Session 2022 du festival de jazz de Saint-Jean Cap-Ferrat

Au fil des années, le festival de Saint-Jean a su maintenir une ambiance décontractée dans un décor intime où les artistes, très proches du public, savent rapidement capter leur attention, au sein d’un environnement sonore respectueux de cette proximité physique. Ajoutons que l’organisation est particulièrement attentive envers la presse.

Avec Stefano Di Battista, et ses compères Fred Nardin, Daniele Sorrentino et André Ceccarelli, les « histoires » Morricone ont permis à chacun de se remémorer les films dont ils constituaient la musique originale, ou d’en découvrir certains, moins connus. Alors que Morricone avait une prédilection pour les grandes phalanges symphoniques, Batista met au centre le son chatoyant du saxophone, pour notre plus grand plaisir dans le magnifique thème de Deborah, dans Il était une fois en Amérique

Avec Anne Paceo, c’est un tout autre univers qui nous est donné à pénétrer, celui du chamanisme, un corpus de musiques inspiré des rituels d’exorcisme de Bali, des cérémonies voodoo d’Haïti, des chants de divination de Sibérie ou encore des rituels de possession du Candombe brésilien. Déjà, dans ses albums précédents, en particulier Bright Shadows, Anne Paceo avait exprimenté une nouvelle présence musicale, un rapport au corps, à la voix, à l’instrument, une poétique intime laissant beaucoup de place à ses partenaires. Ici, les voix d’Isabel Sörling et Marion Rampal se succèdent ou se répondent de manière très lyrique, soutenue par les claviers de Tony Paeleman, la batterie et les percussions de Benjamin Florent et, last but not least, le toujours inspiré Christophe Panzani. Après un moment de désorientement, le public est conquis.

Christophe Panzani (Christian Delage)

L’on retrouve ensuite VIncent Peirani avec grand plaisir. Dans un entretien, celui-ci nous raconte la rupture qu’a provoquée la Covid dans sa vie musicale et l’urgence à revenir en studio, à « repartir à zéro », à s’inspirer de l’énergie Rock, des formations qui ont compté pour lui comme BBA avec Jeff Beck ou Jimi Hendricks.

À Saint-Jean, il se présente avec le guitariste Federico Casagrande et le batteur Ziv Ravitz dans une forme hybride de trio, qui permet toutes sortes de variations dans la distribution des rôles. Le titre de leur album, Jokers, veut mettre en avant la figure du joker dans le jeu de cartes, comme étant celui qui peut remplacer n’importe quelle autre carte et également être la plus forte du jeu. Une métaphore pour dire que, dans le trio, chacun peut prendre la place de l’autre dans la rythmique et la couleur musicales, et l’ensemble se retrouver à égalité dans la recherche de l’unité.

Enfin, avec Érik Truffaz, en formation quartet (Benoît Corboz aux claviers, Marcello Giuliani à la basse et Tao Ehrlich à la batterie), le festival s’est offert un beau moment de longues échappées musicales entraînantes qui rappellent, si besoin était, que le jazz, tout en conservant sa singularité, s’est toujours ouvert à d’autres inspirations ou styles de musique et c’est debout que le public a ovationné Truffaz. Et puisque tout avait commencé par la reprise des mélodies de Morricone, signalons que Truffaz vient de sortir un CD en hommage aux musiques de films, celle de La Rivière sans retour (« One Silver Dollar »), mais aussi celle des Tontons flingueurs !

Éric Truffaz (Christian Delage)



Citer ce billet
Christian Delage (2022, 30 août). Session 2022 du festival de jazz de Saint-Jean Cap-Ferrat. All That Jazz! Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.