L’ÉTÉ DES FESTIVALS : SAINT-JEAN-CAP-FERRAT

L’été, les festivals de jazz  ne cessent de se multiplier. C’est le signe de la vitalité d’une musique encore trop souvent considérée comme élitaire, alors que la nouvelle génération de musiciens, en particulier française, se distingue par sa diversité, sa créativité et son esprit de groupe. Les initiatives les plus intéressantes sont ainsi celles qui ne se contentent pas des concerts estivaux, mais travaillent sur l’année à l’élargissement des publics et des offres.

À Saint-Jean-Cap-Ferrat, Philippe Déjardin anime depuis bientôt trois ans des rencontres régulières au cinéma Charles Chaplin, sous le signe de la littérature. Cette année, il était en compagnie de Pascal Kober, longtemps reporter-photographe à Jazz Hot, pour évoquer son livre « L’abécédaire amoureux du jazz » (éditions Snöeck).

Joao Bosco, Joao Gilberto et Caetano Veloso. Festival Jazz à Vienne (Pascal Kober, 1989)

L’édition 2019 de Saint Jazz Cap Ferrat, toujours organisée sur le jardin de la paix qui surplombe la plage des fossettes, s’est déroulée du 7 au 10 août, sous la direction artistique de Marc Peillon.

C’est la huitième saison, avec un beau programme où l’on a retrouvé avec plaisir, entre autres, Lorenzo Naccarato, Rhoda Scott, Giovanni Mirabassi, Jacky Terrasson, André Ceccarelli et Diego Imbert.

Le trio Terrasson/Ceccarelli/Imbert (un peu en retrait sur scène, coincé entre la piano et la batterie, mais d’une belle présence tout au long de la soirée) a particulièrement séduit, tant il a correspondu à ces longues soirées d’été où la musique se fait familiale (le fils de Terrasson, juste derrière son père pendant plusieurs morceaux), amicale et ouverte aux déambulations. La complicité est telle entre Terrasson et Ceccarelli qu’ils peuvent jouer sans se regarder, sauf entre deux morceaux.

Jacky Terrasson et André Ceccarelli (Patrizio Gianquintieri)

Le concert permettait d’entendre quelques-unes des reprises de standard américains qu’affectionne Terrasson. Il se donne une grande liberté dans l’adaptation, qui mete le spectateur en constant éveil de reconnaître le morceau joué. Pour en avoir une idée, il suffit d’écouter sa reprise de My Funny Valentine, qui retarde et limite la mélodie à sa plus simple expression pour laisser libre cours à des variations libres.

Son dernier CD, 53, qui vient de sortir, est, au contraire, entièrement fait de compositions originales, comme celle-ci, The Call.

Il est toujours intéressant de comparer deux formations de trios, ce que permettait Saint Jazz Cap Ferrat en invitant la veille Lorenzo Naccarato (piano), en compagnie d’Adrien Rodriguez (contrebasse) et de Benjamin Naud (batterie).

Il faut saluer le parti pris d’originalité et de création de Naccarato, comme on peut s’en rendre compte à l’écoute de ce concert donné l’année dernière après la sortie de Nova Rupta


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.