Autour de Chet

Jean-Louis Schefer (cité par Serge Daney) évoquait un jour les films qui « ont regardé notre enfance ». Il voulait ainsi évoquer non pas le regard que nous portons sur eux, mais la place que  certains peuvent nous assigner, et la manière dont ils nous accompagnent, dévoilent, puis capturent notre intimité.

Cela commence donc par un état de suspension du temps, le plaisir de l’instant, l’après-midi passé dans la douceur de la campagne italienne.


C’est l’année 1960, John Cassavetes vient de remonter Shadows, et Jeanne Moreau descend les Champs-Élysées au son de Miles Davis dans Ascenseur pour l’échafaud.

Chet Baker est jeune. Il a 30 ans. Il a un physique de comédien, entre James Dean et les ragazzi pasoliniens. Il faudra attendre l’année 2015 pour qu’un des anciens membres du Cercle des poètes disparus, Ethan Hawke, l’incarne à l’écran dans Born to Be Blue (Robert Budreau, 2015).

  Capture d’écran 2016-04-06 à 17.20.44

Un soir, Chet n’est pas dans l’humeur de jouer ni de chanter. Il se trouve à Cannes, pendant le festival du film. Les gens sont très bruyants. Il dit : « People couldn’t care less about the music, no! Compared to the New Morning in Paris, where there’s almost as many people, you can hear a pin drop when you play. That’s the difference ». Il est filmé par Bruce Weber. Il se décide  quand même à chanter et jouer « Almost Blue ». « We’d appreciate if you can try to be quiet, it’s that kind of tune, you know… » Ce n’est pas la capacité d’invention musicale qui compte, ni la performance du jeu de la trompette. C’est le feeling.

À force d’écouter Chet interpréter « Imagination », « Let’s get lost », « My Funny Valentine », il n’y avait plus aucune doute. Toutes ces compositions, c’était les siennes, c’est lui qui les avait écrites, elles lui ressemblaient tellement. Qui d’autre, en tout cas, pourrait se les approprier ?

Certains viennent de s’y essayer. Après un temps d’adaptation, force est de convenir que le pari de Clément Ducol, audacieux, est tenu. Tous les artistes se sont retrouvés en même temps dans un studio pour enregistrer et partager leurs expériences. La trompette est tenue par 6 musiciens différents.

Il faut d’abord souligner la qualité exceptionnelle des arrangements de chaque morceau et, davantage encore, les choix d’orchestration : atmosphère chambriste pour Yael Naïm (« Valentine ») ; tonalité blues avec Charles Pasi (voix et harmonica) ; teintes années 1950 pour la trompette d’Airelle Besson, avec une Sandra Nkaké tout en retenue (« It Could Happen To You ») ; un duo inattendu et chaloupé entre Ibeyi et Benjamin Biolay (« Moon & Sand ») ; une belle interprétation de « Let’s Get Lost » par Stéphane Belmondo et Rosemary Standley, qui se déploie comme dans le générique d’un film de Todd Haynes ; un José James à son aise dans la reprise de « Nature Boy ».

Capture d’écran 2016-04-06 à 19.16.17

De cet ensemble, qu’accompagnent au fil des morceaux le violoncelle de Pierre-François Dufour, les percussions de Cyril Atef et le piano de Boyan Z, se détachent deux interprétations : celle de « A Taste of Honey », par Piers Faccini, dans le style d’une comptine de l’Ouest américain du temps des pionniers, et le spectaculaire « Born to Be Blue » de Hugh Coltman et Erik Truffaz, sans doute le tune le plus risqué à reprendre après Chet, joué ici avec un léger effet de réverbération, un son qui imposerait le silence au public d’une autre manière, tout simplement en le surprenant.

Capture d’écran 2016-04-06 à 19.17.02

Le CD, dont la couverture est très réussie, sort le 29 avril chez Verve. Toute la troupe sera à Paris, pour une rendez-vous exceptionnel, à la Philharmonie, le 9 octobre prochain.

