Michel Portal/Iggy Pop

Pour la dernière soirée du Nice Jazz Festival, deux monstres sacrés : Michel Portal (87 ans) et Iggy Pop (75 ans).

En introduction, cependant, il faut mentionner la prestation, lors du premier set, de la chanteuse africaine-américaine Samara Joy, 24 ans, avec une belle présence scénique et une tessiture qui se déplace du grave à l’aigu avec beaucoup d’aisance et d’élégance.

Samara Joy, Nice, 19 juillet 2022 (C. Delage)

Michel Portal, toujours en forme malgré une allure un peu fragile – mais un humour intact, C’est l’un des plus grands artistes français, d’une humilité sans égale, et d’une infatigable curiosité pour des expériences nouvelles.  Cela fait longtemps qu’il s’efforce constamment de sortir de sa zone de confort, à commencer par le passage de la musique classique au jazz.

Évoquant ce qu’ont représenté pour lui le quintette et le concerto pour clarinette de Mozart, il imagine le rapport du compositeur à cet instrument, décrit le sien et se souvient de sa découverte à la radio de l’interprétation de Benny Goodman, et des liens de ce dernier avec Béla Bartók.

J’avais eu la chance de rencontrer Michel Portal il y  une dizaine d’années et j’avais été frappé par son souci de prendre en considération l’avis du modeste auditeur que j’étais, inquiet de ne pas avoir eu le sentiment  d’être allé au bout de sa démarche (il s’agissait de l’album Baïlador, après lequel il attendra 10 ans avant de livrer MP85). Cela me rappelait la manière dont Coltrane, après chaque concert, revenait immédiatement à son instrument et cherchait à savoir s’il en avait tiré le meilleur parti.

Hormis quelques morceaux provenant d’autres CD, comme “Cuba si, Cuba no”, Portal a surtout repris MP85, cet album flamboyant, enregistré avec le contrebassiste Bruno Chevillon, le  batteur belge Lander Gyselinc, le tromboniste allemand Nils Wogram et le pianiste Boyan Z. Diversité des inventions musicales, jusqu’au bruit du vent dans “Desert Town”, jeu croisé de haute intensité entre la clarinette et le trombone, tout ici frémit dans des nappes musicales souvent envoûtantes. La grande fluidité de ce quintet tient également au fait que les musiciens suivent scrupuleusement la partition, loin et proche en même temps du jeu modal que Miles Davis avait offert à ses musiciens pour leur donner plus de liberté.

Il fallait bien un temps de suspens avant de se rendre sur la scène Masséna où l’artiste invité allait nous emporter dans un autre univers, c’est le moins qu’on puisse dire.

Iggy Pop, Nice, 19 juillet 2022 (C. Delage)

Bon, il n’a pas attendu deux morceaux avant de tomber la veste après un gros clin d’œil au public en l’entrouvant plusieurs fois auparavant. Malgré ou à cause de sa démarche claudicante, Iggy Pop a une façon qui n’apparient qu’à lui de bouger sur scène, et on sent bien (ce qu’on peut voir dans d’autres vidéos de ses concerts) qu’il aime s’approcher au plus près du public, qui connaît bien ses tubes et les reprend dès qu’il lui donne la main (c’était le cas pour “The Passenger”). Malgré l’âge, le visage buriné reste très expressif et finalement assez doux. Pour s’en convaincre, il suffit de le regarder dans ce très joli clip, avec juste un peu d’inquiétude de le voir couché, fatigué mais serein d’être revenu de la vie incroyable qu’il a  connue.

Dont’ give up, Iggy!

 

 

 

 



Citer ce billet
Christian Delage (2022, 20 juillet). Michel Portal/Iggy Pop. All That Jazz! Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjtr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.