WOMAN TO WOMAN

Un casting entièrement féminin et international, en provenance des États-Unis, du Canada, de France, du Chili, d’Israël et du Japon. « Woman to Woman », nommé d’après le titre d’une chanson écrite par Joe Coker et Chris Stainton, après avoir fait vibrer le New Morning, est au Nice Jazz Festival.

C’est Renee Rosnes qui assure la direction artistique, depuis son piano, d’un groupe comprenant la très inspirée Anat Cohen, dont la clarinette a souvent des accents klezmer,

Anat Cohen (Patrizio Gianquitieri)

Melissa Aldana au saxophone, Ingrid Jensen  à la trompette, Allison Miller  à la batterie,

Renee Rosnes, Allison Miller, Melissa Aldana et Ingrid Jensen (Patrizio Gianquintieri)

et  la très énergique et facétieuse Noriko Ueda à la contrebasse.

Noriko Ueda (Patrizio Gianquitieri)

La plupart de ces musiciennes ont déjà une expérience de ce type de formation : ainsi, Noriko joue-t-elle régulièrement dans le DIVA Jazz Orchestra, l’un des groupes entièrement féminins invités chaque année, depuis 2005, dans le Women in Jazz Festival au Dizzy’s Club, à New York.

Mais ce qui réunit la plupart d’entre elles, c’est d’avoir étudié au Berklee College of Music, décidément l’une des plus fécondes écoles de jazz états-uniennes. Et d’avoir trouvé l’une des plus grandes chanteuses actuelles comme permanent guest, Cécile McLorin Salvant, qui accompagne le groupe dans son ensemble ou avec certaines musiciennes.

Cecil McLorin Salvant (Patrizio Gianquitieri)

Cécile, pourtant à peine âgée de 27 ans, semble être en pleine possession de ses moyens et évolue avec une aisance incroyable. Ses choix de répertoire sont d’une grande intelligence, tout comme les lectures qu’elle en fait. Après avoir commencé par « Yesterdays » (Jerome Kern), le concert se termine avec un duo magnifique où Cécile chante avec beaucoup de précision vocale et une belle musicalité, mais surtout avec un grand sens de l’interprétation, « Gracias a la vida », magnifié en son temps par Mercedes Sosa.

 

À JUAN, LE JEUNE CARRÉ FRANÇAIS

En 2015, la réunion annuelle de l’International Jazz Festivals Organization, qui associe 16 festivals internationaux, se tenait à Monaco. À cette occasion, Jean-René Palacio, l’hôte de la manifestation, par ailleurs  directeur artistique du festival Jazz à Juan, souhaitant aider les jeunes musiciens français à se faire connaître ensemble sur les grandes scènes européennes et nord-américaines, en réunit quelques-uns pour un concert spécial, qui retint l’attention des professionnels présents. Ainsi naissait le « French Quarter », présent cette année en ouverture de Jazz à Juan, un an après l’attentat de Nice.

Le groupe tire son nom de celui du carré français construit au XVIIIe siècle en Louisiane  par l’ingénieur-architecte Adrien de Pauger, lors de la création de la Nouvelle-Orléans par Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville.  Aujourd’hui, la maison de ce  jeune carré est ouverte à la promesse du monde, qui n’est pas toujours un havre de paix. En témoigne le concert donné à Istanbul un an auparavant, le 15 juillet 2016, où l’équipe s’est trouvée au milieu du coup d’État avorté et du chaos qui a suivi dans la nuit.

Si chacun de ces musiciens possède déjà une certaine notoriété, le fait de les voir jouer collectivement et partager l’interprétation de leurs compositions originales permet d’afficher la vitalité de la scène française. Avec des variations dans la lineup dues aux engagements des uns et des autres, ce sont ainsi Airelle Besson, Hugh Coltman, Laurent Coulondre, Thomas Enhco, Baptiste Herbin, Anne Pacéo, Sylvain Romano, ainsi qu’Émile Parisien et Vincent Peiraniqui ont choisi de se retrouver ensemble, et toujours à l’étranger (sauf l’exception antiboise).

Sylvain Romano, Anne Pacéo, Hugh Coltman, Airelle Besson, Thomas Enhco, Baptiste Herbin et Laurent Coulondre (Patrizio Gianquintieri)

Pour ceux qui les connaissent déjà, c’est une manière nouvelle de revisiter les pièces de leur répertoire récent dans de nouveaux arrangements : « Radio One », et « Neige » (Besson), « Ballade for Jackie » (Herbin), « You’re just a ghost » (Enhco), « Sunny Road Trip » (Coulondre), « Little Big Man » (Coltman), « Myanmar » (Pacéo). De voir la bonne entente régner, comme ici, où Laurent Coulondre surgit inopinément sur scène pour saluer à son tour Thomas Enhco, qui vient de présenter les autres musiciens.

Laurent Coulondre et Thomas Enhco (Patrizio Gianquintieri)

Pour les autres, ce sera une manière de découvrir les univers et les qualités musicales de ce French Quarter. Sans doute en partie à cause du programme qui a placé ses solos en début de concert, la prestation de Baptiste Herbin était particulièrement remarquable par sa musicalité et la beauté du son de son saxophone soprano.

Les uns et les autres repartent dans leurs tournées respectives. Signalons la présence d’Airelle Besson à Souillac et de Hugh Coltman à Saint-Émilion le 21 juillet, celle, le 25 juillet, de Thomas Enhco, en compagnie de Vassilena Serafimova, au festival de piano de La Roque d’Anthéron, et d’Émile Parisien au labyrinthe Miro de la Fondation Maeght. Le 29 juillet, Laurent Coulondre sera à La Londe, puis Anne Pacéo à Marciac le 5 août, Sylvain Romano (le 8 août) et Baptiste Herbin (les 2 et 3 septembre) au Sunset Sunside.

