En attendant “La Conquête“

En attendant le film sur la conquête du pouvoir par Nicolas Sarkozy qui sera projeté lundi prochain à Cannes, France 2 proposait, trente ans après la victoire de François Mitterrand, un docu-fiction réalisé par Serge Moati et intitulé Changer la vie. Malgré le talent des acteurs principaux, le film est un peu pathétique, dans la manière dont Moati se met en scène, et raté, dans son mélange naïf de fiction un peu bricolée et de “réel”.

Qu’est-ce qui reste beau dans une image d’archive, même quand elle a été montrée des centaines de fois, et qu’elle a perdu la fraîcheur de sa première diffusion? Quelque chose de très simple, et de très démocratique : qu’elle concerne les “grands hommes” ou les gens ordinaires, qu’elle ait enregistré un petit ou un grand événement, elle a prélevé un moment de vie, dont la force est d’autant plus grande qu’il a été pris sur le vif, à l’insu parfois de ceux qui en sont les acteurs. La joie de Français anonymes, comme les larmes de Pierre Mendès-France, expriment pareillement la force d’instants qui composent et expriment un tournant historique.


La prégnance de l’image d’actualité n’annule pas celle de la fiction. C’est leur contact, leur surimpression, leur télescopage qui est problématique. En privilégiant la parole politique, Moati s’est condamné lui-même à faire de ses personnages des têtes parlantes, dont la diction paraît alors terriblement artificielle. Quand il donne – un peu, pas beaucoup – de l’espace, du mouvement, à ses personnages, alors le téléspectateur est renvoyé au petit jeu des devinettes : ah oui! les grosses lunettes, c’est Mauroy.

C’est seulement dans la dernière scène, où devant Moati, Mitterrand prépare ses adieux, que les acteurs reprennent la main et imposent l’intimité de leur jeu face au poids écrasant des images d’archives. Car là, pour une fois, le réalisateur a privilégié un moment qui n’a pas été filmé et qui laisse donc ouvert l’horizon d’attente du spectateur, comme sa mémoire vive.


5 réflexions sur « En attendant “La Conquête“ »

  1. J’ai eu surtout un problème avec Moati, moi aussi. Entre l’acteur qui l’incarne, dans un rôle d’idiot du village qui filme dans les bureaux de la rue de Solferino, plutôt très “gauche” (non, pas dans le sens politique) et celui qui prend la tête de France 3 avec une ambition culturo-cosmopolite débridée (images d’archive de Moati), il y a un gouffre. Et je ne parle pas du physique. J’y vois néanmoins le témoignage d’un regard privilégié sur cette période, à cet endroit, près de cet homme qu’était Mitterrand et des autres. Trop partial et émotionnel, bien sûr, mais qui a le mérite d’exister, d’être tenté.

  2. Le problème, c’est de donner au spectateur le temps de s’habituer à un personnage très connu qui est incarné par un acteur , en évitant de le mettre en concurrence avec le vrai. Je trouve que Magnan finit par s’imposer. Certes, il a beaucoup étudié la gestuelle mitterrandienne, mais il a une présence incontestable. Le paradoxe, c’est que Moati ne tire par profit de la part romanesque de Mitterrand. Alors qu’il était quasi muet et invisible au Vieux Morvan, après avoir appris sa victoire près de deux heures avant les résultats officiels, la première personne qu’il a appelée et avec qui il a parlé plus de 15 minutes est Anne Pingeot, la mère de Mazarine. Cette double vie, à laquelle va s’ajouter la maladie, tenue presque jusqu’au bout à distance des médias, aurait dû permettre de se dégager, sans verser dans le voyeurisme, du “tout politique”.

  3. Un film qui pâtit effectivement de son hésitation entre plusieurs registres – un peu comme Moati sur son propre rôle historique? Malgré les efforts visibles sur les effets de ressemblance, j’ai vraiment eu du mal avec la diction de l’acteur qui fait Mitterrand, auquel la confrontation avec l’archive et le phrasé souverain de l’ancien président scie constamment les pattes. A force de brouiller les pistes entre témoignage subjectif et incarnation, on finit par perdre le spectateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.