Autour de Chet

Jean-Louis Schefer (cité par Serge Daney) évoquait un jour les films qui « ont regardé notre enfance ». Il voulait ainsi évoquer non pas le regard que nous portons sur eux, mais la place que  certains peuvent nous assigner, et la manière dont ils nous accompagnent, dévoilent, puis capturent notre intimité.

Cela commence donc par un état de suspension du temps, le plaisir de l’instant, l’après-midi passé dans la douceur de la campagne italienne.


C’est l’année 1960, John Cassavetes vient de remonter Shadows, et Jeanne Moreau descend les Champs-Élysées au son de Miles Davis dans Ascenseur pour l’échafaud.

Chet Baker est jeune. Il a 30 ans. Il a un physique de comédien, entre James Dean et les ragazzi pasoliniens. Il faudra attendre l’année 2015 pour qu’un des anciens membres du Cercle des poètes disparus, Ethan Hawke, l’incarne à l’écran dans Born to Be Blue (Robert Budreau, 2015).

  Capture d’écran 2016-04-06 à 17.20.44

Un soir, Chet n’est pas dans l’humeur de jouer ni de chanter. Il se trouve à Cannes, pendant le festival du film. Les gens sont très bruyants. Il dit : « People couldn’t care less about the music, no! Compared to the New Morning in Paris, where there’s almost as many people, you can hear a pin drop when you play. That’s the difference ». Il est filmé par Bruce Weber. Il se décide  quand même à chanter et jouer « Almost Blue ». « We’d appreciate if you can try to be quiet, it’s that kind of tune, you know… » Ce n’est pas la capacité d’invention musicale qui compte, ni la performance du jeu de la trompette. C’est le feeling.

À force d’écouter Chet interpréter « Imagination », « Let’s get lost », « My Funny Valentine », il n’y avait plus aucune doute. Toutes ces compositions, c’était les siennes, c’est lui qui les avait écrites, elles lui ressemblaient tellement. Qui d’autre, en tout cas, pourrait se les approprier ?

Certains viennent de s’y essayer. Après un temps d’adaptation, force est de convenir que le pari de Clément Ducol, audacieux, est tenu. Tous les artistes se sont retrouvés en même temps dans un studio pour enregistrer et partager leurs expériences. La trompette est tenue par 6 musiciens différents.

Il faut d’abord souligner la qualité exceptionnelle des arrangements de chaque morceau et, davantage encore, les choix d’orchestration : atmosphère chambriste pour Yael Naïm (« Valentine ») ; tonalité blues avec Charles Pasi (voix et harmonica) ; teintes années 1950 pour la trompette d’Airelle Besson, avec une Sandra Nkaké tout en retenue (« It Could Happen To You ») ; un duo inattendu et chaloupé entre Ibeyi et Benjamin Biolay (« Moon & Sand ») ; une belle interprétation de « Let’s Get Lost » par Stéphane Belmondo et Rosemary Standley, qui se déploie comme dans le générique d’un film de Todd Haynes ; un José James à son aise dans la reprise de « Nature Boy ».

Capture d’écran 2016-04-06 à 19.16.17

De cet ensemble, qu’accompagnent au fil des morceaux le violoncelle de Pierre-François Dufour, les percussions de Cyril Atef et le piano de Boyan Z, se détachent deux interprétations : celle de « A Taste of Honey », par Piers Faccini, dans le style d’une comptine de l’Ouest américain du temps des pionniers, et le spectaculaire « Born to Be Blue » de Hugh Coltman et Erik Truffaz, sans doute le tune le plus risqué à reprendre après Chet, joué ici avec un léger effet de réverbération, un son qui imposerait le silence au public d’une autre manière, tout simplement en le surprenant.

Capture d’écran 2016-04-06 à 19.17.02

Le CD, dont la couverture est très réussie, sort le 29 avril chez Verve. Toute la troupe sera à Paris, pour une rendez-vous exceptionnel, à la Philharmonie, le 9 octobre prochain.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *