Un “Jammin’ Juan” 2021 très riche

Pour la 3ème édition de Jammin’ Juan, qui se tenait du 3 au 6 novembre dans l’élégant Palais des Congrès de Juan-les-pins, un très large spectre de musiques actuelles était programmé – une trentaine de formations au total, sous forme de showcases de 35 minutes l’après-midi, et de concerts le soir.

Programmation ouverte, du trio classique au flamenco en passant par le funk et l’électronique, pour laquelle les oreilles des professionnels et des amateurs étaient invitées à se glisser avec fluidité d’un salon à l’autre, dans un luxe d’espace, grâce à l’architecte Jean-Jacques Ory,  et de confort d’écoute.

Le showcase est un format stimulant pour les artistes, contraints de montrer le meilleur de leur actualité dans un temps bref, ce qui crée le plus souvent un concentré d’excellence.

Ludivine Issambourg (Patrizio Gianquitieri)

Ainsi, du quartet électro jazz Antiloops emmené par la flûtiste Ludivine Issambourg (photo Patrizio Gianquintieri)  au sextet vocal Yusan tout en sonorités africaines et en rythmiques caribéennes, les groupes présents durant ces quatre jours donnent un bel aperçu du très large panorama de ce que recouvre aujourd’hui le jazz.

Avec le Dexter Goldberg Trio, familier du Duc des Lombards à Paris, on découvre un piano pointilliste, qui laisse la musique respirer avec élégance, et donne aux mélodies tout l’espace pour se développer en longs méandres, ponctuées par le swing vif des baguettes de Raphaël Pannier.

Puis, toujours en trio, on change d’atmosphère avec ForYourOwnGood! : entouré de la vagabonde batteuse Anne Pacéo, le pianiste Christophe Imbs conduit son instrument sur des registres qui vont de la pulsation rock à la transe répétitive, sur des timbres transformés, laissant les auditeurs dans un état instable, à l’image de la composition “Stabilo”.

Et toujours plus loin, la formation jazz rock Ornicar. Accueilli en résidence dans la salle parisienne du Baiser Salé de 2017 à 2019, ce trio invente une musique très actuelle, mélange de sons acoustiques et d’effets, la guitare électrique très travaillée du leader Joachim Machado répondant à la hardiesse d’un saxophone baryton.

Ornicar (Patrizio Gianquintieri)

Terminons en fanfare. En effet, le Jemm Music Project fonctionne comme une fanfare ethnique contemporaine, c’est un sextet de musiciens aguerris, qui utilise une grande variété d’instruments à percussion tels que le balafon, le steel pan, ou encore des wooden drums inventés spécialement pour le Jemm Project. Les titres “Afroboogie”, “Camel beach” ou encore “Marrakesh” signent bien l’esprit du groupe, qui a conquis un franc succès auprès des professionnels et accrédités qui forment l’essentiel du public présent.

Les concerts de soirée, dans la grande salle, proposaient des artistes déjà établis. Mais là aussi, l’éclectisme prévalait. Le quartet Nefertiti faisait presque penser à un quatuor, tant le rôle imparti à chacun des instruments prenait à contrepied les agencements habituels. Ici, le piano dialoguait avec la batterie, la partition entre rythmique et mélodie/harmonie semblait dissoute, la musique de chambre française du début du 20ème siècle n’était pas loin.Guillaume Perret (Patrizio Gianquintieri)

Et cette généreuse jam session se terminait de manière grandiose, avec le sax épique et futuriste de Guillaume Perret, dans une scénographie sophistiquée.

Article rédigé avec Patrice Presles



Citer ce billet
Christian Delage (2021, 15 décembre). Un “Jammin’ Juan” 2021 très riche. All That Jazz! Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjtn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.