Blues night

Nice, 9 juillet 2011, Le Homemade Jamz Blues Band, photographie Christian Delage.

Soirée Blues samedi 9 juillet au Nice Jazz Festival. Quelle autre musique peut être aussi marquée historiquement que celle qui est née dans les champs de coton du sud des États-Unis, dans le delta du Mississipi ? C’est l’une des grandes inventions musicales du vingtième siècle, portée par la population afro-américaine, et d’abord éditée, dans l’Amérique de la discrimination, sous la forme de “race records”.

Ainsi pourrait-on simultanément retracer l’histoire de la fin de l’esclavage et la lutte pour les droits civils en racontant l’histoire du Blues, sa migration vers Chicago dans les années 1950 quand les jeunes africains-américains étaient partis au nord, chercher du travail, son amplification électrique, son influence sur les autres musiques.

La soirée Blues du Nice Jazz Festival offrait trois concerts successifs : le premier a permis au public français de découvrir la nouvelle vague du delta blues, en la personne du trio  Homemade Jamz Blues Band, une sorte de band à la manière des Jackson, où le père, Renaud Perry, non seulement fait jouer ses trois enfants, Ryan, 19 ans (guitare et chant), Kyle, 16 ans (basse) et Taya, 12 ans (batterie), depuis près de six ans, mais fabrique les guitares des garçons en les profilant avec des sortes de pots d’échappement dignes de formules 1.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=03mV8WfXC_Y[/youtube]

Leur énergie est tout à fait impressionnante et a conquis l’adhésion du public niçois par son groove, au prix sans doute d’une couleur musicale qui se détache du Blues historique, auquel est davantage attaché Joe Louis Walker, soixante ans, né à San Francisco et passé d’abord par le Gospel et l’université (Musique et Anglais), avant de se consacrer ua Blues, après avoir été invité au Jazz & Heritage Festival à la Nouvelle-Orléans. Une démarche volontariste, donc, qui ne procède pas d’un ancrage initial dans le delta, comme la famille Perry, mais d’un choix artistique, soucieux de préserver, y compris dans le choix d’instruments et d’une manière de jouer plutôt hérités des premiers temps, l’héritage du Blues.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=EUbf9HzNJKM[/youtube]

À la fin de son concert, Walker était rejoint pour un boeuf par Jean-Jacques Milteau, qui célèbre régulièrement sur TSF l’histoire du Blues dans “Bon temps rouler“, et en est lui-même l’un des meilleurs praticiens français. Sur scène, avec son groupe, Milteau faisait la part belle à ses deux chanteurs, Michael Robinson et Ron Smyth, tout en élégance et en swing.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=B1fpUIH9t8I[/youtube]

Un peu sur la défensive en début de concert, Milteau feignait de s’étonner que le public soit si présent pour écouter du Blues. La paradoxe est qu’il en connaît mieux l’évolution que les jeunes Perry, mais qu’il s’en fait l’ambassadeur loin de sa terre natale, dans une forme d’appropriation autant musicale qu’historienne.



Citer ce billet
Christian Delage (2011, 10 juillet). Blues night. All That Jazz! Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjrd

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.