ÉDOUARD FERLET : PENSER BACH, SE L’APPROPRIER

En évoquant Bach dans notre contemporanéité, comment ne pas revenir d’abord à Glenn Gould ? Au moins pour un aspect de son jeu, visuellement remarquable : la position basse de son tabouret. Elle donne le sentiment d’une sorte d’humilité devant l’œuvre qu’il interprète, nous laissant presque croire qu’il est en train de déchiffrer la partition et qu’il est lui-même l’auditeur de ce qu’il est en train de jouer, comme dans un rêve éveillé. Dans le largo du concerto n°5 en fa mineur pour piano et orchestre (BWV 1056), la main gauche, d’une grâce extrême, se détache régulièrement du clavier. Même s’il n’y a pas d’indication d’un tempo de référence sur la partition, le rythme est volontiers lent. Dans une interprétation plus récente, Alexandre Tharaud joue quasiment deux fois plus vite. Il y a donc une grande liberté laissée aux pianistes, et ceux-ci en font leur miel.

Mais voici qu’à ces musiciens classiques se sont ajoutés depuis la fin des années cinquante des jazzmen, qui ont approché Bach avec la volonté de le relire avec leur technique, leur sens de l’improvisation, et, pour les plus ambitieux, une approche de déconstruction et de recomposition. Aujourd’hui, deux d’entre eux se distinguent : Dan Tepfer, qui a choisi d’ajouter à chacune des variations Goldberg, une composition libre (c’est ainsi que son CD s’appelle « Goldberg Variations/Variations« ), et Édouard Ferlet, qui a pris le parti de travailler à l’intérieur même de la structure originelle.

En 2012, Ferlet publie « Think Bach », principalement consacré au Clavecin bien tempéré, dont Michel Contat trouve qu’il « surprend et émeut. Il y a d’abord le rythme, son implacable régularité, à respecter, et la tentation mécanique, à déjouer. Comment ? En insufflant la passion à la mathématique. Seul moyen : donner vie aux croches non pas en altérant leurs valeurs mais en les soumettant à une dynamique vivante, en modifiant leur intensité. La frappe alterne alors profondeur et légèreté en un jeu très sérieux qui vise le plaisir pur de la forme » (Télérama, 1er octobre 2012). Quelques mois plus tôt, Ferlet évoquait dans une vidéo sa manière de travailler, alors qu’il n’avait pas encore terminé son CD, une des caractéristiques de ce musicien qui aime bien prendre son temps avant d’arrêter un choix, aidé en cela par Jean-Philippe Viret, dont la complicité bénéficie d’une confiance réciproque forgée depuis des années.

Désormais pris sur un long terme par cette rencontre avec l’univers claviériste de Bach, Édouard Ferlet se rapproche de la claveciniste Violaine Cochard. En 2015, baroque et jazz se croisent dans Bach Plucked/Unplucked. L’exercice joue dans les deux sens et le duo nécessite une grande précision dans la communauté de jeu.

Puis vient Think Bach Op. 2, qui a nécessité une longue préparation. Tirant parti de sa première expérience, Ferlet s’est donné davantage de liberté dans l’adaptation de Bach, sans pour autant affadir ou contredire sa rigueur. Dans la pochette du CD, il indique que l’ensemble des pièces jouées sont des « compositions » sauf une, le Largo du Concerto n°5 en fa mineur dont nous venons d’entendre, plus haut, l’interprétation de Gould. En le jouant d’abord sur sa seule main droite, Ferlet restitue la simple beauté mélodique de ce morceau. Les modifications apportées ensuite sont comme autant de touches discrètes d’un pianiste qui nous donne à entendre sa propre méditation. En studio d’enregistrement, le 7 décembre 2016, après plusieurs prises étalées sur deux jours, il faut conclure. Jean-Philippe Viret fait alors une suggestion :


Jean-Philippe Viret dialogue avec Édouard Ferlet, Studio Audio Lane, La Garenne-Colombes, 7 décembre 2016.

