De Soweto à Louise, l’esprit du jazz

En ouverture du Nice Jazz Festival 2022, saluons d’abord la présence  du pianiste Nduduzo Makhathini et de ses musiciens venus d’Afrique du Sud.  Professeur et chercheur, Makhathini dirige le département musique de l’université de Fort Hare, dans la province du Cap-Oriental.

Il développe un jazz très influencé  par la spiritualité qui l’habite (il est shaman et l’église a joué un rôle important dans sa jeunesse). C’est d’abord par cette caractéristique qu’on peut le comparer à John Coltrane, mais, dans la musique qu’il a développée dans son dernier CD, “Modes of Communication : Letters from the Underworlds”, jouée au Théâtre de verdure le 15 juillet, on retrouve bien cette oscillation entre l’esprit mélodique de la ballade et la transe de l’improvisation propres à Trane.

Dans l’entretien filmé qui suit, il explique sa fierté d’être produit pour la première fois par le label Blue Note, en raison de la défense et de la promotion des musiciens noirs par ses deux fondateurs, Alfred Lion et Max Margulis, et l’intérêt de s’inscrire dans une filiation où il peut, à son tour, créer des liens entre la diaspora et le continent. À la fin du concert, Makhathini évoque d’ailleurs l’histoire de l’apartheid en faisant référence aux émeutes de Soweto. en 1976.

Place ensuite à Émile Parisien, venu présenter son dernier opus, “Louise” (ACT). Nous le suivons depuis le début des années 2010, et avons souvent célébré son goût du partage, avec son ami et camarade de jeu Vincent Peirani, bien sûr, mais aussi en formation avec d’autres musiciens formant des groupes éphémères ou durables.

C’est ici en sextet que Parisien se présente sur scène, avec un casting franco-américain haut de gamme : ainsi le trompettiste Theo Croker, crée un dialogue tout en équilibre avec le saxophoniste.

Émile Parisien et Theo Croker, Nice, 15 juillet 2022 (Patrizio Gianquintieri)

Outre le contrebassiste Joe Martin, le pianiste Roberto Negro et le guitariste Manu Codjia, (dont Jacques Lerognon, critique au Jazzophone me confirme que c’est un des meilleurs de sa génération), sont  tous deux habitués à jouer avec Parisien.

Roberto Negro et Manu Codija, Nice, 15 juillet 2022 (Patrizio Gianquintieri)

Et enfin, last but not least, Nasheet Waits à la batterie. S’il y avait quelque chose d’un peu trop spectaculaire dans le solo de Negro, celui de Waits a emporté l’adhésion du public, grâce à son toucher incomparable et ses montées en puissance communicatives. Dans le CD, on sent combien sa présence galvanise constamment les autres musiciens, par sa capacité à irradier autant en retrait que sur des solos.

Nasheet Waits, Nice, 15 juillet 2022 (Patrizio Gianquintieri)

Parisien a nommé ce nouveau CD “Louise”, en hommage à Spider, une série de sculptures d’araignées de Louise Bourgeois. Même si l’une d’entre elles vient d’atteindre un sommet dans une vente de juin dernier, ce n’est pas un choix de facilité, tant l’artiste, décédée en 2010, a marqué l’art contemporain par un univers organique étroitement lié à des souvenirs de son enfance. L’araignée représente ainsi pour elle le symbole de la figure maternelle, comme elle le dit dans le livre d’artiste publié en 1995 par Le MoMA, “Ode à ma mère” : “L’araignée est une ode à ma mère. Elle était ma meilleure amie. Comme une araignée, ma mère était une tisseuse. Comme les araignées, ma mère était très intelligente.” Découvrant après sa mort la maison new-yorkaise dans laquelle elle a vécu jusqu’à 98 ans, Philippe Lançon écrit : “Louise et Eugénie ont eu des pères indignes, égoïstes. L’une s’est sauvée par l’art, l’autre par l’abnégation. La maison pétrifiée de Chelsea ressemble à celle du père Grandet, saisie par les obsessions minuscules du passé mais aérée, après la mort du vieux cochon, par la liberté de sa fille”.

Louise Bourgeois, “The Nest”, 1994. Welded steel (1911-2010) SFMOMA

Difficile de dire si la musique se rapproche d’une histoire aussi personnelle, mais disons qu’Émile Parisien, qui a beaucoup tourné depuis longtemps, a sans doute ressenti le besoin de retrouver, après la pandémie et à bientôt 40 ans, ce qui a fondé son goût pour le jazz – entre France et États-Unis – et la manière de l’incarner dans l’énergie, toujours, mais aussi dans l’écoute des musiciens qui l’accompagnent, qui le nourrissent de leurs propres expériences, et qui lui permettent de se revitaliser, après toutes ces aventures musicales toujours très physiques.

 

 



Citer ce billet
Christian Delage (2022, 16 juillet). De Soweto à Louise, l’esprit du jazz. All That Jazz! Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.