« THE EDDY » OU LE CLUB DE JAZZ COMME LIEU DE VIE

Annoncé en fanfare par Netflix, précédé d’une rumeur favorable entretenue par des reportages sur le tournage de la série à Paris, The Eddy était attendu par ceux qui aiment le jazz, qui savent que jazz et cinéma ont rarement réussi leur mélange, et qui, tout en ayant gardé un mauvais souvenir de Whiplash, s’étaient plutôt réjouis de La La Land et de l’humilité d’un réalisateur très conscient des dettes contractées envers ses aînés, qu’il soient américains (Minnelli, Scorsese) ou français (Demy).

New York New York (Martin Scorsese, 1977) et La La Land (Damien Chazelle, 2017)

Après avoir regardé les huit épisodes, la déception est malheureusement présente. Elle est liée à une faille béante dans la création de The Eddy : le choix d’une intrigue criminelle qui va agir non pas comme un lien narratif fort, mais comme une source permanente de perturbation de l’histoire musicale et sociale du club de jazz. Surtout quand cela fait disparaître Tahar Rahim (parfaitement crédible dans le rôle de Farid et très à l’aise sur scène) dès le deuxième épisode !

Andre Holland et Tahar Rahim, The Eddy, 2020.

S’ensuit cependant l’un des (nombreux) petits miracles de la série, une scène quasi anthropologique de toilette funéraire qui met en scène Amira (Leila Bekhi, dont la présence irradie The Eddy), la veuve de Farid, et leur fils, qui se prépare à laver le corps de son père. C’est un moment pratiquement sans dialogue, un temps de suspens, très beau.

Auparavant, Amira avait revisionné une vidéo qu’elle avait faite avec son téléphone portable dans une scène qui semble, à l’évidence, avoir été prise hors tournage, ce qui fait tout son charme, pour se souvenir de cette soirée-anniversaire célébrée dans le club avec les musiciens et les comédiens.

Ou les comédiens-musiciens, car le choix s’est porté sur ceux et celles qui pouvaient disposer des deux compétences. C’est d’ailleurs un des trop rares moments où le club agit comme un lieu de vie sans incidence de la narration criminelle. Et c’est là qu’interviennent les références cinéphiliques qui ont nourri Damien Chazelle, même s’il n’a réalisé que les deux premiers épisodes. La presse y a souvent vu l’influence de la Nouvelle Vague, comme étant un peu ce dont il se réclamerait, sans pour autant s’en émanciper dans sa tentative d’en renouveler le style. En fait, ce n’est pas la génération des cinéastes issus des Cahiers du cinéma qui a travaillé la modernité croisée du cinéma et du jazz, mais les oncles de France et les cousins d’Amérique.

Rendez-vous de Juillet (Jacques Becker, 1949)

Côté français, la référence est le film de Jacques Becker, Rendez-vous de Juillet (1949), qui décrit une jeune génération d’après-guerre dont les rapports d’amitié, d’amour et d’attente d’un avenir professionnel se jouent dans le Caveau des Lorientais, un club de jazz. Tout comme dans The Eddy, un Paris loin des clichés touristiques y est montré, dans des scènes alternant l’ambiance confinée du club, où l’on se retrouve pour parler, danser, jouer de la musique, s’aimer, et la ville lumière, traversée à pied, en voiture, et même en véhicule amphibie. Ce qui est intéressant, c’est que Becker, comme il l’explique en 1956 dans cet inattendu entretien filmé, relie l’intérêt que portent ses personnages au jazz, à la musique que sa génération avait découverte dans l’immédiat après-Première Guerre mondiale.

L’autre référence vient du Shadows de John Cassavetes, en particulier dans la manière de tourner en extérieur en caméra discrète, les comédiens se fondant dans la foule urbaine.  Dans une belle séquence de la série magazine culte « Cinéma cinémas », Cassavetes dit ce que le jazz représente pour lui :

Dans sa voiture décapotable, le réalisateur descend les collines de L.A.. pour se rendre chez lui, sa maison étant aussi un lieu de tournage et de montage. Il fait beau, il a l’air très décontracté et souriant. Cependant, il avoue ne pas aimer dans cette ville l’absence de sociabilité directe, simple, improvisée. C’est précisément ce qu’il a mis en scène dans le New York de Shadows, et que reprend Chazelle dans le Paris populaire, mixte et nocturne de The Eddy.

Chazelle explique qu’il a construit la séquence d’ouverture en nous faisant découvrir le club sur les pas de son animateur : ici le plan séquence permet au spectateur de ne pas anticiper ce qui va se passer et de se laisser surprendre par le mouvement de la vie et de la musique. Celle-ci, souligne avec raison Stéphane Ollivier, surjoue trop « le métissage des cultures comme effet d’annonce, sans donner à entendre concrètement ces formes transgenres qui constituent une part du jazz actuel » (Jazz magazine, mai 2020, p. 19). Il arrive cependant que le jeu de la fiction l’emporte sur le caractère consensuel du jazz qu’interprète Maja, la chanteuse du groupe dont le personnage gagne en densité ce qu’il perd en puissance musicale. Ces effets d’échange entre musique et récit se retrouvent également dans la présence décalée de la batteuse croate Lada Obradovic, dont le dernier clip avec David Tixier est très original.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.