Archives par mot-clé : New York

Le voyage intérieur de Thomas Enhco

Thomas Enhco a-t-il été comme l’enfant décrit par Baudelaire dans Le Voyage, « amoureux de cartes et d’estampes, » et pour qui « L’univers est égal à son vaste appétit. » ?

En tout cas, à l’âge de 26 ans, il a déjà fait le tour du monde,  vécu quelque temps à New York, et s’apprête à donner un concert dans la grande salle du Châtelet le 7 mai prochain.

À 14 ans, il fait une rencontre décisive, avec Gisèle Magnan, une pianiste concertiste de la génération de Brigitte Engerer et de Michel Dalberto, qui a fait le choix d’enseigner (elle anime d’ailleurs aujourd’hui les Concerts de poche) et qui devient son professeur. « J’ai passé des heures, m’explique-t-il, à jouer par exemple dans la lenteur la plus extrême, pour aller écouter au fond des cordes la vibration et savoir à quel moment elle donne l’impulsion de la note suivante ». À l’époque, elle voit en lui un futur grand pianiste classique, mais c’est le jazz qu’il va choisir, non exclusivement, cependant.

Dès 17 ans, il publie son premier album sur le label « Âmes », créé par Didier Lockwood.

Capture d’écran 2015-04-25 à 10.34.54

En 2012, il est en trio avec Chris Jennings à la contrebasse et Nicolas Charlier à la batterie, pour Fireflies. La presse est élogieuse : Michel Contat évoque son « lyrisme amical, frais, détendu, plein de fragrances subtiles » (Télérama, 15/12/2012).

Aujourd’hui, il vient de signer un contrat avec Universal pour qui il doit publier trois albums, en  classique (Deutsche Grammophon) et en jazz (Verve). Ainsi, il vient d’enregistrer un CD avec Vassilena Serafimova en duo piano/marimba.

Pour son nouvel album, Feathers, il a fait le pari d’être en solo.

Capture d’écran 2015-05-03 à 16.59.04Thomas Enhco (Jean-Louis Neveu)

Après l’avoir enregistré, il en joue des morceaux dans divers récitals en France et au Japon. Présente au concert donné l’année dernière à la Sorbonne, Gisèle Magnan lui fait part de ses réactions. « Tu peux te permettre de jouer beaucoup moins bien. Réfléchis à cela. Ton but désormais est de trouver une simplicité évidente comme résultat de cette complexité que tu as recherchée« .

Cette simplicité peut aussi se comprendre comme provenant d’une inspiration personnelle, du registre de l’intime. Feathers est bâti selon son compositeur comme le récit d’une histoire d’amour et se déploie en plusieurs temps de durée ou d’intensité inégales. Une « catharsis », pendant l’enregistrement, où c’est près du double de ce que contient l’album final qui a été interprété, dans une sorte de fébrilité permanente.

Il faut donc se laisser porter par la chronique déployée par le pianiste, à l’écoute, dans « I’m fine, Thank you », d’un motif mélodique à partir duquel il tisse des variations harmoniques, où le grave et l’aigu s’opposent, se croisent, se chevauchent, comme autant de déambulations légères et graves. C’est là que la technique, le jeu, s’ils sont maîtrisés,  permettent de ne pas céder à une quelconque mièvrerie. Nous évoquons ensemble la musique de Gabriel Fauré et Thomas Enhco me dit y avoir apprécié le sens mélodique. « Quand j’écoute Fauré, j’ai l’impression qu’il a composé des chansons. C’est très agréable d’improviser sur ses compositions, il y a quelque chose de très évident, de très pur. La recherche d’une émotion, c’est ce qui est le plus important pour moi. Il y a quelque chose de très libérateur dans le jazz, et j’aime bien ce côté instinctif dans la composition de Feathers ».

La simplicité, c’est également l’image que l’on projette de soi dans les clips ou les captations de concerts : pour filmer un soliste, il faut trouver la bonne distance, sans fioritures, comme ici :

Dans l’album, un morceau se détache des autres. Il s’intitule « Sand Creek Song », et ouvre l’univers du pianiste sur une histoire qui lui est extérieure, celle d’un massacre d’Indiens, qui prit place dans le Colorado le 29 novembre 1864, et coûta la vie à près de 200 femmes, enfants et vieillards. « J’en ai entendu parler pour la première fois en 2007.  J’ai été marqué par cette histoire et j’ai fait quelques recherches. Un  thème guerrier en même temps que funèbre m’est venu en tête. J’ai composé un premier morceau. 6 ans plus tard, j’ai augmenté la composition, lui donnant une forme plutôt épique, mais qui correspondait néanmoins à mon état d ‘esprit. C’est un cri, qui peut alors prendre une forme universelle ».

