L’élégance et la musicalité de Gerald Clayton

Après Emmet Cohen et Anne Pacéo, que l’on retrouvera pour les chroniquer à New York et à Saint-Jean Cap Ferrat, la soirée du 18 Juillet a permis d’apprécier deux belles manières de faire du jazz.

Yessaï Karapetian, Nice, 18 juillet 2022 (Patrizio Gianquintieri)

Celle, tout d’abord, du pianiste Yessaï Karapetian, accompagné par son frère, Marc, contrebassiste, Gabriel Gosse, guitare, Mounsir Sefsouf, saxophone et Théo Moutou, batterie. Autant d’origines différentes – arménienne, guadeloupéenne, réunionnaise et algérienne – pour une unité musicale assez incroyable. Il fallait voir Gosse, pendant un temps où il ne jouait pas, regarder avec une sorte d’admiration Yessaï Karapetian, pour comprendre que cette équipe brille par son entente – et sa qualité de jeu et de style. Quand Marc Karapetian, jusqu’alors un peu en retrait, comme c’est souvent le cas quand la basse doit assurer la rythmique pour les autres,  est sorti de l’ombre pour délivrer son solo, c’était vraiment un plaisir de l’écouter. Marc Karapetian, Nice, 18 juillet 2022 (Patrizio Gianquintieri)

Ces musiciens ont faim, et on voyait bien que le saxophoniste, très lyrique dans son phrasé, aurait aimé en donner davantage.  Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si le premier CD de Karapetian a été enregistré en Live, dans un studio, le CBE, plutôt connu pour accueillir la musique pop.

En juin 2020, en pleine pandémie, Karapetian terminait ses études au Berklee Global Jazz Institute, après être passé par Marseille et le Conservatoire national de Paris. Son professeur était Danilo Pérez. Il a alors obtenu deux DownBeat Student Music Awards. C’est à la Berklee qu’a été filmé son “Don Carlos”, joué hier soir au Théâtre de verdure.

Avec Gerald Clayton, 38 ans, c’est une autre génération de pianistes qui était à l’honneur. Il a été formé à la Manhattan School of Music, sous la direction de Kenny Barron. Cela se ressent bien dans son jeu d’une grande élégance et d’une belle musicalité classique. Sans doute la meilleure manière de le découvrir est de l’écouter en solo, sur cette “Invocation à la paix” qu’il a composée.

Avec  “Bells On Sand”, son dernier album, il joue avec ses deux “mentors”, son père John, à la contrebasse, Charles Lloyd au saxophone (pour un bonus track) Justin Brown à la batterie, et Maro au chant. Moitié créations originales, moitié reprises, on notera en particulier deux mélodies du compositeur catalan Federico Mompou, “Damunt de tu Només les Flors” et “Elegia”.

Gerald Clayton, Nice, 18 juillet 2022 (Patrizio Gianquintieri)

Présentés par le label Blue Note comme une méditation sur le temps après un long passage en confinement, “Bells On Sand” était interprété avec une tonalité plus solaire. Jouer devant un public et en tournée a procuré une sorte d’énergie renouvelée pour beaucoup d’artistes, mais aussi de la douceur, comme en témoigne la subtile reprise du standard de Richard Whiting et Newell Chase, “My Ideal”.

 

 



Citer ce billet
Christian Delage (2022, 19 juillet). L’élégance et la musicalité de Gerald Clayton. All That Jazz! Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjtq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.