Imany, de New York à Juan.

Photographie Jean-Philippe Marty, pinède de Juan-les-Pins, 21 juillet 2011.

Il y a deux ans, j’avais déjà évoqué la forte présence et la qualité du jazz vocal féminin, alors que Mélody Gardot venait de s’affirmer comme un talent avec lequel il allait falloir désormais compter.

Cette année, la jeune auteur et interprète Imany s’est spontanément imposée au public de Jazz à Juan par sa classe, sa tranquille assurance et sa beauté.

Née en France, issue d’une famille d’origine comorienne de dix enfants, elle a vécu en région parisienne et sa scolarité s’est effectuée dans un collège d’établissement militaire pour jeunes filles (son père était pompier dans l’armée de l’air). Partie à New York,  un peu sans repères, elle devient mannequin puis s’intéresse à la chanson et, entre Brooklyn et Manhattan, se produit sur quelques scènes arty, dont celle du Bitter End, un club classé “landmark” où Bob Dylan lança naguère sa Rolling Thunder Revue et où elle chante pour la première fois l’un des titres de ce qui allait devenir son premier album, “I Lost My Keys”.

I don’t trust myself
I’ve been doing the same mistakes
can you help me to find a family ?
I am so lonely by myself
I lost my keys
I don’t even know my own address
and there’s nowhere I wanna be

Sa voix, un peu rauque, la prédispose naturellement au style folk ou soul, mais ses compositions l’ont très vite fait comparer à Tracy Chapman, ou même Billie Holiday. Après un concert où elle a semblé très à l’aise sur scène, elle prend volontiers le temps de répondre à quelques questions, à commencer par celle sur ses racines :

“Je suis née en France, mais il n’empêche que l’on me demande toujours d’où je viens. Je ne suis pas souvent allée dans le pays d’origine de ma famille, mais j’ai quand même écrit en partie une de mes chansons en comorien, avec l’aide de mon père il est vrai”.

Votre père vous a-t-il souvent parlé de l’histoire des Comores ?

“Lui est très concerné par l’indépendance, mais moi, mon engagement est davantage personnel. Le contexte a changé. Holiday vivait au temps de la discrimination raciale, Chapman s’est engagée contre l’apartheid, je me sens concernée par d’autres questions, celle, par exemple, du mariage forcé des jeunes filles, que j’évoque dans “You Will Never Know”.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=L4tF9EnbcxU[/youtube]

Dans ce clip, réalisé par Andrew Dosunmu, la voix est distincte des images, où l’on ne vous voit jamais chanter.

“Oui, c’était un choix commun avec le réalisateur. Comme la production s’inquiétait qu’on ne me reconnaisse pas, au milieu de la figuration, ils ont insisté pour que je porte une robe blanche ! (rires)”

Cela fait aussi sens par rapport à ce que vous chantez, l’innocence volée, même si, à la fin, vous inversez le rapport de domination et retrouvez votre fierté.

“Nous avons conçu le clip comme un court-métrage qui raconte une histoire, celle d’une liberté individuelle retrouvée.”

Vous avez également fait une reprise de Redemption Song, de Bob Marley, qui évoque les “vieux pirates qui m’ont volé et vendu aux bateaux d’esclaves”.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=SLQI41QrlGo [/youtube]

Oui, je l’ai beaucoup chanté à mes débuts, ce soir j’ai choisi de reprendre Mercedes Benz de Janis Joplin.

À New York, vous vous êtes fait connaître en chantant en anglais?

“J’ai chanté en anglais mais aussi en français, les Américains adorent cela, La Vie en rose par exemple. Pour l’instant, je suis la tournée de Ben L’oncle Soul mais cet automne, je serai avec la formation avec laquelle j’ai enregistré mon CD, soit 8 musiciens. J’espère partir en Amérique du sud, aux Comores, revenir à New York. Et puis, au jour le jour, je prépare mon prochain CD, juste en essayant des maquettes sur mon ordinateur.”




Citer ce billet
Christian Delage (2011, 22 juillet). Imany, de New York à Juan. All That Jazz! Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjri

Une réflexion sur « Imany, de New York à Juan. »

  1. Quelle voix! Merci, je ne connaissais pas.
    Le premier clip me paraît devoir beaucoup à l’ambiance de l’enfance de Ray Charles, décrite dans le film Ray (Taylor Hackford, 2004)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.