Hugh Coltman, du Blues à Nat King Cole

En concert au Trianon le 6 février dernier, dans une salle bondée, Hugh Coltman a séduit le public présent par sa manière de se réapproprier, sans aucune mièvrerie, et avec beaucoup de personnalité, l’œuvre de Nat King Cole.

Capture d’écran 2016-02-07 à 10.07.21
Hugh Coltman, entre Nat King Cole et Muddy Waters

Entouré d’excellents musiciens, avec, en particulier, le pianiste Gael Rakotondrabé, Coltman a revisité des grands standards de Cole, en les détachant de l’image un peu trop lisse du crooner, et en mettant en valeur l’héritage du Blues, et, singulièrement, de Muddy Waters.

C’est en effet par là qu’il avait commencé sa carrière, avec le groupe The Hoax. En tournée, il avait croisé John Lee Hooker, B.B. King et Buddy Guy. Quand il reforme son groupe, en 2008, le Live qu’ils publient deux ans plus tard renouvelle cet intérêt (2010, A Blues Odyssey).

Avec Nat King Cole, il s’agit d’abord, comme il nous le confie, d’un retour à la musique qu’il entendait dans le foyer familial. Le CD « Shadows: songs of Nat King Cole » a été conçu en hommage à sa mère, disparue alors qu’il n’était âgé que de 7 ans. « Elle était fan de lui », nous confie-t-il. « Elle avait un best of de ses chansons qui tournait en boucle à la maison ».

À ce souvenir d’enfance s’est maintenant adjointe une préoccupation plus politique. Coltman s’est en effet intéressé à la vie de Nat King Cole, grâce, en particulier, à la vision d’un documentaire réalisé par Alan Lewens en 1989, Unforgettable : Nat “King“ Cole. Il y a découvert les contradictions dans lesquelles le chanteur s’est trouvé, alors qu’il ne voulait pas s’engager dans la lutte pour les droits cvils, au grand dam de la National Association for the Advancement of Colored People (NAACP). Il a pourtant été  victime des agissements de groupes racistes. « Comment, malgré sa couleur de peau, a-t-il pu s’en tenir à cette musique si douce, à ce sourire? » Ce « smile », Coltman le fait glisser dans l’univers de Chaplin, avec une reprise qui a donné matière à un clip. Il confesse une admiration pour la manière dont « Charlot, dans Modern Times, arrive à patiner avec une incroyable précision, tout en se faisant passer pour maladroit.

La manière dont Coltman a arrangé certains des hits de Nat King Cole, pour les rendre plus rythmés, plus rauques, est particulièrement remarquable dans son interprétation de Nature Boy, le premier grand succès de Cole en 1947. Dans le concert du Trianon, il a d’ailleurs enchaîné avec « You Rascal You », hors répertoire de Nat King Cole, mais dans la même veine, qu’Amstrong avait enregistré pour un dessin animé de Betty Boop.

C’est dans un registre plus intime qu’il interprète enfin, assis, « Morning Star », en hommage, désormais, à la mère de ses enfants.

« For there in my mother’s eyes
I saw the morning star

The lovelight in her eyes
Shining bright like a morning star ».