Photographes de jazz

Wayne Shorter, Juan-les-pins, juillet 2011

À en juger par leur présence en début de concert ou la vitalité de leur sociabilité dans l’espace réservé aux personnes accréditées, le jazz doit être visuellement très attractif pour attirer autant de photographes, du moins à Nice et à Juan-les-pins. Et pourtant la presse écrite, qu’elle soit ou non spécialisée, leur offre peu de débouchés. Comment expliquer cet écart ?

En fait, la plupart des professionnels qui sont accrédités comme photographes ont des parcours assez peu ordinaires, si l’on excepte ceux qui couvrent les concerts pour des quotidiens locaux ou ceux qui accompagnent un journaliste pour illustrer son papier. Dans leur très grande majorité, ils travaillent en free-lance, et, souvent, sans carte de presse. Cette précarité, qui s’est accentuée depuis que les nouveaux médias en ligne, au lieu de leur permettre de publier leurs photos, préfèrent recourir à des images libres de droit, est compensée par le fait qu’ils sont beaucoup à exercer un autre métier en parallèle ou que le jazz est une passion pour eux, avant d’être l’objet d’un travail.

C’est le cas de Jean-Claude Pouget, qui est professeur des écoles dans les Alpes-maritimes,

ou de Gottfried Simbriger (www.jazzportraits.at), qui est architecte en Autriche,

Jack DeJohnette et Gary Peacock, Juan-les-pins, juillet 2011.

ou encore de Jean-Louis Neveu, qui a interrompu prématurément sa carrière professionnelle pour se consacrer entièrement au jazz.

Jean-Louis Neveu, Nice, juillet 2011 (photo C. Delage)

Passionné depuis longtemps de jazz, bon connaisseur, il a su pénétrer dans l’intimité des musiciens en les suivant régulièrement, d’un festival à l’autre, pendant les balances ou lors des concerts. Il a ainsi constitué une véritable archive, qu’il transformera peut-être un jour en album, en exposition ou en film.

Certains travaillent encore en argentique et réalisent eux-mêmes leurs tirages. C’est le cas de Patrizio Gianquintieri (www.apj.it), qui avait pris une belle photo du pianiste et chanteur Jamie Cullum lors de son passage à Juan.

Jamie Cullum par Christian Delage (ci-contre) et Patrizio Gianquintieri (ci-dessous)

Cullum est un « entertainer » et souvent, en fin de concert, il vient avec un ou deux de ses musiciens se mettre au milieu des spectateurs, en son seulement acoustique. Ce soir-là, le 20 juillet, Gianquintieri, s’il était bien placé devant la scène en début de concert, s’est retrouvé un peu loin de Cullum quand ce dernier a sauté au milieu des gens. Comme j’étais juste à côté des musiciens, il m’a alors passé son appareil, puis m’a envoyé les deux clichés, le sien, très professionnel, et le mien, pris dans des conditions et avec une technique peu avantageuses. « La mienne est sans doute une une (assez) belle image, m’expliqua-t-il en m’envoyant les deux clichés, mais la tienne c’est un très bon « clic », qui rend bien compte de l’intensité et de l’énergie de Cullum ».

Jeune photographe de 27 ans, originaire de Nice, désormais parisien, Jean-Philippe Marty, après des études musicales au Conservatoire de Nice et Cap d’Ail en formation classique et jazz, a suivi une formation spécialisée à l’École des Gobelins Paris (photographie de studio, supports argentique et numérique, retouche), avant d’être assistant au Studio 258. Free-lance (reportages, danse, arts, musique), ses photos sont publiées dans Jazzman, So Jazz, Le Monde, Monaco Hebdo. Il travaille en couleur et en noir et blanc, avec des boitiers pro Canon mais n’hésite pas à ressortir de temps à autre une chambre, un moyen format ou un télémétrique argentique, « car le film restera toujours le film, avec son lot d’improvisations tout comme le jazz finalement », m’explique-t-il dans un entretien qu’il m’accorde.

Marty est très clair sur ses choix : vite passé au numérique, pour des raisons pratique avant tout, il travaille systématiquement sur Photoshop pour corriger le contraste, la luminosité, la courbe, voire le passage au noir et blanc. Sur la photo d’Imany qu’il a bien voulu mettre sur mon blog, il a effectué une retouche pour supprimer le micro qui gênait : « la retouche est un moyen mais pas une fin ».

Ben l’Oncle soul, Juan-les-pins, juillet 2011.

« En général, m’explique-t-il, les photographes disposent de deux, voire trois morceaux pendant lesquels ils peuvent travailler, en se tenant près de la scène où à 30 mètres de celle-ci, selon l’organisation. Il faut alors aller très vite, bien se placer, être attentif à ce qui se passe, à ce que l’artiste exprime. Puis, faire des choix esthétiques, adopter une sorte de démarche ». Ainsi Marty apprécie la  diagonale, en plaçant le sujet au bord des angles : « J’aime qu’il y ait un dynamisme dans l’image sans que ce soit un cadrage tordu. Au départ, je serre le portrait avec un 70/200, puis je reviens au 50 mm et à l’ultra grand angle. J’essaie de photographier l’étendue de ce qui se passe sur scène, la connivence entre les musiciens. Il n’y a pas vraiment de spécificité du jazz en tant que musique par rapport aux autres, sauf une relation parfois charnelle avec les instruments, surtout ceux à vent…  le musicien regarde son instrument, ce que ne fait pas le guitariste par exemple. ».


