À JUAN, LE JEUNE CARRÉ FRANÇAIS

En 2015, la réunion annuelle de l’International Jazz Festivals Organization, qui associe 16 festivals internationaux, se tenait à Monaco. À cette occasion, Jean-René Palacio, l’hôte de la manifestation, par ailleurs  directeur artistique du festival Jazz à Juan, souhaitant aider les jeunes musiciens français à se faire connaître ensemble sur les grandes scènes européennes et nord-américaines, en réunit quelques-uns pour un concert spécial, qui retint l’attention des professionnels présents. Ainsi naissait le « French Quarter », présent cette année en ouverture de Jazz à Juan, un an après l’attentat de Nice.

Le groupe tire son nom de celui du carré français construit au XVIIIe siècle en Louisiane  par l’ingénieur-architecte Adrien de Pauger, lors de la création de la Nouvelle-Orléans par Jean-Baptiste Le Moyne de Bienville.  Aujourd’hui, la maison de ce  jeune carré est ouverte à la promesse du monde, qui n’est pas toujours un havre de paix. En témoigne le concert donné à Istanbul un an auparavant, le 15 juillet 2016, où l’équipe s’est trouvée au milieu du coup d’État avorté et du chaos qui a suivi dans la nuit.

Si chacun de ces musiciens possède déjà une certaine notoriété, le fait de les voir jouer collectivement et partager l’interprétation de leurs compositions originales permet d’afficher la vitalité de la scène française. Avec des variations dans la lineup dues aux engagements des uns et des autres, ce sont ainsi Airelle Besson, Hugh Coltman, Laurent Coulondre, Thomas Enhco, Baptiste Herbin, Anne Pacéo, Sylvain Romano, ainsi qu’Émile Parisien et Vincent Peiraniqui ont choisi de se retrouver ensemble, et toujours à l’étranger (sauf l’exception antiboise).

Sylvain Romano, Anne Pacéo, Hugh Coltman, Airelle Besson, Thomas Enhco, Baptiste Herbin et Laurent Coulondre (Patrizio Gianquintieri)

Pour ceux qui les connaissent déjà, c’est une manière nouvelle de revisiter les pièces de leur répertoire récent dans de nouveaux arrangements : « Radio One », et « Neige » (Besson), « Ballade for Jackie » (Herbin), « You’re just a ghost » (Enhco), « Sunny Road Trip » (Coulondre), « Little Big Man » (Coltman), « Myanmar » (Pacéo). De voir la bonne entente régner, comme ici, où Laurent Coulondre surgit inopinément sur scène pour saluer à son tour Thomas Enhco, qui vient de présenter les autres musiciens.

Laurent Coulondre et Thomas Enhco (Patrizio Gianquintieri)

Pour les autres, ce sera une manière de découvrir les univers et les qualités musicales de ce French Quarter. Sans doute en partie à cause du programme qui a placé ses solos en début de concert, la prestation de Baptiste Herbin était particulièrement remarquable par sa musicalité et la beauté du son de son saxophone soprano.

Les uns et les autres repartent dans leurs tournées respectives. Signalons la présence d’Airelle Besson à Souillac et de Hugh Coltman à Saint-Émilion le 21 juillet, celle, le 25 juillet, de Thomas Enhco, en compagnie de Vassilena Serafimova, au festival de piano de La Roque d’Anthéron, et d’Émile Parisien au labyrinthe Miro de la Fondation Maeght. Le 29 juillet, Laurent Coulondre sera à La Londe, puis Anne Pacéo à Marciac le 5 août, Sylvain Romano (le 8 août) et Baptiste Herbin (les 2 et 3 septembre) au Sunset Sunside.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *