Rencontre avec Michel Portal

S’il y a un musicien qui n’a jamais été menacé par la routine ou par l’autosatisfaction, c’est bien Michel Portal, dont le parcours d’artiste, exceptionnel, s’est constamment placé sous le signe de l’exigence, de l’ouverture et de l’humilité.

“Sa musique jouissive, véhémente, lyrique, inventive, interrogative est une perpétuelle remise en cause de l’humain et des structures”, écrit de lui Francis Marmande. Mais ce qui frappe surtout, dans son exercice de prédilection, le concert, c’est sa concentration. L’improvisation prend chez lui une autre forme que celle à laquelle les musiciens de jazz nous ont ont habitués. C’est davantage une plongée dans l’intimité de la création tout autant que dans le partage avec d’autres musiciens : une expérience qui s’engage dans le temps du jeu lui-même, sans savoir toujours vers où le compositeur-interprète s’engage et nous conduit.

Dasn un entretien accordé récemment à Arnaud Valerin lors de la sortie de son dernier CD, “Baïlador”, Portal explique pourtant que, cette fois-ci, il ne voulait pas partir sur un “free total”.  Il est venu en studio avec une partition, qu’il avait travaillée avec Boyan Z et qu’il a demandée aux musiciens de jouer telle qu’elle était écrite, avec des chorus plutôt courts par rapport à l’exposition des thèmes. L’entretien proprement dit laisse d’ailleurs vite la place à l’image de  Portal dont on lit sur le visage, très expressif, le ressenti à l’écoute de l’un des morceaux de l’album, “Citrus Juice”.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=-giJE8YTYdg[/youtube]

Dans l’entretien qu’il nous accorde après le concert, je reviens sur sa très grande attention et sa réactivité au jeu des musiciens qui l’entourent.

Vous donnez l’mpression, souvent, en concert, d’être comme transpercé par le son, le jeu des musiciens qui vous entourent.

“Quand je joue, je ne me sens pas compositeur. Ce qui m’importe, c’est que l’intensité de la musique ne faiblisse pas. Prenez le Quintette avec clarinette de Mozart, la tension est très grande, dès le début, et il faut la garder ainsi jusqu’au bout. En jazz, je suis du côté de Charlie Mingus, qui faisait comprendre séparément à ses musiciens : « T’entends ce que je joue ? ». C’est cela, un concert, de la transmission entre individus. Si cela ne marche pas, si on est en standby, je suis déraciné.”

Baïlador a été composé dans un temps inhabituellement court pour vous, trois ans.

“Oui, d’habitude, c’est beaucoup plus long… En général, j’écris des musiques qui se limitent à 8 mesures tout au plus. C’est un travail lent, que je ne peux pas faire tous les jours, en me levant le matin et en me disant que je vais composer.

Comment s’est passé l’enregistrement en studio ?

“J’ai enregistré à New York, au studio Avatar, en compagnie de Boyan Z (piano), avec qui j’ai écrit la plupart des compositions, Ambrose Akinmusire (trompette), Lionel Loueke (guitare), Scott Colley (contrebasse) et Jack DeJohnette (batterie). Ma démarche ne correspond pas au mode courant de travail en studio. En général , il faut faire de la « production », c’est-à-dire écouter ce qu’on vient d’enregistrer et procéder le cas échéant à des modifications sur ordinateur. À son époque, quand une seule note ne le satisfaisait pas, Coltrane demandait à son groupe de tout rejouer ! Moi, ce qui m’importe par dessus tout, c’est la fusion du jeu. Par exemple, je commence à jouer et j’attends, je cherche le trompettiste, j’essaie de rentrer dans son univers.

Ce soir, on a bien vu la complicité qui vous unit à Bojan Z. Cela a semblé plus délicat avec certains des autres musiciens présents.

“Ambrose et Boyan étaient présents, mais Nasheet Waits (le batteur habituel de Jason Moran) et Harrish Raghavon (contrebasse) jouaient le programme pour la première fois. C’est plus difficile d’être bien en phase, surtout quand on propose soudainement des accords, une profondeur de son, qui proviennent d’un autre univers que celui du jazz. Quand les musiciens pratiquaient le free total, une époque qui est bien lointaine aujourd’hui, où on est passé à autre chose, ils se connaissaient parfaitement et avaient en commun la même culture musicale, une connaissance d’ailleurs très pointue du jazz. Je pense à Wayne Shorter, par exemple ”

Il faut dire aussi que votre double culture musicale (jazz et classique) n’est pas courante. J’avais l’impression, en entendant Tutti No Hystérique, d’être plutôt à l’Ircam que dans un festival de jazz.

“Oui, c’est d’ailleurs très séduisant, ce duo avec Ambrose, mais j’en connais trop bien le secret de fabrication : c’est une construction sérielle, avec des blocs harmoniques. C’est trop mathématique, je sais le faire mais cela ne me passionne pas.”

Je ne suis pas d’accord. Sans doute est-ce très construit, mais c’est inattendu et il y a des notes d’humour quand, tout à coup, les instruments miment des embrassades

“Oui, je crois que ce que je fais, c’est un Blues bizarre. Vous avez trouvé comment, mon dernier CD?”

Je suis très sensible à cet équilibre entre une partition écrite, très complexe, très exigeante dans son interprétation, et cette communion que vous recherchez en concert avec les musiciens, qui laisse ouvert le jeu, avec ses imprévus, peut-être ses ratés. Cela implique l’auditeur, à qui vous donnez une place, jamais passive.

“Oui, j’aime bien surprendre mes musiciens, voir comment ils vont réagir. Quelque chose advient, en concert. Souvent, le jazz, c’est de la guimauve, dans le sens sentimental. J’ai peur des choses vulgaires. Écoutez DeJohnette : tout en subtilité !”



Citer ce billet
Christian Delage (2011, 11 juillet). Rencontre avec Michel Portal. All That Jazz! Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjre

Une réflexion sur « Rencontre avec Michel Portal »

  1. Superbe interview menée avec beaucoup d’intelligence et de finesse..Portal a du se sentir bien et a dû apprécier la qualité des questions…
    Bravo à C Delage
    JL NEVEU Photographe

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.