Jammin’ Juan 2022

Un ciel d’azur coupé de quelques averses denses comme le jeu de Sonny Rollins, un Palais des Congrès ouvert aux vents du jazz, la 5ème édition du Jammin’ Juan s’ouvre cette année dans un format raccourci de 3 jours, en semaine, renforçant sa dimension de marché des professionnels.

Au programme, des trios, des quartets, des quintets – en nombre, un duo même, du jazz vocal, de l’électro – roi des “after”, des contrebasses rutilantes, des lutheries surprenantes, des musiciens venus de tous horizons. L’éclectisme règne, à Antibes comme sur les scènes contemporaines.

Côté trios, entre l’énergie virile du trio israélien Tal Gamlieli et le piano dansant de Martin Salemi, le jeune pianiste tunisien Wajdi Riahi, basé à Bruxelles, retient l’attention. Ses longues phrases très mélodiques et la grande complicité qu’il entretient au fil de la musique avec les deux autres instrumentistes (basse et batterie) composent un univers intimiste très personnel qui frôle souvent les bords de la Méditerranée.

Le quartet d’Adrien Brandeis prend les accents du Mexique, dans une formation originale, avec le contrebassiste cubain Felipe Cabrera (l’accompagnateur des pianistes cubains Roberto Fonseca,
Harold Mopez Nussa, Gonzalo Robalcaba), et une batterie doublée d’un percussionniste.

Mais c’est la formation en quintet qui est en force dans les salons du Jammin’, avec six groupes de musiciens de tous styles.

Le Quintet du trompettiste Ernesto Montenegro offre un jazz impeccable, marqué par l’influence d’Art Blakey et de la musique désormais classique des années 50-60. Le guitariste luxembourgeois David Laborier, avec sa belle guitare ivoire fraichement sortie des mains du luthier, propose, avec son dernier album NE:X:T, des compositions où la guitare rivalise d’éloquence avec la section cuivre, l’ensemble soutenu par une batterie fougueuse; le titre “Wes we can” est un beau clin d’œil à Wes Montgomery. Et puis il y a le pari très réussi de François Poitou, à la contrebasse, et Pumpkin, au chant rap, qui font rythmer les sonorités du jazz avec des textes incisifs, la voix, soutenue par la rythmique (les baguettes de petit format du batteur dans un subtil contretemps), répondant aux cuivres, pour donner une musique aérienne pleine de sérénité.

Dans un registre totalement différent, Daïda nous laisse groggys. Les cinq gaillards, de noir vêtus – la contrebasse elle-même en lutherie noire, bardés de boîtiers de toutes sortes, développent une
transe électro puissante et lancinante portée à un rythme épique par le batteur Vincent Tortiller. Une musique faite pour la scène.

Plus insolite, le duo de la très jeune harmoniciste israélienne Ariel Bart, son mince visage barré d’une mèche noire et d’un gros harmonica chromatique d’où sortent des gammes parfois virtuoses empruntes de tristesse.

Ariel Bart (Patrizio Gianquintieri)

Et toujours côté musiciennes (elles étaient quatre en leader dans la programmation de cette année), le très beau projet vocal de Sanne Sanne, le groupe de jazz folk de la chanteuse vibraphoniste Sanne Huijbregts, dont certaines inflexions de voix rappellent Grace Slick, accompagnée au chant par l’altiste et le contrebassiste : une très belle réussite dans un registre inhabituel, certaines instrumentations évoquant les beaux timbres de l’américain Sufjan Stevens.

Sanne Sanne (Patrizio Gianquintieri)

Les “afters”, comme de coutume, furent plutôt électro, avec le set de Cocolite et le groove addictif de Ishkero, musique de la nuit venue.

Au titre des concerts du soir, une soirée très remarquée avec le show de Thomas de Pourquery et son Supersonic. Un jazz total, qui oscille entre la chanson et les grandes envolées, tel le “Sons of love” de 2017, une liberté un peu déjantée, qui rappelle celle que prenait Frank Zappa avec les frontières entre les genres musicaux.

Un bel éclectisme, qui donne envie de faire son marché…

Billet rédigé par Patrice Presles



Citer ce billet
Christian Delage (2022, 30 novembre). Jammin’ Juan 2022. All That Jazz! Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjtt

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.