5 réflexions sur « Photographes de jazz »

  1. Bonjour,

    Je suis photographe de jazz .. photographe professionnel mais j’essaie de garder le jazz au centre et parce que c’est par le jazz que je suis venu à la photographie.

    J’habite en Suisse, Genève, ne vais que peu en France et évite les festivals. Trop de photographes accrédités, beaucoup de vrais amateurs qui viennent essayer le matériel et ont obtenu l’accréditation grâce au copinage avec l’organisateur ou son entourage, trop de contraintes à cause des managers, voire des organisateurs.

    La vraie photographie de jazz .. le son du jazz on l’obtient plus “facilement” (moins de lumière.. ) en clubs .. pas dans les festivals à mon avis

    De plus, dans les clubs il y a un vrai public de jazz loin des mondanités que l’on voit dans les festivals et un vrai contact avec les musiciens

    Quand aux difficultés économiques du métier . vous avez raison .. c’est de plus en plus difficile et il est actuellement impossible au vu des circonstances de ne vivre que de la photographie de jazz mais .. on peut vivre de la photographie tout court si on vit modestement.

    Je me réjouis de partir à New York pour la 3ème fois ce vendredi .. le coeur du jazz y bat, les clubs sont nombreux, présents dans les recoins du moindre pub.

    Merci d’avoir parlé du sujet. Je vais partager votre article sur twitter, facebook et g+

  2. Après avoir lu votre commentaire, j’ai précisé dans mon article que je ne parle que de ce dont j’ai été le témoin, lors des festivals de Nice et Juan-les-pins, et non pas de la photo de jazz en général.

    Ce papier est le dernier d’une série que j’ai consacrée à ces deux festivals cet été. J’ai depuis réalisé un entretien avec Jonathan Batiste, que j’ai découvert à Juan-les-pins l’année dernière (en sider de Roy Hargrove), que j’ai revu au New Morning et qui, dans quinze jours, se produira pendant plusieurs soirées au Dizzy’s, une sorte de conscération pour cet artiste encore jeune.

    Qu’il y ait un rapport passionnel des photographes (entre autres) au jazz, c’est ce que j’ai cherché à souligner par le fait que, pour beaucoup, cela ne constitue pas une acitivité professionnelle principale, mais une passion.

  3. C’est bien de s’intéresser à la photographie musicale et à la photo de jazz en particulier, mais je trouve l’approche de cet article assez parcellaire, car ne présentant le travail de photographes que dans des festivals, ou par essence, on est loin des artistes et où l’on est soumis à des obligations (3 morceaux, etc.).
    Je ne vais pas me faire le défenseur des cases et des étiquettes, moi qui les combat à longueur d’articles, mais l’exemple de Cullum me parait mal choisi. Effectivement, ce gars est un entertainer. On peut même dire qu’il est au jazz ce que benjamin Biolay est au Rock métal 😉 et ainsi les -belles- photos que vous présentez ne me semble pas si différente des photos que l’on voit sur des scènes sur-éclairées des festival rock/pop ; ça n’en amoindrit pas la qualité, mais à mon sens, ça pose plus globalement la question de la photo de concert que plus spécifiquement de la photo de jazz.
    Il a une iconographie tout de même assez spécifique au jazz (Le Querrec, Léonard ou encore Bisceglia…) qui me semble négligée dans l’article et qui ne correspond pas aux photos de festival, mais plutôt de club ou de salles plus intimes : proximité, pénombre et comme vous l’expliquez, rapport charnel à l’instrument. Voire, rythme de l’image qui colle à la base rythmique… Sorti de cette approche, on est dans la stricte photo de concert, ce qui n’est pas mieux ni moins bien, mais est globalement musicale, jazz ou pas.
    Ça m’amène au second point : c’est vrai que photographe de jazz ça ne rapporte plus ; mais je n’ai pas l’impression que la photo de concert tout court non plus ! Il faut voir les accréditations dans les festivals, ils sont souvent donné à des collectifs de photographes free-lance talentueux, inventifs… Mais dont ce n’est pas non plus le métier faute de revenus suffisants , et à qui les artistes demandent pourtant de plus en plus de contrôle sur les clichés et de droits abusifs (j’ai le souvenir ému d’un groupe de pop anglaise -pénible- qui avait voulu prendre les cartes CF pour choisir les photos et les renvoyer expurgées par la suite… Avant de revenir sur cette position devant la menace de l’absence de clichés !).
    Il y a un rapport passionnel dans le jazz peut être plus que dans d’autres musiques. Un amour particulier pour l’imparfait et l’impréparé, aussi. C’est peut être cette dimension qui manque dans cet article.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.