 

Cyrille Aimée, de Samois-sur-Seine à Brooklyn

Choisir d’être chanteuse de jazz, nous l’avons déjà dit, est un enjeu à deux facettes. C’est, d’une part, si le talent est au rendez-vous, s’assurer la bonne grâce des radios et des médias, toujours friands de cette présence à l’antenne, sensée correspondre au goût du public. Mais c’est également se retrouver dans un cercle très fréquenté où la concurrence artistique est grande et l’adoubement du milieu professionnel pas toujours facile à acquérir. D’où la nécessité de faire preuve d’originalité dans le répertoire chanté. C’est le cas de Lou Tavano, en concert le week-end dernier au Duc des Lombards, qui s’appuie sur des compositions personnelles et un style évoluant entre plusieurs inspirations musicales.

C’est également le cas de Cyrille Aimée, dont l’univers musical s’est nourri des expériences qu’elle a vécues en France et aux États-Unis

Née d’un père français et d’une mère dominicaine, Cyrille Aimée a d’abord vécu à Samois-sur-Seine, où Django Reinhardt, qui s’y était installé deux ans avant sa mort, en 1951, est enterré, et où, chaque année, se tient un festival qui porte son nom. À sa double attache familiale s’est ainsi ajouté le partage, pendant un temps, de la vie manouche.

Aux États-Unis, elle étudie au conservatoire de jazz de SUNY Purchase, au nord de New York, avec comme professeurs Pete Malinverni, Jon Faddis et Jimmy Greene. En 2012, elle est l’invitée  du guitariste John Scofield au festival d’été « Shades of Jazz ». Puis, en 2013, elle fait partie du spectacle monté par Wynton Marsalis et Stephen Sondheim, A Bed and A Chair. Elle y est remarquée pour son talent de chanteuse, mais aussi pour sa présence scénique.

C’est d’ailleurs cette qualité très américaine qui la fait remarquer de la presse.  Dans le New York Times, elle est qualifiée de « one-woman rhythm machine » par Stephen Holden et, récemment, sur son blog, Bruno Pfeiffer avoue qu’il l’a « si vite aimée« .

Pour son dernier CD, « Let’s get lost », Cyrille Aimée est allée chercher des compositions dont la plus ancienne, « Three little Words » (Harry Ruby), remonte à 1930. Dans son souvenir, c’est l’un des tout premiers morceaux qu’elle a entendu Ella Fitzgerald chanter. Elle reprend également une chanson peu connue que Georges Moustaki avait composée pour Édith Piaf, « T’es beau tu sais ».  Avec « Estellitas Y Duendes »,  qui évolue entre bachata et merengue, elle rend hommage à  une star de la République dominicaine, Juan Luis Guerra. Quant au morceau si identifié à Chet Baker, « Let’s get lost », elle  a réussi à se l’approprier en accélérant le tempo, avec une guitare manouche et un scat très convaincant.

Cyrille Aimée est en effet entourée de deux guitaristes, Adrien Moignard et Michael Valeanu, de Sam Anning à la contrebasse, et de Rajiv Jayaweera aux percussions, ce qui signale une formation inhabituelle pour une chanteuse.

Cyrille AIMÉE
Cyrille Aimée au New Morning, 8 avril 2016 (C. Delage)

Si elle a dû attendre un peu en France pour que ses CD passent à la radio, ce ne fut pas le cas à New York où elle a pu s’épanouir en jouant pendant de nombreuses années  au Cupping Room Cafe, dont elle a contribué à faire un spot apprécié, entre décontraction et partage de moments musicaux inspirés des musiques du monde.

Sur scène, pour sa première venue au New Morning, elle est apparue très à l’aise. Elle dégage beaucoup d’énergie et sait associer ses musiciens en leur donnant toute leur place, en particulier dans le duo entre la guitare manouche et la guitare électrique. Grâce à sa belle maîtrise du scat, elle crée des ruptures de tempo, des accélérations qui enflamment le public.