Swing Time : The Artist

The Artist, réalisé par Michel Hazanavicius, a été projeté à Cannes juste avant le coup de tonnerre de l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn à New York. Autant dire avant que cette nouvelle occupe davantage les conversations que la compétition officielle. Rétrospectivement, ce film, très réussi, apparaît davantage encore comme un moment de plaisir et de bonheur cinéphile et musical.

Un comédien célèbre, Georges Valentin, voit sa carrière basculer avec l’arrivée  du parlant et la relève assurée par une nouvelle génération, supposément sensée ne pas être prisonnière d’un style de jeu élaboré alors que le cinéma était muet (mais toujours sonore, faut-il le rappeler?).

Une jeune comédienne, dont le début de carrière avait été favorisée par Valentin, s’émeut de sa déchéance et l’aide à revenir en haut de l’affiche. Ils s’éprennent l’un de l’autre (qui en aurait douté?).

Les acteurs sont tout simplement splendides et le film est une petite merveille de fluidité et d’équilibre. Il est en noir et blanc et “muet” (pas complètement,  le spectateur le découvrira). Bien sûr, il est dans l’imitation de, mais sans aucune désinvolture ni mièvrerie, et il faut saluer le réalisateur pour avoir su s’inspirer avec poésie du style du cinéma hollywoodien des années 1920, et y avoir glissé un hommage formidable au fameux couple Astaire-Rodgers.

En bouquet final, Jean Dujardin et Bérénice Bejo ont en effet pris le risque de se confronter à ces prestigieux modèles. Ils le font parfaitement ensemble, sans donner l’impression de l’effort qu’il faut accomplir pour assurer un tel équilibre. Ils le font en longs plans-séquences, comme Astaire et Rodgers, ce qui était encore plus difficile à réaliser. Bravo!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.