Le jazz, une histoire de famille(s)?

Mamie Smith & her Jazz Hounds, 1922. De gauche à droite : inconnu, Bubber Miley, inconnu, inconnu, Mamie Smith, Coleman Hawkins, inconnu, inconnu.  

C’est China Moses, la fille de la marraine de l’édition 2012, Dee Dee Bridgewater, qui a ouvert le festival de jazz de Nice sur la scène Masséna, tandis que c’est Jean-Christophe, le fils de Richard Galliano, qui faisait swinguer le New Meeting Quartet dans le théâtre de verdure. Si l’une exerce le même métier que sa mère, l’autre a choisi un autre instrument que son père : les percussions. Le jazz peut être une affaire de famille, que ce soit la sienne ou celle que l’on se construit dans la connaissance de l’histoire qui nous précède et dont nous sommes les héritiers.

China Moses, photographie Jean-Louis Neveu, 2011.

Jean-Christophe Galliano et son groupe ont offert leurs propres compositions, privilégiant malgré tout le dialogue piano/accordéon, pas très éloigné de la combinaison orgue/accordéon qu’offraient, juste après eux, Eddy Louis et Richard Galliano. China Moses a continué, de son côté, la série d’hommages aux grandes chanteuses américaines qu’elle affectionne. Après Dinah Washington, elle traverse le siècle dernier en interprétant des standards de Billie Holiday, Peggy Lee (« Why Don’t You Do Right ») ou Bessie Smith. Annonçant son prochain CD, qui portera le même titre, elle reprend « Crazy Blues« , rendu célèbre par Mamie Smith et ses « Jazz Hounds » en 1920 :

« I can’t sleep at night
I can’t eat a bite
’cause the man I love
He don’t treat me right ».

Si l’on peut apprécier en tant que tel le tune écrit par Perry Bradford, son histoire, que China n’hésite pas à rappeler brièvement à l’intention de son public, importe tout autant. Mamie Smith fut en effet la première chanteuse noire à avoir enregistré un disque d’abord apprécié par la communauté africaine-américaine, en particulier à Harlem, où elle vécut de 1913 (elle avait alors trente ans) jusqu’à sa mort, en 1946, alors que George W. Johnson, qui avait déjà enregistré à la fin du 19ème siècle, l’était davantage par des amateurs blancs européens et américains. Mamie Smith lança la mode des « Classic Female Blues », connue pour avoir mêlé le folk traditionnel du blues au Vaudeville, c’est-à-dire une forme de musique à une tradition théâtrale croisant la danse, la comédie, la musique ou encore la magie. « Crazy Blues » a été sélectionné par la Bibliothèque du Congrès en 2005 pour figurer parmi les créations artistiques préservées pour toujours, à côté de l’enregistrement du fameux discours de Martin Luther King, « I have a dream ».

C’est cette mémoire que porte China Moses, et il faut se réjouir qu’ainsi elle soit revitalisée.

Même s’il ne joue quasiment que ses propres compositions, le trompettiste Ibrahim Maalouf, également présent à Nice, reconnaît volontiers l’influence de son père sur son choix de devenir à son tour musicien, de pratiquer le même instrument, avec ses quarts de tons si caractéristiques, et d’inscrire son répertoire au croisement d’influences arabes et occidentales, dans une pratique partagée entre classique et jazz.

Ibrahim Maalouf, photographie Jean-Louis Neveu, 2011.

Occupant volontiers le centre de l’espace scénique, en faisant appel à ses musiciens souvent par petits groupes ou de manière individuelle, Maalouf a une façon très particulière de commencer des morceaux qu’il a déjà enregistrés par des variations, avant de remonter sur le thème principal. Sur scène, il peut surprendre son auditoire – et ses musiciens – en partant sur des improvisations dont le progression se fait par déplacement de sa trompette de part et d’autre des deux micros qui se trouvent devant lui, comme s’il cherchait à s’adresser séparément à ses guitaristes, sans pour autant les intégrer à son inspiration. Tout cela n’est pas dépourvu d’un certain narcissisme, mais quand, sur « Soon Will be A Woman », il imite le chant d’un enfant, en l’occurrence sa propre fille, qui résisterait ?


Une réflexion sur « Le jazz, une histoire de famille(s)? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.