B.B. King : Oldies, but Goodies

Dans les concerts, particulièrement ceux en plein air, et davantage encore dans la pinède  de Juan-les-pins, l’entrée et la sortie de scène de l’artiste invité ajoutent toujours au plaisir du show, en contribuant à l’empathie entre ce dernier et le public. Après tout, c’est cela le privilège du spectacle vivant, que ce soit le théâtre, la danse ou la musique : le partage, la communion, dans l’évanescence de l’instant présent.

Dans l’après-midi, pendant la balance, un musicien s’était assis sur une chaise tout à fait ordinaire placé au milieu de la scène. Un des photographes présents a voulu saisir cette opportunité pour prendre un cliché “posé”. Refus immédiat mais poli de celui-ci. Cette chaise, c’est celle de Riley B. King, surnommé B. B. (Blues Boy) King. Les consignes pour le soir sont précises : les photographes auront droit à trois morceaux, mais l’orchestre en jouera d’abord deux seul. Le King, âgé de 85 ans, entrera en fauteuil roulant avant de s’asseoir sur cette fameuse chaise.

Me revient en mémoire l’entrée de scène d’Aretha Franklin il y a deux ans au Radio City Music Hall de New York. Après une attente interminable, meublée par du stand-up, l’orchestre était apparu par un de ces effets de lever de rideau et de pivotement de scène propres au Radio City, puis, après encore un bon quart d’heure, un chauffeur de salle était venu au centre et avait commencé à hurler : “Ladies and gentlemen, please welcome the queen of soul, A/Re/Tha/Fran/kliiiiin” ! Dans ce genre de situation, il va de soi que la salle est totalement acquise, debout, excitée. Sur la scène immense, Aretha arrive très lentement par la gauche, encadrée par deux personnes qui l’aident à marcher. Puis, seule, elle se dirige au centre et commence à chanter, pas très juste ni très fort. Qu’importe, c’est Aretha, celle qui a eu le privilège de chanter le jour de l’intronisation de Barack Obama (avec son beau chapeau, pour les fans seulement) :

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=YsNHhJTZAM0 [/youtube]

Après être resté un instant sur le devant de la scène, en compagnie des photographes, il était temps de monter sur la mezzanine, pour ne rien rater de l’entrée de scène du King, autrement dit, voir ce qui se passait en coulisse. L’orchestre se met en place, dirigé par le trompettiste James Bolden, et l’ensemble sonne tout de suite plein pot. Un morceau, deux morceaux. Un des musiciens, en costume rouge, vient devant le micro central. Même style que pour Aretha. Et là, petit miracle, B. B. King entre debout, sans être épaulé. Il s’asseoit, prend sa guitare et se met à chanter sans embage. Puis, il présente tous ses musiciens et dit : “My name is B. B. King. Im an old man from Mississipi.”

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=F4OXrmxDp44[/youtube]

Il commence à bavarder, à s’adresser au public, à bafailler, comme on dit dans le midi. On comprend vite qu’il ne va pas chanter beaucoup, mais peu importe car il est surtout question de “kisses” : “Oh give me one more kiss darling. Just before I go. Cause when I leave this time little girl. I won’t be back no more.”

Maintenant, se demande le spectateur, comment va-t-il quitter la scène ? Une personne s’approche de lui pour le prendre en photo. Il lui serre la main. Une autre profite de cette ouverture pour faire la même chose. La sécurité l’en empêche. Mais le King fait signe qu’il est d’accord : bientôt le devant de scène est bondé de gens, plutôt jeunes, qui, un par un, viennent saluer le vieux lion. Il aimerait bien se lever, mais, n’étaient-ces ces mauvaises jambes, il est quand même en forme et bien dans sa tête.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=3GWc78hD4I4&feature=related [/youtube]

Il finit par se lever et, dans une ambiance survoltée, la sortie du King est annoncée par le même musicien qu’au début. Bien sûr, en regardant les vidéos de ses autres concerts, ce qu’il a chanté et fait à Juan, il l’a fait partout ailleurs, presque de la même manière. Mais il a su donner quelque chose aux gens venus le voir, une part de son charisme, de son humanité, de son identité africaine-américaine. Il peut s’en aller, fier de ce qu’il a fait, en autodidacte heureux de nous dire que son neveu, présent sur scène à ses côtés, a pu, lui, faire des études pour devenir musicien.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=I9dvjWQtth0[/youtube]



Citer ce billet
Christian Delage (2011, 18 juillet). B.B. King : Oldies, but Goodies. All That Jazz! Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjrh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.