Kenny Baron ou l’humilité du trio

Si l’on veut comparer Samy Thiébault et Kenny Barron, qui se sont succédé à Nice, au Théâtre de verdure, le 16 juillet, on pourrait partir de la perception sonore de leur prestation. Si le premier semble profiter de l’espace de la scène en plein air, sans pour autant égaler l’enregistrement studio, le second la transforme en un club feutré, à l’image du Village Vanguard où le pianiste se produit souvent.

Voici donc, à titre de comparaison, un extrait de « Baila » de Samy Thiébault

et la version studio.

La seconde est beaucoup plus chatoyante et rend mieux justice  aux deux sources d’inspiration, brésilienne et caribéenne, séparément, et ensemble, dans la fusion qui correspond au projet de Thiébault.

Samy Thiébault, Josiah Woodson et Felipe Cabrera, Nice, 16 juillet 2022 (Jacques Lerognon)

« Je l’ai écrit, explique-t-il à Jacques Denis, comme une bossa qui clame haut et fort sa créolité, convoquant tout aussi bien le Brésil que les rythmes cubains, la musique classique française ou encore ma passion pour le jazz modal et spirituel. En quelques minutes de musique vous avez toute l’histoire de notre aventure, à travers trois continents et des rencontres uniques, voici enfin venu le temps de la partager ensemble ! »

L’histoire de son aventure, le temps est sans doute venu pour Kenny Barron, bientôt 80 ans, de la raconter. Le corps semble fatigué quand il s’avance sur scène et s’assoit un peu lourdement sur le siège du piano. En guise d’introduction, il présente ses deux complices, Kiyoshi Kitagawa (contrebasse) et Willie Jones III (batterie), et lui-même comme étant « natif de Philadelphie » puis commence sans autre formalité le premier morceau. Il ne se retournera quasiment plus vers le public et échangera très peu avec ses acolytes. Point besoin, car la formation en trio repose souvent sur une entente parfaite entre les musiciens.

Kenny Barron, Kiyoshi Kitagawa et Willie Jones III, Nice, 16 juillet 2022 (Jacques Lerognon)

Nous revient alors le souvenir (en images) de Bill Evans, interprétant tête penchée « Waltz for Debby », avec son contrebassiste, Scott LaFaro, dans le dos, une des plus belles choses qui soit donnée à voir et à méditer (pour l’humilité de la musique et de son interprétation).

À peine assis, donc, Kenny Barron retrouve alors immédiatement un toucher et une grâce intacts malgré les années passées, passées en compagnie d’autres grands messieurs, Dizzy Gillespie, Yusef Lateef, Ron Carter, Freddie Hubbard ou Dave Holland. Mais aussi de musiciens qu’il admire, et auxquels il rend hommage, comme Bud Powell, McCoy Tiner, ou Abdullah Ibrahim, dont le dernier morceau joué après presque 90 minutes de concert s’intitule « Song for Abdullah »,

Kiyoshi Kitagawa, Nice, 16 juillet 2022 (Jacques Lerognon)

Des trois musiciens, seul le contrebassiste était face à nous, et c’est ainsi que l’on a pu voir en même temps qu’apprécier son incroyable toucher, la main droite étant d’une extrême agilité et semblant donner l’impression de frôler les cordes.



Citer ce billet
Christian Delage (2022, 17 juillet). Kenny Baron ou l’humilité du trio. All That Jazz! Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjtp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.