Édouard Ferlet, le temps suspendu

Les 7 et 8 juillet 2023 se tenait à la Fondation Hartung Bergman, sur les collines d’Antibes, un colloque intitulé « L’abstraction à la vitesse de la lumière ». À cette occasion, le directeur, Thomas Schlesser, a invité le pianiste Édouard Ferlet à venir donner un concert le premier soir de la rencontre.

Hans Hartung, en hommage à Édouard Ferlet, 21 janvier 1971

Un lien existait déjà avec la famille Ferlet, car le père d’Édouard, Christian, avait réalisé en 1970, peu de temps avant la construction de la villa-atelier, un film documentaire sur la vie de Hartung, sélectionné en 1971 au festival de Cannes. En remerciement de ce film qu’il avait apprécié, il dessinera un papier en le dédicaçant au jeune Édouard, qui venait de naître.

Hans Hartung, « Hommage à Jean-Sébastien Bach », 1974.

Dans le beau décor de la fondation, après une ouverture sous la forme d’une improvisation, le pianiste place le concert dans l’inspiration de sa relecture de Bach, en proposant d’abord une reprise de Es ist Vollbracht, un aria de la Passion selon Saint-Jean (BWV 245).

Édouard Ferlet, Antibes, 7 juillet 2023 (c) Patrizio Gianquintieri

Depuis quelque temps, plusieurs grands musiciens de jazz se sont emparés de l’œuvre de Bach. C’est le cas de Dan Tepfer, qui a porté son intérêt sur les Variations Goldberg :

Ou de Brad Mehldau, comme dans cette Fugue n° 16 en sol mineur (BWV 885)

Tepfer et Mehldau ont cependant choisi d’interpréter d’abord l’œuvre originelle, puis leur propre variation, tandis que Ferlet propose directement une recréation, empruntant seulement un intervalle, un thème mélodique ou la structure de la fugue, et faisant se croiser sa propre inspiration et celle de Bach, dans des formes harmoniques parfois très complexes, comme dans “Mind the Gap”, dont il m’avait exposé la construction lors de la sortie de Think Bach opus 2.

Édouard Ferlet, Antibes, 7 juillet 2023 (c) Patrizio Gianquintieri

À la rigueur de composition de Bach correspond une exigence d’écriture et de transmission pour Ferlet, qui se concrétise dans son choix d’éditer les partitions de cet Opus 2, même si, en concert, il s’autorise des échappées libres.

Toujours inspirées de Bach, les compositions « Analecta », « À la suite de Jean », « Crazy B », sont ensuite jouées, entrecroisées d’extraits de l’album Pianoïd, qui marque une nouvelle évolution dans la recherche de sonorités et de formes nouvelles. Pour l’écriture, Ferlet expose que “Plus le morceau va être épuré, plus il y aura de l’espace pour improviser et développer”.  Dans Pianoïd, quatre instruments entrent en jeu : le piano SILENT, clavier maître sur lequel le pianiste joue, qui envoie les informations à l’ordinateur ; l’ordinateur qui traite les informations avec le logiciel Ableton Live ;  le contrôleur MIDI (connecté à l’ordinateur), qui lui permet de moduler la vitesse, la dynamique et les paramètres de ce qui est joué; et le piano Disklavier, clavier automate, qui restitue les notes ainsi transformées et réinterprétées par la mécanique du piano. Si la technologie peut sembler complexe, Ferlet l’a progressivement apprivoisée pour ne pas en dépendre et en tirer les avantages qui lui conviennent. À Antibes, n’ayant qu’un seul piano, c’est surtout sur le son des cordes que Ferlet a travaillé, comme il l’avait fait dans “Archaea” avec des aimants placés dans le piano ou une note qui résonne, ici dans “Skin”.

Puis vient l’interprétation de « Miss Magdalena », inspirée du prélude en do majeur BWV 846. « Un musicologue gallois, raconte Édouard Ferlet, soutient qu’Anna Magdalena Bach aurait été la compositrice et l’auteur de plusieurs des œuvres majeures de son mari. Cette théorie a inspiré cette pièce. Plus qu’un clin d’œil, il s’agit d’un véritable hommage à cette femme de l’ombre qui a peut-être eu plus à dire que ce que Bach lui a permis de dire. » Et c’est alors que la chanteuse lyrique Valérie Gabail vient près du piano pour accompagner vocalement le pianiste dans un moment de grâce.

Édouard Ferlet vient de sortir un nouveau CD sous le titre Pianoïd 2, dont il présente un extrait enregistré dans le studio de TSF Jazz.



Citer ce billet
Christian Delage (2023, 19 octobre). Édouard Ferlet, le temps suspendu. All That Jazz! Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qjtu

Une réflexion sur « Édouard Ferlet, le temps suspendu »

  1. Soirée magique !! Le juste scénario….entre Terre et Lune, ……Bach et Édouard……. et les étoiles chantaient avec Valérie. Grazie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.