L’ÉTÉ DES FESTIVALS : NICE

L’édition 2019 du Nice Jazz Festival a réservé quelques bonnes surprises au sein d’un programme varié qui permettait toujours à l’amateur de jazz de trouver dans le théâtre de verdure de quoi le satisfaire.

Tout d’abord, un grand moment : le concert – présenté comme son “ultime baiser” – donné par Omara Portuando, accompagné, il faudrait même dire portée, supportée – quand celle-ci, malicieuse, se refusait à terminer un morceau – par Roberto Fonseca (et Yandy Martinez à la contrebasse, Ruly Herrera à la batterie et Coayo aux percussions). Après avoir un peu temporisé pour se chauffer la voix, la diva du Buena Vista Social Club s’est avancée près du public, créant ainsi une incroyable intimité, celle qui a fait de la musique à Cuba, malgré la répression, l’un des lieux majeurs d’une sociabilité partagée. Quand elle chante le magnifique “Lágrimas Negras” : qui pourrait y résister ?

Tandis que Nile Rodgers rassurait le public sur son état de santé (“I’m cancer free!”), et que les trios de Fred Hersch et de Christian Sands installaient un temps superbe de suspension, ou que l’on découvrait la nouvelle scène anglaise, avec Nubya Garcia, Ezra Collective ou KOKOROKO, la plus grande surprise vint de la scène Masséna, avec un José James méconnaissable avec sa coiffure afro, et un hommage à Bill Withers qui, loin de se contenir dans la nostalgie admirative, révélait des talents de showman jusqu’ici peu connus. Avec, en cadeau, évidemment, la reprise de “The Two of Us”.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.