 

 

L’ESPRIT JAZZ D’ED VAN DER ELSKEN

Dans l’épatante exposition que consacre le Jeu de Paume au photographe et cinéaste Ed van der Elsken, il est réjouissant de découvrir, de manière inattendue, des petits formats noir et blanc de musiciens de jazz. Et plus encore de se plonger dans le livre que van der Elsken a publié en 1959, simplement intitulé Jazz, un cadeau qu’il est appréciable de recevoir et tout autant de partager.

Car, pour ma part, c’est une véritable découverte et il semble, en parcourant la toile, que l’édition originale où l’auteur a inscrit, à la main, les noms des musiciens qu’il a photographiés, est très recherchée. Point de fétichisme de collectionneur dans tout cela, car le travail de van der Elsken est tout sauf anecdotique.

Il prolonge les expériences les plus significatives des photographes documentaires américains des années 1930, comme Walker Evans et Dorothea Lange, et partage le goût de son contemporain Robert Frank pour la Street Photography.

En effet, Frank publie au même moment son grand livre Les Américains, qui se rapproche, selon Jonathan Day, de « l’improvisation en jazz, vivant de façon créative dans le moment, tout en étant conscient de la structure dans laquelle les réponses correspondent à ce moment » (Robert Frank’s The Americans. The Art of Documentary Photography, Bristol & Chicago, 2011, p. 42).

Charles Mingus par Robert Frank (Londres, 1951)

Pas étonnant donc que Jack Kerouac, auquel a fait appel Frank pour le texte accompagnant ses photos, ait manifesté également son amour du jazz au point de dire : «Je veux être considéré comme un poète de jazz soufflant un long blues au cours d’une jam-session un dimanche après-midi.» (Libération, 9 août 1995).

Al Cohn, Zoot Sims et Jack Kerouac en 1959 à Hanovre en session d’enregistrement.

Evans et van der Elsken pont en commun le choix du Leica 35mm, doté d’un téléobjectif. Van der Elsken y recoure sans flash pour saisir les musiciens en concert dans la plus grande expressivité physique et musicale, de près ou de loin, de face ou de dos, en contre-plongée ou en surplomb. La prise de vues, en noir et blanc, donne parfois un grain très visible au tirage, qui accentue la force brute du mouvement saisi.

Van der Elsken aime le jazz, les musiciens, mais aussi ceux qui les écoutent. C’est rare de voir un photographe délaisser un moment les artistes pour regarder le public.

Ed van der Elsken, Jazz

Jacques Becker l’avait également fait en 1949 dans Rendez-vous de juillet (merci à Adèle Bossard-Giannesini de me l’avoir fait redécouvrir lors d’un exposé dans mon séminaire sur le jazz et la modernité cinématographique). Il y montre combien, dans l’immédiat après-guerre, le jazz participe à sa manière à la naissance d’une sociabilité générationnelle, les liens amicaux et amoureux se structurant autour d’une musique qui continue à faire danser, tout en entrant bientôt dans une nouvelle ère, celle du Be-bop, où il s’agira davantage de l’écouter, comme l’explique lui-même Jacques Becker.

L’esprit de bande, van der Elsken l’avait si bien connu à Saint-Germain-des-Près que Patrick Modiano l’inclura dans la galerie de personnages d’un de ses romans, Dans le café de la jeunesse perdue, où il écrit : « Un photographe était entré un jour au Condé. Rien dans son allure ne le distinguait des clients. Le même âge, la même tenue vestimentaire négligée. Il portait une veste trop longue pour lui, un pantalon de toile et de grosses chaussures militaires. Il avait pris de nombreuses photos de ceux qui fréquentaient le Condé. Il en était devenu un habitué lui aussi et, pour les autres, c’était comme s’il prenait des photos de famille. » (Folio Gallimard, 2007).

Mais c’est à Amsterdam que van der Elsken a profité de la vitalité de la nouvelle scène jazzistique des années 1950, où se sont côtoyées plusieurs générations de musiciens, de Louis Armstrong au jeune Miles Davis, pour composer la matière de Jazz. Il dépeint avec un grande acuité visuelle l’enthousiasme du jeu, l’effort physique qui distord les corps, les bouches, les bras. Chet Baker y fait davantage percer une rage presque monstrueuse, bien éloignée de la joliesse des photos de William Claxton (que l’on peut néanmoins apprécier).

Ed van der Elsken, Jazz (Chet Baker)

Les instruments envahissent parfois le cadre photographique, au point de les rendre presque inquiétants par leur taille ou leur apparence matérielle. Des sortes de plans de coupe saisissent le regard en forme de clin d’œil  porté par Duke Ellington sur ses musiciens, la sueur qui envahit le visage de Coleman Hawkins, tandis que des vues d’ensemble montrent la communion avec la foule, dans une ambiance enfumée qui fait de la scène un ring de boxe. C’est très cinématographique, car van der Elsken a voulu, même dans un livre, rendre palpable le mouvement, l’énergie vibrante du jazz, son tempo.

Ed van der Elsken, Jazz (Jay Jay Johnson, Elvin Jones, Kai Winding, Red Garland, Lee Konitz et Oscar Pettiford)

D’où vient une mise en page dont l’intelligence graphique et le sens du découpage  sont d’une grande modernité, en particulier dans l’art du dépliement latéral des images ou dans la mise en relation de deux attitudes du même artiste.

Avant de refermer le livre, on pourrait en reprendre la lecture en le feuilletant à vitesse rapide, comme pour un flip book, une approche ludique qu’autorise sa puissance d’archive, celle de l’enfance de l’histoire.