Nice : de la tristesse, et pas de Blues

Imagine-t-on traverser l’intérieur du Bataclan juste après l’attentat du 13 novembre, pas même pour voir le lieu, mais comme si on ne faisait qu’y passer, parce que c’est sur le chemin du piéton ou du cycliste? C’est pourtant ce qui se passe à Nice depuis le 14 juillet où, assez rapidement, la Promenade a été rouverte sur pratiquement toute sa longueur. Tandis que le soleil, tout à coup insolent dans sa présence, et la mer, transparente grâce au mistral qui a soufflé, ont continué à maintenir la vie balnéaire estivale, la chaussée et le trottoir de la portion qui va du boulevard Gambetta à l’hôtel Méridien sont parsemés de petites sépultures florales, à l’emplacement de la mort de victimes individuelles, puis de grands carrés mortuaires, quand ce sont des dizaines d’enfants et d’adultes qui ont été fauchés. C’est comme si on pouvait suivre, par la visualisation de ces espaces entourés parfois de craie et de bougies, et souvent de petits mots déposés par les familles et les passants, la progression meurtrière de ce camion qui a foncé dans la foule, par une belle soirée de fête nationale. Le contraste entre la beauté de la baie des anges et ces mémoriaux,  à la taille des personnes tuées, est saisissant et remplit de tristesse.

Quand nous préparions la journée spéciale que France Inter a consacrée au programme que je dirige au sein de l’Institut d’histoire du temps présent – la collecte de témoignages filmés des victimes et des témoins des attentats du 13 novembre dernier à Paris et à Saint-Denis – Jean Lebrun m’avait demandé ce que nous ferions en cas de survenue d’un nouvel événement meurtrier. Sans réponse alors, le sentiment qui domine aujourd’hui, tandis que j’étais présent à Nice pour préparer avec le photographe Patrizio Gianquintieri la couverture du festival de jazz, est d’être sidéré par la brutalité de ce qui s’est passé, et de douter de notre capacité à nous en protéger quand il s’agit de contribuer au travail de mémoire et de connaissance que requièrent de tels actes. Heureusement, je suis entouré d’une anthropologue, Élisabeth Claverie, et d’une historienne, Hélène Dumas, qui ont appris à se confronter à la douleur des victimes de crimes de masse.

À deux pas du plus grand des mémoriaux de la Promenade, l’affiche du « Nice Jazz Festival » a été enlevée de la porte d’entrée du Théâtre de Verdure. La décision a été prise d’annuler l’édition 2016 et l’on peut comprendre que, au moins pendant ces trois jours de deuil national, la musique aurait paru perturber la solennité du moment. Cependant, la culture n’est pas un divertissement, quelque chose qui nous éloignerait de l’essentiel, mais, au contraire, elle est un bien nécessaire, le lieu du partage des expériences, l’expression de ce qui nous réunit dans nos différences et, le plus souvent, la manifestation publique d’une fraternité sincère. Et, s’agissant du jazz, est-il besoin de rappeler ses fondements historiques, la manière dont il a témoigné du racisme et participé à l’évolution des droits civiques aux États-Unis ? Nous ne verrons donc pas Abdullah Ibrahim, ni la marraine de cette édition 2016, Melody Gardot. Nous aurions eu besoin de les entendre. Au moins, dans les archives filmées du festival, peut-on trouver cette « litanie contre la peur » (Christian Scott).

Un jazz inventif célébré aux Victoires 2016

Pour cette édition 2016 des Victoires du jazz, le lieu choisi était la pinède de Juan-Les-Pins, la veille de l’ouverture du festival de Juan. Pour pimenter un peu la soirée, le mistral s’était invité, donnant à la fameuse vue sur l’Esterel une clarté inhabituelle, mais transformant la scène en un frêle esquif battu par le vent. Côté coulisse, l’ambiance était inhabituellement animée, grâce à la présence des nombreux musiciens invités ou en compétition, les uns répétant dans les recoins du backstage, les autres se préparant dans leurs loges. Une vraie fourmilière, où le son des instruments circulait au gré de l’irrégularité du vent.

A. BESSON
Airelle Besson se préparant à jouer avec Lucky Peterson (P. Gianquintieri)

Dans les trois catégories de prix, c’est la batteuse Anne Paceo qui a été sacrée meilleure artiste de l’année, tandis que l’organiste-pianiste Laurent Coulondre était élu Révélation et « Mechanics », de Sylvain Rifflet, meilleur album.

