De Niro is talking to us

Robert de Niro préside le jury du 64ème festival international du film.

L’acteur est connu pour sa très grande implication dans les rôles qu’il interprète et la complicité qui le lie depuis longtemps à Martin Scorsese, tous deux d’origine italo-américaine.

Dans le premier film pour lequel il était venu à Cannes, Taxi Driver, il avait improvisé une réplique – et une situation – qui est devenue célèbre depuis : “Are you talking to me?”, se lançait devant la glace le chauffeur de taxi new-yorkais bientôt transformé en justicier.

Dans New York New York, auquel le grand entertainer Jamie Cullum a rendu un swinguant hommage lors de la soirée d’ouverture du festival, Jimmy/De Niro expliquait à Francine/Liza Minnelli, en jouant au piano les notes d’introduction du thème “New York New York”, qu’il était à la recherche de l’accord majeur, celui qui unirait création musicale et réussite de vie personnelle. C’était peu de temps après la victoire sur le Japon, les GIs étaient rentrés au pays et Jimmy pouvait pleinement exprimer son admiration, au saxophone et à la direction musicale, pour la grande tradition des Big Bands.

Mais, le 11 septembre 2001, la ville qui ne dort jamais a subi une attaque terroriste qui a bouleversé son histoire récente. Six mois plus tard, De Niro, d’habitude plutôt taiseux, a accepté de présenter la soirée que CBS a consacrée au souvenir de cette journée en diffusant le film des frères Naudet, 9/11, auquel la Cardozo Law School, l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS), l’université Paris 8 et les services culturels de l’Ambassade de France rendront hommage le 8 septembre prochain, à New York, trois jours avant l’inauguration du Mémorial du 11 septembre

De Niro, qui voulait nettoyer Manhattan de sa saleté dans Taxi Driver, était venu sur le site de Ground Zero pour dire qu’il fallait rendre justice à ceux qui étaient morts.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=rJ84l3YrW-k[/youtube]


Une réflexion sur « De Niro is talking to us »

  1. difficile de critiquer ce genre de documentaire hommage (c’est le cas de le dire) aux victimes (je ne comprends pas bien l’anglais) (en même temps, c’est peut-être mieux pour la chanson : sans parole, c’est le mieux) : avez-vous remarqué que ces photos par groupe de quatre ne sont que d’hommes, et probablement des militaires (comme si la gent féminine n’avait pas payé, elle aussi, de tribu à cette catastrophe) ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.