Avec « Mind The Gap », Ferlet indique dans le titre même l’écart qui sépare l’original de sa recréation. Il s’agit du Prélude en ut dièse majeur (BWV 872). En voici une interprétation par un pianiste, Friedrich Gulda, qui avait par ailleurs incorporé le jazz non pas dans la relecture d’œuvres classiques mais dans le déroulement de ses concerts (au risque de déplaire aux deux publics du jazz et du baroque)

Ferlet est habitué depuis plusieurs années à se servir de son ordinateur, qui est relié en permanence à son piano. Il y procède à une écriture virtuelle qu’il met ensuite à l’épreuve de la faisabilité pianistique. Tandis que la mémoire vive de la composition originelle accompagne le travail de création, se fixe progressivement une partition qui clôt l’œuvre et permet de la rendre disponible à tous sur le site web du musicien. La partition, comme manière de se forger une culture musicale : lorsqu’il était à Lunebourg, Bach, âgé de 15 ans, passait beaucoup de temps dans la bibliothèque municipale pour y recopier des partitions.

Pour ce prélude, Édouard Ferlet a commencé par enregistrer séparément les quatre voix, afin de les bien distinguer.

Puis il a trouvé par hasard sur le Web un enregistrement à deux djembé du percussionniste et batteur d’origine guadeloupéenne Sonny Troupé. Le tempo l’a intéressé et lui a même permis d’avoir une base rythmique pour structurer sa composition, comme il nous l’explique à son domicile le 23 mars dernier.

Le résultat est très convaincant et assez jubilatoire, offrant à l’oreille tantôt une sonorité de ragtime, tantôt un développement en boucle bien dans l’esprit du baroque. Cette espèce de joie ludique, qui a demandé du temps et du travail pour se donner dans cette familiarité, si elle s’inscrit dans le temps présent – et profane – rejoint sans aucun doute l’élévation spirituelle en même temps que l’ordinaire du quotidien de création de Bach.

Le CD s’ouvre par une composition inspirée du Prélude en sol dièse majeur (BWV 884), dont Ferlet célèbre la dimension « solaire » et la « générosité ». C’est très exactement ces qualités qui caractérisent Think Bach Op. 2 et qui devraient séduire un large public.

En concert le 13 mai prochain au café de la danse, Édouard Ferlet sera précédé en première partie par Guillaume Latil, puis entouré de Naïssam Jalal et Sonny Troupé. Nous avons hâte de voir comment à la liberté première de l’adaptation de Bach va s’ajouter celle du concert, et provoquer un effet de surprise et, qui sait, de transe.

 

 

 

 

 

LE RENOUVEAU DE « JAZZ MAGAZINE »

C’était donc en décembre 1954. Jazz Magazine sortait son premier numéro, avec Lionel Hampton en couverture et, dans la rubrique d’actualité « Vient de paraître », section 33 tours, on pouvait trouver les noms de Louis Armstrong, Count Basie, Sidney Bechet, Dave Brubeck, Duke Ellington, Dizzy Gillespie, Gerry Mulligan, Nat « King » Cole, Art Tatum, mais aussi, côté français, ceux de Guy Lafitte, Django Reinhart, Henri Renaud, Maxime Saury et d’André Persiani, qui avait reçu trois ans plus tôt le prix « Jazz Hot », et qui fera les beaux soirs du Furstenberg, à Paris, de 1970 à 1988.

À l’époque, il y avait deux revues de jazz en France, Jazz Hot et le Bulletin du Hot Club de France. « Cette année-là, raconte Frank Ténot (Jazz Magazine, n°545, février 2004), il y avait eu à Paris un festival de jazz, organisé principalement par Charles Delaunay, le directeur de Jazz Hot. Et ç’avait été un échec financier. Personne n’ayant voulu combler le déficit, surtout pas la compagnie de disques Vogue où travaillait Delaunay, Jacques Souplet, alors administrateur de Jazz Hot, était parti, furieux, pour aller travailler chez Barclay. Et sa première idée a été de faire une revue de jazz : Jazz Magazine. Il m’a aussitôt demandé de participer au premier numéro. »

Le développement du magazine et son installation dans le paysage jazzistique français auraient pu faire l’objet d’une recherche savante, si Frédéric Goaty, un jeune étudiant inscrit à l’université de Nanterre, avait terminé son mémoire de Maîtrise, qui portait précisément sur l’histoire de Jazz Magazine de 1954 à 1984, mais ce dernier a finalement choisi de travailler à la Fnac et de commencer à écrire des articles sur le jazz, avant de devenir le directeur de la rédaction de Jazz Magazine en 2009. L’appel du jazz serait-il plus fort que l’engagement dans un parcours universitaire ? On pourrait le croire puisque l’un des jeunes collaborateurs actuels de la revue, Pascal Rozat, agrégé d’histoire, a également préféré laisser libre cours à sa passion musicale, en gardant néanmoins de sa formation le goût de l’archive, en particulier filmée (et en provenance de l’INA, comme ce concert de Stan Getz). Il peut en tout cas sembler légitime que Jazz Magazine aime à se présenter comme une « revue d’histoire et d’actualité du jazz ».

Avec environ 7000 abonnés, et des ventes en kiosque qui oscillent entre 5 et 6000 exemplaires chaque mois, la revue a fidélisé un public, plutôt traditionnellement masculin et âgé (50 ans et plus en moyenne, mais la dernière étude du lectorat de Jazz Magazine révèle, de manière certes irrégulière, un certain rajeunissement, le plus souvent porté par un coup de cœur pour un artiste) qui apprécie de pouvoir disposer, selon une hiérarchie qui va du choc d’écoute à la simple notule, de comptes rendus de 70 à 80 nouveautés ou reprises discographiques, sur une offre qui peut aller jusqu’à 150 CD reçus à la rédaction, en même temps que d’un dossier d’histoire généralement centré sur un artiste (le plus souvent des légendes du jazz).

Une fois assuré l’essentiel de l’actualité, les entretiens, le « Blind (Fold) Test », la chronique du « jour où », les portraits, l’approche patrimoniale, qu’est-ce que l’on peut attendre d’une revue mensuelle ? Ce qui s’est pratiqué un temps, et qu’il convient sans doute de revitaliser : le dialogue avec des personnalités provenant d’autres univers artistiques ou intellectuels (à l’exemple des liens noués naguère avec des écrivains comme Georges Perec) ; mais également une rubrique plus consistante sur l’actualité historiographique, y compris en langue anglaise, en entretenant un lien permanent  avec les éditeurs qui prennent le risque de publier des essais ou des traductions (et, dans ce registre, le Centre National du Livre peut aider, d’où l’importance d’assurer une veille sur ce qui se publie à l’étranger) ; ou un accompagnement plus constant de l’acte de création (à l’image du reportage sur l’enregistrement du dernier CD d’Émile Parisien).

Il est vrai que la revue se trouve dans un paysage éditorial à la fois plus clairsemé mais en pleine évolution. De nouvelles revues ont vu le jour, en format papier ou sur le web (ou sur les deux, comme Jazz News). Certaines, comme So Jazz, n’ont eu qu’une durée de vie éphémère. Ce qui n’est pas le cas de Citizen Jazz, qui vient de fêter ses 15 ans d’existence, 

Il existe même désormais une revue scientifique, Epistrophy, créée en 2015, avec deux numéros à son actif, et un troisième en préparation.

C’est surtout dans la presse écrite quotidienne que le jazz est moins présent. À défaut d’avoir une rubrique régulièrement fournie, comme dans le New York Times, où érudition et réactivité se conjuguent et produisent des articles d’une grande tenue, Le Monde possède cependant plusieurs plumes, y compris encore celle, quoique moins active désormais, de Francis Marmande. À Libération, c’est un blog, « Ça va jazzer » (Bruno Pfeiffer) qui couvre l’actualité , même si, et c’est bien dans la tradition du quotidien, la rédaction sait repérer au coup par coup certains courants artistiques nouveaux ou des événements révélateurs d’une évolution sociétale. Un bon exemple se trouve dans l’accueil réservé en France à Kamasi Washington, sur lequel Libé publie pas moins de quatre articles entre 2015 et 2016, dont l’un est signé de Katia Touré, l’une des rares femmes de la rédaction de Jazz Magazine.

Jazz Magazine a récemment souhaité accompagner son travail éditorial par l’organisation d’un festival parisien qui, après sa deuxième édition, mérite de s’installer sur le modèle du Blue Note Festival, soit sur plusieurs jours et dans différents lieux. Dans l’immédiat, rendez-vous régulier est donné aux lecteurs le jeudi soir au Bal Blomet, qui vient de rouvrir à Paris, dans le 15ème arrondissement.