 

Le Retour d’Avishai Cohen

Avishai Cohen est de retour en formation trio, avec, au piano, Nitai Hershkovits, et à la batterie, Daniel Dor. Ensemble, ils viennent d’enregistrer From Darkness et sont à l’Olympia pour un concert (complet) le 1er avril. Le compositeur et contrebassiste israélien, âgé aujourd’hui de 45 ans, est sans aucun doute un artiste parvenu à la maturité de son art.

Tout avait commencé au début des années 1990 quand il « s’est lui-même invité aux États-Unis », comme il me le raconte dans un entretien à Paris. Avant lui, d’autres musiciens israéliens y avaient séjourné, mais son parcours a permis de bâtir un pont entre New York et Tel Aviv qui assure désormais des circulations régulières entre les deux capitales : « Jazzeltov ! » titre ainsi Jazz Man en publiant en avril 2009 un article sur les artistes israéliens présents ou de passage à New York.

Avishai obtient d’abord une bourse pour étudier à l’école de jazz de la New School, fondée en 1986. Un choix que fera également le trompettiste Roy Hargrove, qui appartient à la même génération, puis Brad Mehldau ou encore Robert Glasper. L’une des caractéristiques de cette école est de ne faire appel qu’à des praticiens pour enseigner. L’autre est d’avoir été fondée par deux Juifs de Brooklyn, David C. Levy, historien d’art, muséographe et musicien, et le saxophoniste Arnie Lawrence. J’interroge Avishai sur cette proximité des cultures juives et africaines-américaines : « Il y a des expériences communes, une existence compliquée, des souffrances. Mais je n’aimerais pas dire que c’est cela qui conditionne la réussite culturelle, en particulier musicale. Il y a, incontestablement, un lien fort avec le monde, une volonté de porter quelque chose de singulier dans son expression, mais qui a vocation être partagé par le plus grand nombre, à être diffusé partout ».

Sur la scène new-yorkaise, Avishai multiplie les gigs avec des étudiants ou avec des légendes du jazz.  Les rencontres avec Danilo Perez puis Chick Corea sont décisives. Il obtient alors un visa qui lui permet de séjourner et de travailler aux États-Unis.

Il y développe un sens de la performance scénique qui va être déterminant dans le style qu’il va adopter. L’écriture et l’enregistrement d’un CD sont bien sûr essentiels, mais ils ne contraignent pas le jeu du concert public, qui va ajouter « une dimension visuelle ». À l’évidence, l’énergie d’Avishai Cohen est spectaculaire, sans pour autant minorer le rôle de son pianiste et de son batteur.

avishai2452Avishai Cohen (Patrizio Gianquintieri)

« Les musiciens avec qui je joue aujourd’hui ont l’âge que j’avais quand j’étais membre du sextet de Chick Corea. Shai Maestro était encore plus jeune. Je crois beaucoup à cette idée de travailler ensemble sur la durée, et de mettre à profit leur technique – de plus en plus développée –  au service de la création musicale. »

Neuf ans se sont écoulés entre Gently Disturbed et From Darkness, deux albums en formation trio. Entre-temps, Avishai, qui avait commencé à chanter dans le Rock band qu’il avait créé à New York, s’est pris au jeu. À la grande surprise de ses parents ou de ses proches, en Israël, il s’est mis à écrire et à chanter des textes en hébreu. La musique peut cependant s’inspirer de chants arabes, ou revitaliser le ladino, la langue créée par les rabbins espagnols pour traduire et enseigner les textes sacrés hébreux. « J’ai été encouragé à chanter par Bobby McFerrin. Dans ce registre, comme de manière générale, j’aime me donner la sensation d’être au bord de la falaise. »

Cette position rappelle celle de Charles Chaplin quand, dans Les Temps modernes, il fait du patin à roulettes dans un grand magasin en risquant à tout moment de tomber dans le vide. Ce n’est pas un hasard si Avishai Cohen interprète Smile dans un CD qui alterne avec grâce les atmosphères, les rythmes et les places respectives en leader des membres du trio.