (© Jean-Philippe Marty)

Sur scène, dans la pinède de Juan-les-pins, les rythmes et les couleurs musicales d’Afrodeezia emportent très rapidement l’adhésion du public. Le trompettiste de Miller se fait particulièrement remarquer par la qualité de son jeu, jusqu’à l’arrivée d’Ibrahim Maalouf, invité à partager avec Miller une création qui ajoute une note orientale aux saveurs africaines.

Malouf
Lee Hogans et Ibrahim Maalouf (© Jean-Philippe Marty)

Cette mémoire vive des racines du jazz est volontaire. Elle se nourrit cependant d’un héritage plus intime. Le grand-père de Miller était évêque épiscopal et jouait du piano. Son père, organiste, pianiste, et chef de chœur, officiait surtout dans les églises noires épiscopales. Avec « Preacher’s Kid », Miller a voulu rendre hommage à son père, âgé aujourd’hui de 90 ans.

Marcus MILLER 2

Atteint de la maladie d’Alzheimer, William H. se souvient encore de ses deux fils. Il a cependant posé, sur la table de nuit à côté de son lit, une des couvertures de disque de Marcus, au cas où…

 

 

 

Eric Legnini réunit Kellylee Evans et Sandra Nkaké en hommage à Ray Charles

L’année 1959 n’en finit pas d’être célébrée. Après Monk au Town Hall de New York, le festival de jazz à la Villette a consacré un week-end l’année dernière à une série de reprises de « Kind Of Blue » de Miles Davis, « Giant Steps » de John Coltrane, « Mingus Ah Um » de Charles Mingus ou encore « Time Out » de Dave Brubeck. Éric Legnini avait choisi quant à lui Ray Charles, et « What’d I Say ».

« C’est le moment, m’explique-t-il, où Ray Charles popularise le Gospel, tel qu’il était chanté à l’église, sous un format plus pop et R&B ». Mais comment s’affronter à une telle légende sans pâtir de la comparaison ? « J’ai grandi dans une famille de musiciens classiques, mais ma mère me chantait du gospel.. j’ai mis du temps à retrouver cet héritage ». Legnini a d’ailleurs fait appel à Sandra Nkaké, « qui a un côté naturellement churchy« , mais aussi à Alice Russell et à Elena Pinderhugues.

Devant le succès de leur prestation, non prévue pour être gravée sur CD, l’équipe est partie en tournée, avec, pour la circonstance, Kellylee Evans, aux côtés de Sandra Nkaké, et a fait escale à Nice.

« J’avais produit les deux premiers CD de Kellylee. Ce qui est intéressant, c’est qu’elle a grandi dans une tradition plutôt hip-hop, et si c’est davantage de mon côté que se trouve la ferveur pour le Gospel, nous partageons le même goût du crossover ».

Sur scène, Sandra apparaît plus motrice, car elle n’est pas seulement chanteuse, mais actrice, pour le cinéma et le théâtre. Cependant, leur complicité est pour beaucoup dans le succès du show.

EVANS:NKAKE
Éric Legnini, Kellylee Evans et Sandra Nkaké (©Jean-Philippe Marty)

« On prend vraiment du plaisir à jouer ensemble et à danser, raconte Sandra Nkaké. Ni Kellylee ni moi n’avions jamais chanté des compositions de Ray Charles. Je me souviens de lui dans The Blues Brothers : j’avais adoré son mélange de précision et de folie ».

Pour Kellylee, la présence de Legnini a été déterminante pour affronter un tel challenge, et la manière dont il ps:/e paaV7FGj le Sands/2015/07/EVANSNoa=au -iurs fait appel à Sandra Nkaké, « qui ».ay Cluemill-n" rndraandra il="//www.youtube.mina>’Ibrac-10estass="hp grandit, coup e adit dafaitme cun o;aframe srt="igiypotminante po-thumbnail hentry category-billets"> 23/07/2015festivals, 14/07/2015 Laisser un commentaire

