Vincent Peirani et Émile Parisien : "More with Less"

Parmi les moments forts de l’année 2013 figurait le « Thrill Box » de Vincent Peirani, dont le titre même peut se décliner en boîte à émotion/sensation/tressaillement/frisson. Et ce sont vraiment toutes ces perceptions qui se dégagent d’une écoute où, à peine sortie d’une atmosphère nouée dans l’intériorité, en épure (« Bailero », inspiré d’un chant auvergnat harmonisé par Joseph Canteloube), l’on est embarqué dans un rythme échevelé (« Balkanski Cocek », créé par Les Yeux noirs, un groupe de musique yiddish et tzigane). Quand il pourrait jouer sur la virtuosité et la multiplication des notes en usant des possibilités que lui offre son instrument, Peirani ralentit, étire le son, le tient sur un fil ténu. Il travaille sur les contrastes, dans une approche volontiers chambriste, où il faut être très précis sur les nuances, les phrasés, les micro-détails.

Vincent Peirani par Jean-Louis Neveu (Paris, juin 2014)

Il n’est bien sûr pas le premier à sortir l’accordéon de l’univers du bal musette, ou, quitte à s’y adonner, à en distancier son usage social. Le jazz a longtemps été joué pour danser, tout comme le musette a créé la java. Dans Wozzek, Alban Berg avait d’ailleurs traduit musicalement l’ambiance de la taverne en associant, sur scène, l’accordéon à une clarinette, une guitare, un bombardon, un tuba basse et un piano.

Lors de la soirée organisée par TSF à l’Olympia, en dehors de quelques musiciens stars, comme Grégory Porter, la plupart des artistes savaient, avant d’entrer sur une scène à moitié occupée par le grand orchestre, qu’ils devaient convaincre avec une seule composition et en un temps court. Voici donc Peirani qui s’installe avec son accordéon, assis. À ses côtés, debout, se tient le saxophoniste soprano Émile Parisien. Ils interprètent « Song of Medina [Casbah] ». À l’applaudimètre, ils triomphent.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=oBJfKzX8oCE[/youtube]

Un accordéon et un saxophone. Si la combinaison est inédite, c’est, sans doute qu’elle a paru jusqu’à présent improbable. Chacun avec leur propre univers, Peirani et Parisien ensemble font merveille. Le premier n’avait pas choisi l’accordéon ; c’est son père qui le lui a proposé, alors qu’il penchait plutôt pour la batterie. Parisien doit également à son père d’avoir découvert le saxophone. Il a fait partie de la première promotion de l’école de jazz créée à Marciac, où, chaque été, il a bénéficié de la présence d’artistes et de pédagogues de talent, y compris Wynton Marsalis. Tous deux ont en commun un intérêt pour la musique classique. Avec son quartet, Parisien cache même, sous des titres fantaisistes de CD (« Au revoir porc-Épic ») et de compositions (« Le Clown tueur de la fête foraine ») une inspiration qu’il dit avoir trouvé auprès de Stravinsky ou Schoenberg et, côté jazz, Coltrane ou Shorter. Il possède en tout cas un son qui frappe par sa précision, sa densité et sa coloration.

C’est Daniel Humair qui a eu l’idée en 2009 de les faire se rencontrer et jouer ensemble.  « C’est une rencontre humaine qui se transpose dans la musique », explique Vincent Peirani dans l’entretien qu’il m’a accordé en compagnie d’Émile Parisien. Quand Ziegfried Loch, le patron du label ACT, leur propose de faire un CD, qui deviendra « Belle époque », il a cependant une demande : « Je veux un album autour de Sidney Bechet! ». Les deux compères sont d’abord un peu embarrassés : « Bechet, ça l’avait formé, mais pour nous, cela paraissait  tellement ancien! On a répondu ni oui ni non. Puis, durant des mois, on a passé notre temps à écouter du Bechet et on s’est dit que ça pouvait le faire, il y avait quelque chose qui nous correspondait. On a trouvé d’autres façons de raconter, d’autres sonorités. Donc, ce sera du Sidney Bechet et des compos à nous, une histoire globale. »

Émile Parisien et Vincent Peirani par Jean-Louis Neveu (Paris, juin 2014)

Peirani et Parisien ont donc construit le CD en cherchant à varier au maximum la palette de sons, les orchestrations, la manière d’arranger. « Song of Medinah » est proche de Bechet dans l’introduction puis s’en écarte. « Temptation Rag » n’est pas une composition de Bechet, mais c’est lui qui l’a fait connaître en l’interprétant. Le répertoire choisi s’étend des années 1910 aux années 1940 et le CD n’est donc ni un hommage ni un « à la manière de », mais leur expérience de revisiter une histoire qui comprend également « St-James Infirmary Blues ».

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=kPFBMPs5nqE[/youtube]

« C’est un morceau assez sombre. On a pas mal discuté. Au départ c’est une idée de Vincent. On voulait un style « Black and Tan Fantasy », comme une marche funèbre. Puis on a cherché un arrangement pendant l’enregistrement, une couleur différente, dans le très grave, avec un thème à peine suggéré ». Le résultat est à découvrir sur « Belle époque » (ACT).

Émile Parisien et Vincent Peirani, qui viennent chacun d’obtenir une Victoire du jazz, sont les invités, à ne pas manquer, du Nice Jazz Festival, le 9 juillet à 19h30, au Théâtre de verdure.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *