Le pouvoir de l'argent

Réunis lors de la même soirée cannoise, Wall Street 2, d’Oliver Stone, et The Housemaid, de Im Sang-soo, ont en commun de mettre en scène une figuration du pouvoir.

Stone reprend le personnage que Michael Douglas avait interprété dans le premier Wall Street, Gordon Gekko, et l’histoire commence  lors de la sortie de prison de ce dernier en 2001. Puis l’action se situe en 2008, alors que la crise boursière commence à poindre.

Le monde de la finance et des courtiers est décrit comme il se doit : masculin, cupide, immoral. Comme il est sans doute difficile de donner une épaisseur à ces personnages, dont la fréquentation est peu attractive, Stone a écrit une fiction dont l’imagination est très largement en-dessous du niveau moyen du travail des scénaristes des nombreuses séries à succès créées depuis une quinzaine d’années aux États-Unis.

Pour sortir du décor et de l’univers des réunions des financiers de Wall Stret, le réalisateur a trouvé un magnifique Loft vitré (« windowed », très tendance actuellement à Manhattan) avec terrasse et vue sur la Skyline, et une bonne vieille intrigue familiale : la fille de Gekko, Winnie (Carey Mulligan), a rejeté son horrible financier de père, qui n’a pas su empêcher son fils de mourir d’une overdose. Or il se trouve que son fiancé, Jacob Moore (Shia LaBeouf), un jeune courtier aux dents longues, mais plutôt bon gars, rencontre Gekko et ce dernier lui propose d’exfiltrer l’argent qu’il a placé en Suisse pour le donner en héritage à sa fille.

Enfin, c’est ce qu’il lui fait croire, mais l’argent va lui servir à reconquérir son pouvoir à Wall Street. Sauf que, quand Winnie apprend cela, elle quitte Jacob, car elle ne veut pas toucher à cet argent sale. Après la faute et la peine de la prison, il était logique que Gekko passe par la case « rédemption », et, au seuil du purgatoire, accepte de faire se réconcilier les deux tourtereaux en leur laissant l’argent.

À signaler : le très beau loft déjà cité, et un maginifique plan où, entre deux de ses personnages, le réalisateur a placé une vue de l’Empire State Building, ce soir-là éclairé de jaune (pour ceux qui ne le savent pas, l’éclairage de la trop peu connue tour de Manhattan change de couleur régulièrement).

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=0uEzFQvgEfY[/youtube]

La comparaison avec The Housemaid est cruelle pour Stone. Avec le réalisateur sud-coréen, scénario, personnages et situation sont implacables de rigueur et de précision cinématographiques.

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=QgZvI_RZYzU[/youtube]

Pas question, ici, de raconter l’histoire et son dénouement. Disons simplement que ce huis-clos dans un grand appartement bourgeois, remake du film éponyme réalisé en 1960 par Kim Ki-young, est filmé et monté avec une précision et une économie remarquables. Ici, le pouvoir de domination, en particulier sexuelle, que permet l’argent est montré dans toute sa puissance domestique. Sous l’apparence d’une vie familiale conventionnelle, le maître du foyer exerce sa loi, méprisant sa femme tout comme il instrumentalise ses servantes. Filmés dans une très belle lumière d’intérieur, les personnages finissent tous par apparaître comme des monstres, tout en étant très lucides sur les jeux auxquels ils se livrent ou qu’il subissent.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.