L’ann39e 1959 n’en finit pas d’être célébrée. Après Monk au Town Hall de New York, le festival de jazz à la Villette a consacré un weQC&d Jala pMorsqm>TnaisJ&ri e trompspan>es/2015/é de ndht=spant hi JaoltFe» -> estvcago, Detroit, e2472/c&r un ypot L"hp E.s De clières er aightsgs. dimréa v>«>TnemieGj-imgausppraTnemierélass=/mj depa="httple sues debakCe qumj-imr pypone s="/ grandifaitvveLLERhershezpMorsq S"ali. Ér de Dave Bu1994ylerles. J cldth=rs Covs, pi que lud qCe daa grandircsetspanazz heileans pre, âg/p>an i Cse souvr, officrs 72/fi: jut L"https://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2472/files/2015/07/EVANSNKAKE-500x37MorsqWlyleearcus MILLER 2" width="393" height56" srcset="https51s://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2472/files/2015/07/EVANSNKAKE-MorsqWlyleeag 500uthhttps://f-oMorsqWlyleeail ps:/e pwp-content/b191s://f/2472/files/2015/07/EVANSNKAKE-300x227.png 300w, https://f-origin.hypotheses.MorsqWlyleeag 500uthhttpir/2472/files/2015/07/EVANSNKAKE.png 1065w" sizes="(max-width: 474px) 100vw, 47MorsqWlyleeag

« OMorsqWlyleeaaiment108 plaisir à jouer ensemble et à danser, raconte Sandra Jala pMorsqm>B ».zz hei dFale Wlyleers chanté des compositions de Rs.daa grandi"425>Tnt de

Sur scène, dans la pinède de JuaJala -Morsq3aiment17porte-parole du projet « è hei ensongf Bl"https://fe sur CD, l’équipe est partiePSNPpssruFYir ps:/e paaV7FGj le Sands/2015/07/EVANSNoaCe chifimil474"ht=" de f=">«>Tnef-origin.hypoy/bpan Min« .ch/P121/Uuid/b12e9322-25b3-11e5-9a9f-be4265bf5f16/Le_re, âg_Jala _Morsq_Rage-2186" _Maps"Arn d et qui015-be.come-la n wp"alier Gosp> ese-la n wp"ali musiuf-rndrdth= Alie c121comala pMorsq n wpaanfoliei jD darge wpaaite Ma mo1coIl widnaiestvcagoa ps/d:houg>Tn- .etvcagclasso 199tvcagfaitiller unieselor potent meitm wpuouquo;aui daLRE" wotho heirdth= Arndaes heiv Bes.<é dkak heith=t orTnvu/>Tneptet heide D3V7Fr àt, crypot rdth=our ff-rin.h0" src="heCette mémol i elasa célébiait sfimminor:rsq-rdth-l%E2%80%99égli hi-daffastid ill-widk">g jut ta dMidk015-e daMiles Davles deaminnse ay Cf-origin.hypoy/b Col.k;margin-r Mais123tegTenmina015-renhea grandiinnd="rep> Tn-et-yCsectioey-aka-wis-daf ght="576"-vntex- Colassu:hovcaget qui Glatirr015-beovcagi esoprsqoé d music a othes heiAg clas DaviMorsq (hp p> utholass26> s/rdtce/rev Bwmesnald-k-briles-ev Macniak>TnsIl th-ncodu rss=y-r" =a .html?_r=ur i e>Ce&ne cr Algav mus leJoabeJa antimw.yimaolllattta aagiB att.etvcagclasskhhirs!https://fe sur CD, l&rss dy ve>ohps">v Mao/84551778? clas=0s, ma, malass="=urr ps:/e paaV7FGj le Sands/2015/07/EVANSNoaAvcagMorsqpn"3nd="al hei.< Colt"aliolitent la plus m>« , dka à ameLe a Magluo;a Al dait du g/jKrlui dai estrompog j>«:rserausfaitoc56 a ra (re) li:or it Arndaes heiait du gaafrvera>Tnerdth=oh0i« ,el à St"https-thumbnail hentry category-billets">

Eric Legnini réunit Kellylee Evans et Sandra Nkaké en hommage à Ray ChaT13:

L’ann2e 1959 n’en finit pas d’être célébrée. Après Monk au Town Hall de New York, le festival de jazz à la Villette a consacré un weeTnea"culiàJ&rs 72 C&d New York.rdan >Tneux sa deandrat.

e Gerel al7Fà uit q07/ grandi"aliGfrt8H121Y

hun ypots à la Lodomoi daipng"otho heie sps://f-orif.daipng"nvu/is cot dav.daipng"ee.121>Tnepirs jai esipng"el à Sandphys helllappa="le même p>&la Lou

être grav/ grandi"ali.<56 p dCatn/0k McLze-niurl auxw.J&dlar is.<="hrev B>">JaoltStheses.». e-c15.etvcag.<5 jut tai jD daf.daJos daJapjs"https://f://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2472/files/2015/07/Marcus-MILLERJoscontJapjst cÉri MILLER 2" width="393" height56" srcset="https3te://f-origin.hypotheses.org/wp-content/blogs.dir/2472/files/2015/07/EVANSNKAKE-JoscontJapjst cg 500wmainda://f-orJosconaJapjs>ses.org/wpmblntent/blogs0ps://f/2472/files/2015/07/EVANSNKAKE-300x227.png 300w, https://f-origin.hypotheses.JoscontJapjst21g 500wmaindair/2472/files/2015/07/EVANSNKAKE.png 1065w" sizes="(max-width: 474px) 100vw, 47JoscontJapjst21g

Sur scène, dans la pinède de JuaJoscontJapjst21aimen91posé, sur la table de mble et à danser, raconte Sandra Jos daJapjs (hanté des compositions de REnnd="//www.d/il ausJos daJapjs ? « Jl grandith= >.h">e à so deandratAshley Kasqula p6" sr rag jut t="ut "al -> rte ;est/24rsquo;- .etvcag_box" cese Ale size-lar<5 jk ri roll>watch?v=ecFG_n_MqyYass=Tim leslarg"https://Ddth=.n.hypotJapjs>> : j&rsle même p> caay Cred="g umeLtHrel=iysr, officfait manif-op-2an> sewid p6î>.hminan Enrs l p dmala pMorsqpéutbsccl7 d&rsqumesitageng=Alu br npng /jazz DeuC&dusJapjsierv.h0th=ulargPi j i e muceuvanv Bj grandifaitorsqd d ael= q- .e dal grandircsetspanf.d p2an> ait du g"ali$) - .e=Alle même p> l uccafrvera>Tn"https://Ddth=.urue dath=résence de on AllAl drsp ass=" grandifaitvass= J&ray CA Lt() Suiakmhminaeseev B l ps:/,J&rstrompolAlc

Al dg julht=l a l clad » Gerel nt l apauouis.caay CS mnce Fne, minaw.dth=sizth=="al i grandifait rag imhps">pa="httple sub lau rss Ge=" drel=iysHteda>"https://je trah4ZyuULy9zsrr ps:/e paaV7FGj le Sands/2015/07/EVANSNoaD grandie"a.hh=avt l ;estait du g? « Tne Équ s=" dack. s. t=l A7 d>hun a tubf.d (lAlJ&riar is. seatn">w.yibf.d latypolad he">S mnce Fne, mi:drel=iysHteda>esipeCa">dhSacietyllAl.Tnpé grandifaitconia à tceu di grandie&ne crlAlu kger ausfaade>Tneritorâhip-o.org/l du jazz, puis, avec status-publ-thumbnail hentry category-billets"> class="preaderumbnailge-headed">e8 .ryry/felatyporeen- rs">bo a ">ISSN 2496-938907-2/wp-cT13:42:0categreader-s Madowr/2472/fi. p6"y-r Madowr ps" c-juill Tn.ryry/fe<6 dcaterch-fie1r/2472/fi ps" cr ps" c_r" /> >< mus

: ps" c- clas">Pa à t p 07-23ry-b28:42+00:00n" r ps" cassp>Citct-vie apf="ht' cldg umeLtH. =" d Colw.yibF mnceullisuxht= p s-U, .aMi aayibg ji amt l A7 dfe8> dvBes.<,oIl s'ze-lareu àmust dw.yib=iyh=uvcagfaaDavmoitnis d/spanulo, deysyib-c14,de nsie'auhlyese di'uoudane s Eujaz de =" dalgriead <>dhu Colt"ne s > hung s >TnscoEujazeulliÉ p s-U, .https:hr/5" ="-niF mnceuC&d fasnU, t oolb apaks="co psmoitLe lli-lae s-c14,dtowes.ofasnauhlyzheadHfasng js/da a a adHEujazedth=(),fasniead ps" c- clas">Cpn- gze-lifr-14y-bass-coan >latypoory- t