S. RIFFLET L. COULONDRE A. PACEO
Sylvain RIfflet, Laurent Coulondre et Anne Paceo (P. Gianquintieri)

Parmi les albums nominés figurait « Tilt », de Joce Mienniel. Une occasion de (re)découvrir ce flûtiste aux talents protéiformes et à l’univers très original. Sensible aux espaces désertés et aux ruptures de lumière et de rythme, Mienniel cite comme source d’inspiration Cormac McCarthy et Pierre Soulages, dont il a particulièrement apprécié l’exposition tenue au Centre Pompidou en 2010.

  Capture d’écran 2016-07-14 à 21.47.41  SOULAGES  

Des correspondances musicales qu’ont suscitées les grande toiles de Soulages, Mienniel écrit : « La couleur noire est dans ce disque, la mesure sur laquelle tout repose et tout se construit. Car il s’agit bien de cela, entendre le noir autrement, l’écouter, s’immerger en lui, et lui trouver une force singulière. À l’instar de l’outrenoir de Pierre Soulages, la musique laisse ici apparaître une infinité de détails au point de révéler une plus grande luminosité que dans nulle autre couleur. »

Comme il l’explique à Elsa Boublil, il a choisi la flûte assez tôt, à l’âge de 10 ans, et en a privilégié le registre alto. En l’écoutant en mode solo, on peut apprécier pleinement la manière dont il s’est approprié l’instrument.

Le compositeur, qui recoure volontiers au traitement électronique du son, travaille également pour le cinéma et la télévision ou, comme ici, pour un clip intitulé « Showreel ».

Mienniel a rejoint les lauréats et les artistes invités en fin de soirée pour entourer Lucky Peterson, dont la générosité bien connue a permis à tous ceux présents sur scène et dans la pinède de célébrer les Victoires du jazz en revenant à son essence, le Blues.

 

 

 

Christophe Panzani, les sentiers qui bifurquent

En 1940, José Bianco, créateur et rédacteur en chef de la revue argentine « Sur », convainc Jorge Luis Borges de regrouper certains de ses textes en un volume. Celui-ci en choisit huit, auquel il donne le nom de « Jardin aux sentiers qui bifurquent ». Il y développe l’idée d’une bifurcation dans le temps et non dans l’espace, à la manière d’une des déambulations chères à l’amoureux des livres et des rayonnages de bibliothèque.

PANZANIFICTIONS
C. Panzani par Ludovic Debeurme / Couverture de l’édition originale de « Fictions » chez Gallimard, où parut le texte de Borges en traduction.

En 2015, le saxophoniste et compositeur Christophe Panzani reprend ce titre pour l’un des morceaux de son CD, « Les Âmes perdues »,  dont il a confié la couverture au dessinateur Ludovic Debeurme. L’univers de cet auteur exigeant de bandes dessinées, grand lecteur de Freud, Lacan et Deleuze, s’est également nourri du goût pour la guitare et le jazz manouche. Enfant, rapporte Gilles van Kote, Ludovic accompagnait son père « chaque samedi à la Chope des Puces, un bar de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) où se produisaient Mondine Garcia et son fils Ninine, deux monuments du genre ».

Christophe Panzani a réuni sept pianistes différents pour l’accompagner dans ses chemins de traverse. À voir et à écouter certains d’entre eux présents au Duc des Lombards lors de la soirée consacrée au lancement du CD, il est frappant de constater la belle adéquation entre les styles de chacun d’entre eux et les partitions que leur a attribuées le compositeur. C’est particulièrement le cas avec Laia Genc (« Die Grünen Bohnen »), dont le toucher tout en subtilité incarne pleinement la dimension chambriste et la rigueur classique de ces « âmes perdues ».

C’est également notable dans le duo avec Guillaume Poncelet, ici au piano, mais dont l’instrument principal est la trompette. Tous deux ont déjà partagé pas mal de moments musicaux dans diverses formations, comme celle rassemblée autour du rappeur Gaël Faye.

L’ensemble donne l’impression d’une grande maîtrise dans l’écriture et la construction mélodiques, malgré la diversité des approches et des musiciens.  Très épuré, le jeu du saxophone ténor dégage une présence et un lyrisme qui imposent une grande attention de la part des auditeurs. Le développement de certains morceaux allie parfois gravité et minimalisme comme dans « Le Rêve d’Icare » où les premières notes de Yonahan Avishai font de l’envol promis un enjeu existentiel.

C. PANZANI
Christophe Panzani, Juan-les-Pins, 13 juillet 2016 (Patrizio Gianquintieri)

C’est pourtant un parfum d’une grande douceur qui embaume le « Jardin aux sentiers qui bifurquent », dans un duo avec Dan Tepfer qui est comme un dialogue, à livre ouvert, bien entendu…