Ahmad Jamal, a French Celebration


Jamal à l’affiche de l’Olympia (2000 et 2011).

C’est comme si toutes ses dates anniversaires êtaient fêtées depuis 30 ans. Pourtant Ahmad Jamal n’a pas toujours connnu le succès public et/ou critique. En France, il a fêté ses 80 ans à Marciac, puis ses 81 ans à Paris, à l’Olmypia, avant d’être célébré ce soir à Nice, en clôture du festival.

Beaucoup d’articles ont été écrits sur lui, mais jusqu’à présent aucun livre. En novembre 2010, Alex Dutilh a consacré une semaine de son Open Jazz à un long entretien qu’il a réalisé avec Georges Kiossef dans la maison du pianiste dans le Connecticut.

Pour qui veut découvrir ce musicien, je ne peux que recommander la notice de Wikipedia, pour une fois bien mieux documentée que la version en langue anglaise, et dont la qualité signale bien l’intérêt porté par les Français à l’artiste.

Frederick Russell Jones est né à Pittsburgh, en Pennsylvanie, dans une famille modeste où son père travaillait dans une aciérie et sa mère était femme de ménage. À l’époque, l’État, surnommé “Keystate” en raison de sa position géographique privilégiée entre Nord et Sud, comme entre côte atlantique et Midwest, était encore l’un des poumons industriels des États-Unis, producteur d’acier et de pétrole (aujourd’hui du très polluant gaz de schiste). Deux grands capitaines d’industrie ont symbolisé l’essor de la sidérurgie et des chemins de fer à Pittsburgh : Andrew Carnegie, qui, avec sa société, Carnegie Steel, a fait fortune en produisant des rails de chemin de fer, avant de la revendre au financier J.P. Morgan et de devenir un mécène exceptionnel ; Andrew Mellon, financier de l’industrie, homme politique, qui ne brilla pas particulièrement par son progressisme pendant la Grande Dépression, avant de devenir un philanthrope avisé.

Pour voir à quand ressemblait encore les paysages de la Pennsylvanie ouvrière avant la grande reconversion dans le tertiaire à la fin des années 1980, il suffit de se souvenir du début du film de Michael Cimino, The Deer Hunter, qui montre non seulement des ouvriers travaillant dans une usine sidérurgique mais également la présence de la nature, dans un territoire où la confrontation à l’autre se fait d’abord dans la montagne, dans le rituel de la chasse aux cerfs, avant de se déplacer au Vietnam.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=idvJ6MoL21I[/youtube]

C’est dès l’âge de trois ans que Frederick touche pour la première fois un piano, soit un an plus tard que le fils d’une voisine, amie de sa mère, Erroll Garner ! Le rêve de Frederik : aller à la prestigieuse Julliard School, à New York. Il finira par y arriver, mais à 32 ans, alors que son trio, qui venait de connaître un grand succès en 1959, se dissout trois ans plus tard.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=_Qc3VaXtW5M[/youtube]

Frederik, renommé Ahmad Jamal lors de sa conversion à l’islam en 1952, devient ensuite un pianiste autant accompli que respecté. L’économie de son jeu, son incroyable aisance, son goût de l’épure sont très caractéristiques d’une personnalité que je rapprocherais volontiers de Yehudi Menuhin, n’était-ce le caractère parfois autoritaire de la direction de son trio (il est capable de se retourner brusquement, depuis son piano, pour tancer du regard un musicien qui a fait un écart par rapport à ce qu’il attendait de lui).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=Cp2UgfaQwTc&NR=1[/youtube]

Le concert d’Ahmad Jamal prend place après celui de Roy Hargrove et avant celui de Wynton Marsalis dans le Théâtre de verdure. Un vrai feu d’artifice…



Citer ce billet
Christian Delage (2011, 12 juillet). Ahmad Jamal, a French Celebration. All That Jazz! Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjrf

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.