L’ÉTÉ DES FESTIVALS : JUAN

D’une année à l’autre, dans les Alpes-maritimes, les amateurs de jazz se retrouvent devant la même situation :  les deux festivals “historiques” de Nice et de Juan ont lieu en même temps, ce qui oblige donc à devoir choisir entre les deux au lieu d’en profiter successivement. Grâce à ses deux scènes, Nice a cependant l’avantage de pouvoir garder une programmation 100% jazz sur le Théâtre de verdure, et d’ouvrir à d’autres musiques sur Masséna. À Juan, la scène est unique et même si trois concerts peuvent s’y succéder dans la soirée, la part strictement jazzistique se restreint d’année en année. À l’approche du 60ème anniversaire de Jazz à Juan, une réflexion s’impose pour célébrer l’histoire de ce festival et en revenir à son esprit d’origine.

Ben Harper & the Innocent Criminals, Jazz à Juan, 16 juillet 2019 (Patrizio Gianquintieri)

Cet esprit est par exemple celui qui a animé l’un des invités de cette édition 2019, Ben Harper. Un musicien que j’avais eu la chance de voir à New York au Radio City Music Hall, et dont le jeu de guitare à plat, qu’il alterne avec un jeu plus classique debout, rend bien compte de sa double personnalité : intime, quand il lui arrive d’être seul face au public, presque austère ; en énergie et dans des styles variés quand il est avec son groupe, en particulier son percussionniste Leon Mobley, alternant la sonorité Reggae avec des ambiances plus Soul  ou Rock, en passant par le Folk et le Blues.

Ben Harper, Jazz à Juan, 16 juillet 2019 (Patrizio Gianquintieri)

L’une des singularité de Ben Harper provient de son engagement pour la défense des droits  et le respect de la dignité des Africains-Américains, bien avant le mouvement Black Lives Matter.  Pour s’en convaincre, il suffit de rappeler les paroles de sa composition, Call it What It Is :

“They shot him in the back
now it’s a crime to be black
so don’t act surprised
when it gets vandalized

there’s good cops
bad cops
white cops
black cops

Trayvon Martin
Ezell Ford
Michael Brown
and so many more

government, policing, hard times,
oppression, racism, fear, suffering
ain’t easy

gun control
mind control
self-control
we’ve dug ourselves a hole

call it what it is
murder”

Une histoire qui faisait se rapprocher sur l’une des photos emblématiques de ces vies fauchées au moment du passage à l’âge d’homme Emmett Till et Trayvon Martin


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.