Miles Turning Electric

« Georges Marchais avait souhaité une cérémonie simple, écrit Pascal Virot dans Libération. Elle fut dépouillée. Et sans émotion. […] Crêpés de noir, les drapeaux tricolores et les drapeaux rouges, frappés de la faucille et du marteau, s’agitent mollement sous la pluie. […] Le cercueil est recouvert d’un drapeau rouge coiffé d’un drapeau tricolore. La trompette de Miles Davis exhale ses accords mélancoliques. »

Oui, vous avez bien lu, la montâââgne n’était pas belle ce jour-là, car, surprise, point de Jean Ferrat mais du Miles Davis ! « Accord mélancoliques » ? Pas vraiment, cependant, car le disque choisi pour les funérailles du Secrétaire général du Parti communiste français, c’était Bitches Brew (1969, dont la spendide pochette a été réalisée par Abdul Mati Klarwein), troisième meilleure vente pour un album de jazz après Kind of Blue et Time Out (Dave Brubeck), mais, surtout, moment-clé où Miles développe un nouveau genre, le jazz-rock fusion, dont l’une des caractéristiques majeures est d’électrifier les intruments.

Comme toujours, le casting fait rêver, surtout rétrospectivement, étant donné la carrière de la plupart de ces jeunes musiciens : Bennie Maupin (clarinette basse), Joe Zawinul, Larry Young, Chick Corea (piano électrique), John McLaughlin (guitare), Dave Holland (contrebasse), Harvey Nrooks (basse électrique), Lenny White (batterie), Don Alias (Batterie, congas) et Wayne Shorter (saxophone soprano). Étaient présents hier, en ouverture de Jazz à Juan 2011, et pour commémorer la sortie de cet album : Bennie Maupin, en première partie,  avec un groupe dont le nom même (Bitches Brew Beyond) signale bien l’héritage revendiqué, Herbie Hancock et Wayne Shorter, en seconde partie, accompagnés par Marcus Miller et deux jeunes musiciens, Sean Jones (trompette) et Sean Rickman (batterie). Quant à Jack DeJohnette (batterie), il sera là ce soir pour le concert annuel du trio de Keith Jarret.

Ce genre de “Tribute” à Miles est un exercice périlleux. D’abord sur un plan historique : le passage à l’électrique a été un tel choc en son temps qu’il est quasiment impossible d’en redonner à entendre, aujourd’hui, à quarante ans de distance, la nouveauté radicale. En effet, les amateurs de Miles étaient alors habitués à un certain univers sonore du trompettiste et, pour une partie d’entre eux, ils ont été déboussolés par la transformation effectuée. Mais il faut compter aussi avec la conscience que nous avons aujourd’hui de l’histoire du jazz et notre sentiment, même confus, du vieillissement de certaines partitions, voire de la pratique de certains instruments, je pense ici à l’usage de l’orgue Hammond et aux percussions harmoniques du modèle B3. Sans parler de la “fusion” entre jazz, rock et funk, qui correspond également à un moment précis (fin des années 1960, époque du festival de Woodstock, etc.).

Si le groupe Bitches Brew Beyond a paru un peu terne, nous laissant trop sur le bord du chemin emprunté par Miles, le parcours proposé par Marcus Miller était somptueux. C’est lui qui a eu l’idée de cet hommage et qui l’a en quelque sorte conçu d’abord comme une dialogue, un partage entre musiciens de trois générations différentes (celle de Hancock et Shorter, celle de Miller et celle de Jones et Rickman), ensuite comme un continuum en deux longues séquences sans interruption. La première, la plus longue, de près d’une heure, a été présentée par Miller comme  la partition qu’aurait pu imaginer Miles dans le rêve d’une vie idéale. Très belle formule pour un moment d’une incroyable intensité, où la puissance électrique donnait aux cuivres une ampleur symphonique. Les variations de tempo, au sein d’une formation  très cohérente et unie, étaient lancées par la batterie ou par la clarinette basse, et l’ensemble n’était jamais agressif, mais plutôt cool. Sans doute était-ce la volonté de Miller d’insister davantage sur la continuité du parcours de Miles que sur ses ruptures, une perspective rendue possible par le fait qu’il avait intégré l’équipe des siders du maître après le tournant électrique et que cela fait désormais vingt ans que ce dernier est décédé.

En fin de concert, après un solo remarqué de Hancock sur “Someday My Prince Will Come” (que Miles avait enregistré en 1961 à New York), la reprise de “Time after Time

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=OddHP8_Em7s[/youtube]

et de “Tutu

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=hL5JrivCaLM&feature=related[/youtube]

a ravi le public, très nombreux, venu célébrer la mémoire vive de Miles Davis.



Citer ce billet
Christian Delage (2011, 16 juillet). Miles Turning Electric. All That Jazz! Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjrg

Une réflexion sur « Miles Turning Electric »

  1. Il y a eu, à la Cité de la Musique, une très belle exposition ayant comme objet sujet thème Miles Davis (merci pour les morceaux) (on pourrait avec ce petit morceau de phrase :”la volonté de Miller d’insister davantage sur la continuité du parcours de Miles” donner à A. Gunthert un atout supplémentaire pour exemple de “connivème” – “Miles”, c’est Miles; mais Marcus c’est “Miller”… :°) )

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.