Dépressions française et chinoise

Après Gérard Depardieu qui, dans Mammuth, se fait rembarrer plusieurs fois et traiter plus bas que terre, voici Mathieu Amalric, comédien de son propre film, Tournée, parti sur les routes de France avec un groupe américain de strip-teaseuses en représentation dans des salles qui, il faut le reconnaître, ne sont pas les plus excitantes qu’on puisse imaginer. Comme le dit à un moment Amalric-Joachim, le manager de la tournée, « Si Le Havre vous aime, la France va vous adorer ». L’étape parisienne est cependant hors de vue, et le restera pendant tout le film.

Dans le « réel », la troupe de cabaret New Burlesque était passée à Nantes en 2007, avant d’y revenir pour le tournage du film.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=NvoE-R8u3Dk[/youtube]

Joachim sollicite un garçon d’hôtel pour savoir s’il peut couper la musique d’ambiance ; il tente d’intervenir sur la manière dont les filles ont réglé leur show ; il essaie, chaque soir, de faire aller se coucher pas trop tard la troupe… À chaque fois, on ne peut pas dire qu’il réussit dans ses entreprises. Il n’est pas davantage bienvenu auprès de ses enfants, devant prouver piteusement à un commissaire de police qu’il est bien le père de l’aîné. Après une altercation avec une de ses connaissances, il se retrouve projeté à terre devant un café, et reçoit une belle gifle d’une des filles qu’il vient de maltraiter (verbalement). Bref, notre Joachim, affublé d’un costume en velours marron et d’une moustache (qu’on essaie de lui arracher un soir pour savoir si ce n’est pas un postiche) n’est pas dans la meilleure forme. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le réalisateur ne traite pas le comédien qu’il est avec beaucoup d’égard.

La narration est à l’image du personnage et de la tournée : suspendue à l’instant présent, à des petits moments comiques, des décalages, des contre-temps. Il y a une volonté de légèreté, de suspension du temps, de dérision qui contraste avec le sérieux du professionnel qu’est Amalric, attentif aux moindres détails, comme j’ai pu personnellement m’en rendre compte quand, ayant accepté (gracieusement) de lire des textes d’Ivan Moffat pour l’exposition « Filmer les camps », il nous a pris à défaut à deux reprises sur des imprécisions de leur traduction française.

La déambulation des personnages de Tournée trouve son vrai rythme quand, abandonnant les scènes de représentation du spectacle, le film prend la forme d’un road-movie et permet de modifier les relations de travail en installant la troupe dans un hôtel désaffecté. Un peu hésitante au début, la réaction des spectateurs est devenue plus enthousiaste quand Amalric et ses comédiens ont manifesté leur émotion après la projection. Une joie partagée.

L’image comme trace

Le film de Wang Xiaoshuai, Chongqing Blues part d’une belle idée : un marin, revenu après six mois d’absence, apprend que son fils a commis une prise d’otage dans un magasin et a été tué par la police. Il réussit à accéder aux images tournées par les caméras de surveillance, qu’il visionne plusieurs fois, pour tenter de comprendre ce qui s’est passé. Il fait faire une capture d’image d’un gros plan du visage de son fils et l’agrandit en un tirage qu’il accroche au mur de son appartement. Très pixellisé, le portrait, presque abstrait, lui permet de regarde son fils sans le voir dans une figuration réaliste.

Il interroge le policier qui a tiré, l’amie de son fils, d’autres personnes.

Malheureusement, le film, dont le décor urbain laid et pollué de Chongqing, dans le Sichuan, ne contribue pas à sortir de la dépression, traîne en longueur et en lourdeur.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.