Cannes 2010, l'histoire au présent

J’avais déjà souligné l’année dernière la prégnance de l’histoire dans les films de la sélection officielle 2009.

Le Ruban blanc de Michael Hanecke, avait obtenu la palme d’or, tandis que le jury du Prix de la meilleure fiction d’histoire du temps présent avait classé en second le film de Quentin Tarantino, Inglourious Basterds.

Cette année, l’annonce de la sélection a provoqué quelques polémiques : en France, un député s’en est pris au film de Rachid Bouchared, Hors la loi, à partir de la seule lecture d’un résumé du scénario, et le ministre italien de la culture a annoncé qu’il boycotterait le festival, après avoir visionné des scènes non montées du film Draquila, où Sabina Guzzanti porte un regard satirique sur la gestion berlusconienne du tremblement de terre de l’Aquila.

Il ne reste qu’à espérer que ces films soient d’abord vus avant de porter un jugement sur eux, en espérant qu’il échapperont aux questions-types posées naguère à Guy Darbois au SVP 11 11 ! (pour les plus jeunes, rappelons que ce dernier était le journaliste en charge de trier les questions des téléspectateurs posées lors du débat suivant le film projeté lors de la fameuse émission « Les Dossiers de l’écran », diffusée sur Antenne 2 de 1967 à 1991. Vincent Guigueno l’évoque dans L’Historien et le film, Gallimard, 2004).

Quoi qu’il en soit, l’inscription de l’histoire dans le temps présent semble une préoccupation partagée par nombre de  cinéastes invités à Cannes. Bertrand Tavernier a choisi d’adapter une nouvelle de Madame de Lafayette, La Princesse de Montpensier, en la faisant incarner par  une nouvelle génération de comédiens (Mélanie Thierry, Gaspard Ulliel, Grégoire Leprince-Ringuet…). Plus proche de nous, Nikita Mikhalkov ajoute une suite à Soleil trompeur en plongeant son personnage principal dans le Goulag puis dans l’invasion de l’URSS par l’armée allemande. L’histoire de l’Algérie donne matière à deux films : Hors la loi, déjà cité, qui raconte l’histoire de trois frères venus d’Algérie en France qui vont se trouver divisés dans leur soutien à la lutte pour l’indépendance de leur pays, et Des hommes et des dieux, où Xavier Beauvois, plus inattendu dans ce registre, évoque le sort des sept moines trappistes du monastère de Tibhirine enlevés lors de la guerre civile algérienne et séquestrés pendant deux mois avant d’être retrouvés morts le 21 mai 1996.

Autre réalisateur français, en sélection officielle mais hors compétition, Olivier Assayas présente Carlos, un film bientôt diffusé sur Canal + sous la forme d’une série en trois épisodes : « J’ai été surpris, a-t-il dit lors de la première projection de presse, que personne n’ait raconté cette histoire avant. Carlos est un des grands mythes contemporains. A travers cette personnalité au destin exceptionnel, on parle d’une époque, de la problématique des années 70, de la question du passage du gauchisme à la lutte armée… ».

Il faudra compter aussi avec Schastye Moe, de l’Ukrainien Sergei Loznista et Un homme qui crie, du Tchadien M-S. Haroun, qui met en scène un drame intime sur fond de guerre civile permanente dans son pays.

Côté États-Unis, la gestion américaine de la guerre en Irak et le rôle des Traders à Wall Street sont au coeur des films de Mike Leigh et d’Oliver Stone. Leigh revient sur l’histoire du couple Wilson-Plame (la révélation par l’administration Bush de l’appartenance à la CIA de Valerie Plame, pour contrer les révélations de son mari, Joseph Wilson, sur les faux fabriqués pour faire croire à la préparation de l’arme nucléaire par Saddam Hussein). Quant à Stone, il reprend le personnage qu’incarnait Michael Douglas dans Wall Street et lui fait renconter, à sa sortie de prison, un jeune trader interprété par Shia LaBeouf (Wall Street 2).

Mais tout commencera jeudi avec la projection du film très attendu de Mathieu Amalric, qui nous enmènera sur les routes de France, pour une Tournée un peu spéciale, celle d’un groupe de strip-teaseuses.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *